AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Mots-clés Rechercher partout 


Faire de la poussière

(Delvau, 1867) : v. a. Faire des embarras, — dans l’argot des petites dames, qui recommandent toujours à leurs cochers d’aller grand train quand il s’agit de couper une rivale sur le boulevard, ou dans l’avenue des Champs-Elysées, ou dans les allées du bois de Boulogne.

Nid à poussière

(Fustier, 1889) : Nombril.

Poussier

(Halbert, 1849) : Poudre ou lit.

(Larchey, 1865) : Poussière. — Poussier : Lit. — La poussière n’y manque pas.

Je lui paie son garni de la rue Ménilmontant, un poussier de quinze balles par mois.

Monselet.

Poussier : Monnaie (Vidocq).

(Delvau, 1867) : s. m. Monnaie, — dans l’argot des voleurs.

(Delvau, 1867) : s. m. Lit d’auberge ou d’hôtel garni de bas étage, — dans l’argot des faubouriens.

(Rigaud, 1881) : Monnaie de cuivre, — dans le jargon des voleurs.

(Rigaud, 1881) : Lit, — dans le jargon du peuple ; probablement parce qu’il n’est pas fait souvent.

(Merlin, 1888) : Lit militaire, méritant fort bien ce nom : poussière dessus, poussière dedans, en guise de paille. On dit aussi plumard et panier.

(La Rue, 1894) : Monnaie de cuivre. Lit. Tabac à priser. Fausse monnaie. Poudre. Pouce, main.

(Virmaître, 1894) : Lit malpropre. Poussier, chambre pauvre, en désordre.
— Comment peux-tu vivre dans un pareil poussier ?
Synonyme de taudis (Argot du peuple).

Poussier de motte

(Delvau, 1867) : s. m. Tabac à priser. On dit aussi simplement Poussier.

Poussier de mottes

(Rigaud, 1881) : Tabac à priser ; par conformité d’aspect.

Poussière

(d’Hautel, 1808) : Faire de la poussière. Pour faire de l’embarras, mener un grand train, paroître dans le monde avec un grand éclat ; faire plus de dépenses qu’on n’a réellement de fortune.
Jeter de la poussière aux yeux. Éblouir par des dehors pompeux, par de beaux discours.

(Larchey, 1865) : Réprimande, charge victorieuse. — Connu dès 1808.

(La Rue, 1894) : Eau-de-vie.

Poussière (faire de la)

(Fustier, 1889) : Faire des embarras.

Poussière (faire sa)

(La Rue, 1894) : Parader, éclabousser.

Renifler la poussière du ruisseau

(Delvau, 1867) : v. a. Tomber dans le ruisseau, — dans l’argot des voyous.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique