AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Mots-clés Rechercher partout 


Abouter

un détenu, 1846 : Approcher.

Aboutissant

d’Hautel, 1808 : Il connoit les tenants et les aboutissants de cette affaire. Pour, il en a une connoissance parfaite ; il est initié dans ses plus secrets détails.

Arbouteaux de Sabri

Clémens, 1840 : Sabot de bois.

Arrière-boutique

Delvau, 1864 : Le cul, qui est situé sur le derrière, et dans lequel le membre aime à se réfugier quand il est resté quelque temps dans la boutique, qui est sur le devant.

À l’instant cette demoiselle, ouvrant son arrière-boutique, laissa aller un vent.

D’Ouville.

Arrière-train ou arrière-boutique

France, 1894 : Le derrière.

À l’instant cette demoiselle, ouvrant son arrière-boutique, laissa aller un vent.

(D’Ouville.)

Rien ne me déplaît plus par contre que ce crin
Dont les dames se font un faux arrière-train.

(H. Briollet.)

Arroser le bouton

Delvau, 1864 : Décharger son sperme dans le vagin d’une femme, sur le bouton de son clitoris.

Son directeur, dit-on,
Craignant qu’on lui ravisse
Sa Rose, sa Clarisse,
Lui arros’ le bouton.

Joachim Duflot.

Bâton à un bout

Delvau, 1864 : Le membre viril, — le seul bâton qui n’ait qu’un bout, en effet.

C’est le bâton à un bout qui me pend entre les jambes.

Rabelais.

Boire à la bouteille du bourreau

France, 1894 :

Cette expression, qui avait encore cours au siècle dernier, a pour origine un curieux châtiment infligé pendant le moyen âge, aux femmes querelleuses ou calomniatrices en France, en Allemagne et dans presque tout le nord de l’Europe. On les promenait trois fois autour de l’hôtel de ville d’abord avec un chien ou une roue de charrue au cou, puis ce fut une pierre parfois sculptée en tête de femme avec une langue pendante et haletante, « comme celle d’un chien fatigué », ou l’image d’un chien ou d’un chat, enfin une bouteille appelée la bouteille du bourreau. On montre à Budissin (Hongrie) une de ces pierres représentant deux femmes qui se disputent et qui furent publiquement châtiées en 1675. C’est la dernière date ou cette peine fut infligée.

Boucard, boutogue

Larchey, 1865 : Boutique. — Le premier mot paraît une forme de boc ; le second est une corruption de Boutique. V. Baïte, Esquinteur.

Boucard, boutogue, boutange

La Rue, 1894 : Boutique.

Bout

d’Hautel, 1808 : S’il en avoit autant sur le bout de la langue. Se dit par reproche à un homme sans pitié pour le mal d’autrui, d’un égoïste qui se permet des railleries, de sottes plaisanteries sur les maux qui affligent ses semblables.
Tu n’es pas au bout. Se dit à quelqu’un qui perd courage aux premiers obstacles qui se rencontrent dans une entreprise.
Être au bout de son rôdet. Ne savoir plus que dire, avoir épuisé toute sa science, toutes ses ressources.
Il manque à tout bout de champ. Pour dire à tout heure, à chaque minute.
Avoir quelque chose au bout de la langue. Ne pouvoir se souvenir de quelque chose à point nommé.
On y touche du bout du doigt. Manière exagérée de dire qu’on est très-proche d’un lieu.
C’est tout le bout du monde, s’il en aura assez. Pour c’est douteux, incertain ; c’est tout au plus, etc.
Un bout d’homme ; un petit bout d’homme. Terme de raillerie, pour dire un homme d’une petite stature, d’une très-foible complexion.
Au bout du compte. Pour, après tout ; tout considéré.
Savoir quelque chose sur le bout de son doigt. C’est-à-dire, en être bien pénétré, le savoir par cœur.
Tenir le bon bout. Avoir par-devers soi la chose principale ; avoir en sa possession l’argent, qui fait le fond essentiel de toute affaire.
Il ne l’aura que par le bon bout. C’est-à-dire, après avoir bien plaidé, bien contesté.
Brûler la chandelle par les deux bouts. Manger son fonds avec son revenu ; être d’une grande prodigalité.
Une économie de bouts de chandelle. Parcimonie, avarice, épargne qui n’est d’aucune utilité.
Le bout de la rue fait le coin. Facétie.
Au bout de l’aune faut le drap. Voyez Drap.

Delvau, 1864 : Le membre viril, qui ressemble à un bout de quelque chose — de bien agréable pour la femme.

Le pauvre monsieur Cabout,
Dont le bout
Est toujours petit et mince.

Tallemant des Réaux.

Fustier, 1889 : Congé, renvoi.

La Rue, 1894 : Congé. Renvoi.

France, 1894 : Renvoi. Flanquer son bout à quelqu’un, le renvoyer. Bout coupé, cigare dont les extrémités sont coupées. Se dit aussi pour Juif. Bout de cigare, de cul, d’homme, de femme, personne de petite taille. Avoir son bout de bois, être gris.

Bout (recevoir son)

Rigaud, 1881 : Être congédié. — Flanquer son bout, quitter un patron, — dans le jargon des tailleurs.

Bout coupé

Rigaud, 1881 : Cigare d’un sou coupé aux deux bouts.

Rigaud, 1881 : Juif.

Virmaître, 1894 : Juif (Argot du peuple). V. Baptisé au sécateur.

Rossignol, 1901 : Israélite.

Bout de cigare

Merlin, 1888 : Homme de petite taille ; l’opposé de planche à pain.

Bout de cul

Delvau, 1866 : s. m. Petit homme, — dans l’argot du peuple. On dit aussi Bas du cul.

Bout-Coupé

Hayard, 1907 : Juif.

Bout-de-cigare

Fustier, 1889 : Homme de petite taille. Argot militaire.

Bout-de-cul

Rigaud, 1881 : Gamin, homme de petite taille, — dans le jargon des voyous. — Nous verrons bien si un bout-de-cul comme toi me fera aller.

Boutanche

anon., 1827 : Boutique.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Outil. Courteau de boutanche, ouvrier qui vole des outils à son maître.

M.D., 1844 : Boutique.

Delvau, 1866 : s. f. Boutique, — dans l’argot des prisons. On dit aussi Boutogue, Boucard.

La Rue, 1894 : Bouteille. Boutique.

Virmaître, 1894 : Boutique. Quelques-uns disent que boutanche veut dire bouteille, c’est une erreur. Boutanche veut dire boutique (Argot des voleurs). V. Boucard.

France, 1894 : Bouteille.

France, 1894 : Boutique. Courtaud de boutanche, commis de boutique ; argot des voleurs. Les Anglais disent : chevaliers du mètre.

Hayard, 1907 : Boutique.

Boutange

Halbert, 1849 : Boutique.

Boutange, boutrolle

Rigaud, 1881 : Boutique. — Courteau de boutange, commis de magasin.

Boute-en-train

d’Hautel, 1808 : Bon vivant, compère la joie, toujours disposé à la ribotte, et qui met les autres en gaieté, en bonne humeur.

Boute-feu

d’Hautel, 1808 : Homme dangereux, querelleur et méchant, qui se plait à mettre le trouble et la zizanie partout où il se trouve.

Boute-feu, boute-joie

Delvau, 1864 : Le membre viril, parce qu’il met à feu et à flamme l’amadou féminin.

Cependant, je ne laissais pas de redouter l’instant où mon nouvel enfileur m’incrusterait son formidable boute-joie, mais je m’armai de courage.

(Mon noviciat)

Boute-tout-cuire

d’Hautel, 1808 : Dissipateur, homme enclin à la luxure et à la débauche.

Bouteille

d’Hautel, 1808 : Aimer la bouteille. Aimer à boire, être enclin à l’ivrognerie.
On diroit qu’il n’a rien vu que par le trou d’une bouteille. Se dit par raillerie d’un sot, d’un ignorant, d’un niais, qui se prend d’admiration, qui s’enthousiasme pour des objets futiles, et qui n’ont rien de séduisant.
On pardonne au vin, mais on punit la bouteille. Se dit d’un homme que l’on punit pour avoir fait quelque faute étant ivre.

Delvau, 1866 : s. f. Nez, — dans l’argot des faubouriens.

Delvau, 1866 : s. f. Latrines, — dans l’argot des matelots.

Rigaud, 1881 : Nez, — dans le jargon des voleurs.

Rigaud, 1881 : Latrines, — dans le jargon des marins.

Fustier, 1889 : V. Casser sa bouteille.

France, 1894 : Nez. En argot maritime, latrines. Bouteille à encre, affaire obscure et compliquée.

Bouteille (coup de)

Rigaud, 1881 : Ivresse. Mot à mot : coup que le contenu de la bouteille produit sur la tête.

Il avait un coup de bouteille comme à l’ordinaire.

(É. Zola.)

Écraser une bouteille, vider une bouteille.

Bouteille à l’encre

Boutmy, 1883 : s. f. Nom que l’on donne à l’imprimerie en général, à cause de la difficulté que présente la vérification des comptes, lorsque les corrections d’auteur sont nombreuses.

Bouteille à l’encre (c’est la)

Delvau, 1866 : Se dit, dans l’argot des bourgeois, — de toute affaire embrouillée ou de toute personne aux allures ténébreuses.

Bouteiller

Delvau, 1866 : v. n. Se dit des globules d’air, — des bouteilles, — que forme la pluie dans les ruisseaux lorsqu’elle tombe avec abondance.

Bouterne

Larchey, 1865 : Boîte vitrée où sont exposés, aux foires de villages, les bijoux destinés aux joueurs que la chance favorise. Le jeu se fait au moyen de huit dés pipés au besoin. Il est tenu par une bouternière qui est le plus souvent une femme de voleur. — Vidocq.

Delvau, 1866 : s. f. Boîte carrée d’assez grande dimension, garnie de bijoux d’or et d’argent numérotés, parmi lesquels il y a l’inévitable « pièce à choisir », qui est ordinairement une montre avec sa chaîne, « d’une valeur de 600 francs », que la marchande reprend pour cette somme lorsqu’on la gagne. Mais on ne la gagne jamais, parce que les chances du jeu de la bouterne, composés de huit dés, sont trop habilement distribuées pour cela : les dés sont pipés !

Rigaud, 1881 : Tablette, plateau sur lequel sont exposés les lots destinés à attirer les amateurs de porcelaine, autour des loteries foraines. La bouterne se joue au tourniquet. Il y a de gros lots en vue, que personne ne gagne jamais, naturellement.

France, 1894 : Boîte vitrée où sont exposés, aux foires, les objets, montres ou bijoux destinés à amorcer les amateurs de jeux d’adresse ou de hasard.

Bouternier, boutermière

France, 1894 : Propriétaire de bouternes.

Bouternier, bouternière

Rigaud, 1881 : Celui, celle qui tient une bouterne.

Bouternière

Delvau, 1866 : s. f. Femme qui dupe les simples avec la bouterne.

Bouternière (la)

Virmaître, 1894 : C’est une voleuse qui, dans les foires de villages, expose dans une vitrine nommée bouterne des bijoux véritables. Les paysans, alléchés de courir la chance de gagner une montre en or pour deux sous, prennent des billets mais ils ne gagnent jamais. Les dés sont plombés (Argot des voleurs).

Boutique

d’Hautel, 1808 : On dit en plaisantant d’une femme qui, en tombant, a laissé voir son derrière, qu’Elle a montré toute sa boutique.
C’est une mauvaise boutique où personne ne peut rester. Se dit par mépris d’une maison où l’on est mal payé et mal nourri.
Faire de son corps une boutique d’apothicaire. Voy. Apothicaire.
Adieu la boutique. Se dit par plaisanterie, lorsque quelqu’un laisse tomber à terre ce qu’il tenoit à la main.

Delvau, 1864 : Employé dans un sens obscène pour désigner la nature de la femme.

Oh ! ma mie, venez ici, et fermez la boutique, c’est aujourd’hui fête.

(Moyen de parvenir.)

J’avais pourtant encor bonne pratique
Et pour cela ne fermai la boutique.

J. Du Bellay.

Bien souvent à telle pratique
Les femmes ouvrent leur boutique.

(Variétés historiques et littéraires.)

Vertu de ma vie ! c’était une belle boutique.

Tabarin.

Larchey, 1865 : « Ce n’est pas une chose, c’est un esprit de petit négoce, de profits troubles et de soigneuses affaires, qui ne recule devant rien pour arriver à un gain quelconque. Il y a la boutique industrielle comme la boutique scientifique, artistique et littéraire. » — A. Luchet.

On dit en plaisantant d’une femme qui en tombant a laissé voir trop de choses, qu’elle a montré toute sa boutique.

d’Hautel, 1808.

Delvau, 1866 : s. f. Ce que les petites filles laissent voir si volontiers, — comme dans le tableau de l’Innocence. Argot du peuple. S’applique aussi à l’autre sexe. Montrer toute sa boutique. Relever trop haut sa robe dans la rue, ou la décolleter trop bas dans un salon.

Delvau, 1866 : s. f. Bureau, — dans l’argot des employés ; journal, — dans l’argot des gens de lettres. Esprit de boutique. Esprit de corps. Être de la boutique. Être de la maison, de la coterie.

La Rue, 1894 : L’étui aux couteaux et le fusil que les bouchers de l’abattoir portent suspendus à la ceinture.

France, 1894 : « La plus jolie chose du monde, suivant Delvau, que les petites filles laissent voir si volontiers. » Montrer toute sa boutique, laisser voir certains endroits que, d’après la morale bourgeoise, on ne doit montrer qu’entre époux.
Se dit aussi d’un bureau, d’un journal, d’une administration. Être de la boutique, faire partie de la maison. Esprit de boutique, idées, préjugés, sentiments dont on s’empreint en vivant dans un milieu. Parler boutique, parler de sa profession. Dans l’argot des bouchers, la boutique est leur tablier garni de couteaux.

Boutique (et toute la)

Rigaud, 1881 : Et tout le reste, et tout le monde. Envoyer promener toute la boutique.

Boutique (la)

Rigaud, 1881 : La préfecture de police, en termes d’agents de police et d’employés de la préfecture de police.

Boutique (montrer toute sa)

Rigaud, 1881 : Faire voir ce que fît voir la jeune Hébé en tombant dans la salle à manger de l’Olympe. — Se dit également d’un homme qui, pour un motif ou pour un autre, en montre autant et même davantage.

Il montre toute sa boutique.

(Parnasse satirique.)

Boutique à surprises

Virmaître, 1894 : Maisons qui, on apparence, vendent des livres, des tableaux ou de la parfumerie et chez lesquelles l’acheteur trouve tout autre chose que la marchandise annoncée. Ces maisons ne sont pas au coin du quai, on ne rend pas l’argent si le client n’est pas content (Argot des filles). N.

Boutiquer

Larchey, 1865 : Fagoter, mal faire. — Boutiquier : Homme à idées rétrécies, parcimonieuses.

Delvau, 1866 : v. a. Faire à contre-cœur ; arranger mal une chose. Argot du peuple.

France, 1894 : Travailler avec répugnance, par conséquent faire de mauvaise besogne ; argot populaire.

Boutiquier

d’Hautel, 1808 : Terme de dédain dont les négocians, les marchands en gros, se servent en parlant des détaillans, des regrattiers qui tiennent boutique.

France, 1894 : Homme à idées étroites, à peu près le synonyme de bourgeois. « La plupart des prétendus artistes, journalistes et gens de lettres ne sont au fond que des boutiquiers. »

Boutogue

Larchey, 1865 : Voir boucard.

France, 1894 : Boutique ; argot des voleurs.

Bouton

d’Hautel, 1808 : Cela ne tient qu’à un bouton. Pour, cela ne tient qu’à un fil, ne tient à rien.
On dit aussi d’une chose de peu de valeur, et que l’on méprise, qu’On n’en donneroit pas un bouton.

Delvau, 1864 : L’extrémité de chaque téton, qui est d’une sensibilité telle, qu’en le pressant un peu des lèvres ou des doigts on en fait sortir un flot de jouissance.

Ce beau sein sur ma bouche,
Qu’il est pur !
Ce bouton que je touche,
Qu’il est dur !

Gustave Napaud.

Delvau, 1864 : L’extrémité du clitoris, qu’il suffit de toucher de la langue, du doigt ou de la pine pour ouvrir à la femme la porte des félicités divines. — Voir aussi Sonner le bouton.

Laisse mon bouton. mon tit bouton…

Henry Monnier.

Tout s’ouvre : le bouton des roses,
Et celui des femmes aussi.

(Parnasse satyrique.)

Delvau, 1866 : s. m. Passe-partout. Argot des voleurs.

Delvau, 1866 : s. m. Louis d’or. Argot des maquignons.

Rigaud, 1881 : Passe-partout, — dans le jargon des voleurs.

Rigaud, 1881 : Pièce d’or, — dans le jargon des maquignons.

La Rue, 1894 : Passe-partout.

France, 1894 : Passe-partout ; pièce de vingt francs. Bouton de guêtre, pièce de cinq francs en or ; bouton de pieu, punaise.

Bouton de guêtre

Rigaud, 1881 : Pièce de cinq francs en or.

Bouton de pieu

Rigaud, 1881 : Punaise, — dans le jargon des voleurs. C’est-à-dire : bouton de lit.

Bouton de sous-pied

Merlin, 1888 : Pièce de vingt francs.

Boutonner

Fustier, 1889 : Terme de salle d’armes ; toucher à coups de fleuret.

France, 1894 : Ennuyer, vexer quelqu’un, comme, à l’escrime, toucher son adversaire avec le bouton du fleuret.

Boutonnière

Delvau, 1864 : La nature de la femme, en opposition à l’anus, que MM. les pédérastes appellent l’œillet.

Boutord

Virmaître, 1894 : Tabac à chiquer. On sait que ce qui affecte le plus le prisonnier c’est la privation du tabac. Une chanson célèbre dans les prisons centrales : Pour du tabac, dit ceci :

Pour du tabac, disait un pègre.
Et pour trois pouces de Saint-Père,
J’ai basardé ma viande hier.
Et j’ai turbiné comme un nègre
Pour un petit bout de boutord.
Je vends ma bonde et mon pain même
Et, bourreau de mon pauvre corps,
Je suis doublement au système
Pour du tabac, pour du tabac.
(Argot du peuple). N.

Bouture de putain

Rigaud, 1881 : Enfant de père inconnu, — dans le jargon des jardiniers.

Brûler la chandelle par les deux bouts

Virmaître, 1894 : Individu qui dépense sans compter, qui jette son argent par les fenêtres.
— Tu brûles la chandelle par les deux bouts (Argot du peuple). N.

Brûler sa chandelle par les deux bouts

Delvau, 1866 : v. a. Faire des dépenses extravagantes, — dans l’argot des bourgeois.

Casser le goulot à une bouteille

Rigaud, 1881 : Vider une bouteille en un clin d’œil. — Lorsqu’ils sont pressés… de boire, et faute de tire-bouchon, les ivrognes cassent le goulot de la bouteille, c’est ce qu’ils appellent : « Guillotiner la négresse. »

Casser sa bouteille

Fustier, 1889 : Expression populaire datant de l’année 1885 ; c’est vouloir se donner de l’importance, se gonfler, se faire aussi gros que le bœuf… et n’y point réussir.

Chandelle par les deux bouts (brûler la)

France, 1894 : Hâter sa ruine par de folles dépenses. Dissiper à la fois ses ressources pécuniaires et intellectuelles. Brûler une chandelle pour chercher une épingle, faire des dépenses pour un résultat nul.

Chie tout debout

Virmaître, 1894 : Se dit d’un ouvrier indolent, nonchalant. Synonyme de dort debout (Argot du peuple). N.

Chie-tout-debout

Rigaud, 1881 : Veston. C’était autrefois le : Ne te gêne pas dans le parc.

France, 1894 : Personne indolente, paresseuse.

Chier debout

Rossignol, 1901 : Nom donné aux chasseurs de Vincennes qui, lors de la formation de leur corps par le duc d’Orléans, avaient comme les enfants le pantalon fendu sur le derrière, de façon qu’ils pussent satisfaire un besoin pressant sans quitter le havresac et le fourniment ; de là le nom de chier debout. Il arrivait parfois aux chasseurs étant en voyage, de jouer au saut de mouton. Souvent ils faisaient exprès de ne pas boutonner le derrière du pantalon et laisser passer le drapeau blanc.

Coup de bouteille

Delvau, 1866 : s. m. Rougeur du visage, coup de sang occasionné par l’ivrognerie, — dans l’argot du peuple.

Rigaud, 1881 : Rougeur du visage, coup de sang occasionné par l’ivrognerie. (A. Delvau)

Coup de bouteille (avoir son)

France, 1894 : Avoir le visage couperosé à la suite de nombreuses libations, ou être ivre.

Courtaud de boutanche

Delvau, 1866 : s. m. Commis de magasin, — dans l’argot des voleurs.

Virmaître, 1894 : Lourdaud de boutique. Synonyme de calicot (Argot des voleurs).

France, 1894 : Marchand ou commis marchand, dans l’argot des voleurs, qui n’ont fait que conserver le terme injurieux appliqué jadis par les nobles et les hauts bourgeois à tous les gens de commerce.
Tous les nobles autrefois portaient la robe longue ; les gens du peuple, seuls, avaient une jaquette qui ne descendait pas au-dessous du genou et les seigneurs les désignaient souvent sous le nom de courtaud.

Il n’est crocheteur, ni courtaud de boutique
Qui n’estime à vertu l’art où sa main s’applique.

(Mathurin Regnier, dans ses Satires)

Courteaux de boutanche

anon., 1827 : Ceux qui volent des outils chez leurs maîtres.

Cueillir la fraise, la noisette, la fleur, un bouton de rose sur le nombril

Delvau, 1864 : Tirer un coup.

Ah ! qu’il fait donc bon
Cueillir la fraise,
Au bois de Bagneux,
Quand on est deux.

(Le Bijou perdu.)

Mais souffre que je puisse cueillir le fruit, dès si longtemps promis à ma pure et sainte fidélité.

P. De Larivey.

Je craignais qu’elle ne laissât cueillir la belle fleur de son pucelage sans en tirer profit.

Ch. Sorel.

Par ma fine, je suis perdue,
Disait Babet à son seigneur,
Qui par méprise, en lui cueillant sa fleur,
La greffa d’un beau fruit.

Vadé.

Vous abusez, car Meung, docteur très sage,
Nous a décrit que pour cueillir la rose
Riche amoureux a toujours l’avantage.

F. Villon.

Debout

d’Hautel, 1808 : Dormir tout debout. Éprouver une grande envie de dormir ; être accablé de fatigues ; se laisser abattre soit par la chaleur, soit par mollesse et fainéantise.
Il ne peut tomber que debout. Se dit d’un homme qui par ses talens, ses parens, ses amis, ses protecteurs, est à l’abri de l’indigence et de la nécessité.
Des contes à dormir debout. Voyez Contes.
On est plus couché que debout. Signifie qu’une grande partie de la vie se passe dans l’inaction et le repos

Déboutancher

M.D., 1844 : Déboutonner.

Déboutonné

d’Hautel, 1808 : À ventre déboutonné. De tous ses moyens, de toute sa force ; s’en donner à cœur joie.
Manger à ventre déboutonné. C’est-à-dire d’une manière intempérante, sans aucune mesure.

Déboutonner

d’Hautel, 1808 : Se déboutonner avec ses amis. Parler librement et ouvertement à ses amis, leur dire franchement ce que l’on a sur le cœur.

Virmaître, 1894 : Parler, avouer.
— Tu peux te déboutonner mon vieux, il faut que nous sachions ce que tu as dans le ventre. On dit aussi : Déculotte ta pensée (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 : Dire la vérité, se décider à avouer une chose. On dit aussi : il s’est déboutonné, il m’a donné ce que je lui demandais.

Il nous a offert une bouteille, ce n’est cependant pas son habitude de se déboutonner.

Déboutonner (se)

Delvau, 1866 : Parler franchement, dire ce qu’on a sur le cœur ou dans le ventre. Argot des bourgeois.

Donner son bout

Delvau, 1866 : v. a. Congédier un ouvrier, — dans l’argot des tailleurs. On dit aussi donner son bout de ficelle.

Dormir debout (pied à)

Larchey, 1865 : Pied démesurément large et long.

Votre général qui a des pieds à dormir debout.

Gavarni.

Économie de bouts de chandelle

Delvau, 1866 : s. f. Économie mal entendue, qu’il est ridicule parce qu’inutile de faire. Argot des bourgeois.

Écorner les boutanches

Virmaître, 1894 : Forcer les portes des boutiques. Cela indique bien l’action de la pince-monseigneur qui fait éclater le bois par la pesée (Argot des voleurs).

Écumer la boutogue

La Rue, 1894 : Enfoncer la boutique.

Étouffer une bouteille

Delvau, 1866 : v. a. La boire, la faire disparaître jusqu’à la dernière goutte, — dans l’argot du peuple.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique