AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Mots-clés Rechercher partout 


Épaules de mouton

(Rossignol, 1901) : Celui qui a de grandes mains a des épaules de mouton.

Laisser pisser le mouton

(Rossignol, 1901) : Ne pas se faire de mauvais sang, laisser aller les choses.

Laissez pisser le mouton, chaque chose vient à son temps.

Mouton

(d’Hautel, 1808) : Chercher cinq pieds à un mouton. Exiger d’un autre plus qu’il ne doit, ou d’une chose plus qu’elle ne peut produire.
Revenir à ses moutons. Revenir à un discours commencé et interrompu, dans lequel l’intérêt se trouve compromis.
Mouton. Homme aposté dans les prisons par la justice, pour tirer par ruse les secrets d’un prisonnier.

(Raban et Saint-Hilaire, 1829) : Mouchard de prison.

(M.D., 1844) : Homme de leur société qu’ils supposent y avoir été mis pour s’associer seulement à la conversation et les dénoncer ensuite. Dans les prisons, la police y met beaucoup de ces gens qui, ayant l’air d’être détenus, causent avec les prisonniers, et finissent par donner des indices très précieux à la police qui les transmets ensuite à la justice.

(un détenu, 1846) : Mouchard.

(Halbert, 1849) : Mouchard.

(Larchey, 1865) : « En prison, le mouton est un mouchard qui parait être sous le poids d’une méchante affaire et dont l’habileté consiste à se faire prendre pour un ami. » — Balzac. — Allusion ironique à la fausse candeur de ces compères. — Moutonner : Dénoncer. V. Coqueur.

(Delvau, 1867) : s. m. Matelas, — dans l’argot des faubouriens, qui disent cela à cause de la laine dont il se compose ordinairement. Mettre son mouton au clou. Porter son matelas au Mont-de-Piété.

(Delvau, 1867) : s. m. Dénonciateur, voleur qui obtient quelque adoucissement à sa peine en trahissant les confidences de ses compagnons de prison.

(Rigaud, 1881) : Matelas.

(Rigaud, 1881) : Homme de compagnie d’un prisonnier, et chargé par la police de devenir l’homme de confiance du même prisonnier.

(La Rue, 1894) : Matelas. Prisonnier qui espionne et dénonce son compagnon.

(Virmaître, 1894) : Dénonciateur qui vend ses complices. Prisonnier qu’on place dans une cellule avec un autre prévenu pour le moutonner. C’est-à-dire le faire avouer dans la conversation (Argot des voleurs).

(Virmaître, 1894) : Matelas. Quand il est plus que plat, on dit : galette (Argot du peuple).

(Hayard, 1907) : Prisonnier qui dénonce ses co-détenus.

Mouton (casserole)

(Rossignol, 1901) : L’homme que l’on met en cellule avec un autre détenu pour avoir ses confidences.

Moutonnaille

(Delvau, 1867) : s. f. La foule, — dans l’argot du peuple, qui sait par expérience personnelle quelle est la contagion de l’exemple.

Moutonner

(un détenu, 1846) : Chercher à arracher un secret.

(Delvau, 1867) : v. a. et n. Moucharder et dénoncer.

(Rigaud, 1881) : Espionner.

Moutonnier

(d’Hautel, 1808) : Bête d’habitude ; celui qui fait tout ce qu’il voit faire aux autres.

Os de mouton

(La Rue, 1894) : Arme dite coup de poing.

Saute-mouton

(Delvau, 1867) : s. m. Jeu d’enfants qui consiste à sauter les uns par-dessus les autres. On dit aussi Faire un saute-mouton ou Jouer à saute-mouton.

Saute-mouton (le coup du)

(Virmaître, 1894) : Ce sont les remisiers pour dames (les tripoteuses du marché des pieds humides) qui le pratiquent. La joueuse vend mille francs de rente. Le remisier pour dames exécute cet ordre ; il vend immédiatement, mais il attend la fermeture de la Bourse pour en informer sa cliente. S’il y a baisse, comme il a vendu ferme, il encaisse tranquillement la différence ; si la rente reste au même taux, il lui raconte qu’il y a écart de deux ou trois centimes ; dans tous les cas elle est volée (Argot des boursiers). N.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique