AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Mots-clés Rechercher partout 


Ablativo

(d’Hautel, 1808) : Il a mis cela ablativo, tout en un tas. Pour dire pêle-mêle, confusément. Ce mot, noté comme bas dans les vocabulaires, n’est plus maintenant d’usage, même parmi le peuple.

Adjectiver quelqu’un

(Delvau, 1867) : v. a. Lui adresser des injures, qui ne peuvent être en effet que des adjectifs.

(France, 1907) : Lui lancer des injures.

Apéritive

(Fustier, 1889) : Femme galante qui est à la grande demi-mondaine ce que la chrysalide est au brillant papillon. Comme son nom l’indique, l’apéritive fréquente d’ordinaire les grands boulevards, les cafés à la mode à la recherche de qui voudra bien lui offrir un rafraîchissement, un apéritif, comme on dit dans la langue boulevardière.

Le bal a été ouvert par une Hongroise superbe, encore à l’état d’apéritive… mais qui ne tardera pas à devenir une des étoiles les plus brillantes du firmament demimondain.

(Gil Blas, mai 1887.)

Apéritives

(France, 1907) : Femmes du demi-monde.

Les loges sont toujours brillamment occupées par nos grandes horizontales, et les fauteuils par celles qu’Arène nomme des apéritives. On y voit aussi des hommes politiques et des ministres renversés qui semblent enchantés d’être débarrassés des soucis du pouvoir.

(Gil Blas.)

Bate, batif, bative

(Rigaud, 1881) : Beau, belle, joli, jolie. Tout ce qui est bien est bate pour le peuple. C’est une, déformation de beau. C’est rien bate, c’est très joli. — Être de la bate, être dans une bonne position, être heureux ; on disait autrefois : être de la fête, être de la bonne. — Lorsque les filles soumises sont envoyées, après la visite, à Saint-Lazare, pour y être soignées, elles ont coutume de dire : Le printemps est de la bate, tout est en fleur.

Batif ou bative

(Virmaître, 1894) : Beau tout ce qu’il y a d’admirable, de supérieur, de merveilleux.
— J’ai un homme, y en a pas de pareil, il est bath (Argot des filles).

Batif, bative, batifonne

(France, 1907) : Neuf, joli.

Donner de l’œil dans la perspective

(Rigaud, 1881) : Avoir l’œil au guet, — dans le jargon des truqueurs.

En ce moment arrivent deux agents, que les associés de Mi-chon n’avaient pas vus, bien que donnant de l’œil dans la perspective.

(Paris-Vivant, le Truqueur, 1858.)

Locomotive

(Delvau, 1867) : s. f. Fumeur acharné, — dans l’argot des bourgeois, qui, sans s’en douter emploient là une expression de l’argot des voleurs anglais : Steamer.

Locomotive (fumer comme une)

(Rigaud, 1881) : Fumer beaucoup et très vite, — dans le jargon des fumeurs.

Superlatives délices (les)

(Delvau, 1864) : Le moment où l’homme et la femme, mêlant leurs ondes spermatiques, se pâment sous l’excès de jouissance qui en résulte.

Plaisirs inconnus de dieux,
Superlatives délices…

Béranger.

Tiv

(Delvau, 1864) : Anagramme de vit.

Polidor, amoureux d’une beauté sauvage,
Prit en sa main son tiv rouge comme un tison,
Et dit : Faut-il, hélas ! que je meure en servage,
Ayant dedans ma main la clef de ma prison !

Gombauld.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique