AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre

Facebook


Share


Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Définition Rechercher partout 


Affaire dans le sac

Une affaire faite, une affaire terminée, est une affaire dans le sac.

Avoir le sac

Être riche, avoir beaucoup d’argent.

Avoir le sacré chien

Avoir le génie, l’esprit de son art. — Équivoque sur le mot précédent. — V. Chien.

Besace

Tétons flasques et pendants, comme une besace dont les toiles se touchent ; ou bien le ventre d’une fille enceinte.

Finalement, v’la Boniface
Qui s’ présente et veut m’épouser :
Comme il faut qu’ chacun port’ sa b’sace,
Je m’ promets bien d’ l’utiliser.
Un mal de cœur, suit’ d’un’ scène amoureuse,
Rendit bientôt ma position chanceuse…

Ph. Vionet.

Bissac

La nature de la femme, qu’elle tend si fréquemment à l’homme, pour qu’il l’emplisse — de sperme.

Le texte dit que foullando,
En foulant et fesant zic, zac.
Le galant se trouve au bissac.

(Ancien Théâtre français.)

Après cinq ou six bons mots
Fait entrer Genfrey au bissac.

(Farces et Moralités.)

Bon sort de bon sort (sacré) !

Exclamation qui exprime le désappointement ou la colère. La variante est : Coquin de bon sort !

Chien, Sacré-Chien

Eau-de-vie aussi mauvaise que forte. — On disait et l’on dit encore dur comme du chien, pour désigner soit un liquide qui racle la gorge au passage, soit une denrée comestible rebelle à la mastication. Il n’est donc pas étonnant que l’eau-de-vie très forte ait été désignée sous le nom de sacré-chien et chien par abréviation.

Consommer le sacrifice

Faire l’acte copulatif depuis A jusqu’à Z, depuis le premier baiser qui joint les lèvres d’en haut, jusqu’au dernier spasme qui distend les lèvres d’en bas.

… Dès que le sacrifice
Est consommé, l’on se tourne le dos.

Louis Protat.

Cracher dans le sac

Voir raccourcir.

Cracher dans le sac

Être guillotiné.

Cracher dans le sac

Être guillotiné.

Cracher dans le sac

Allusion à la tête du condamné à mort qui tombe dans le sac de sciure. On dit aussi : éternuer dans le sac (Argot des voleurs).

Donner le sac

Mettre à la porte. — Mot à mot : Forcer quelqu’un à faire sa malle, son sac.

En avoir plein le sac

Être complètement ivre.

Laissons-le reposer, il en a plein son sac.

Chenu.

Éternuer dans le sac, dans le son

Être guillotiné. Allusion au sac de son destiné à étancher le sang du supplicié.

Être au sac

Avoir de l’argent.

Les deux amis se tombent dans les abatis l’un de l’autre et Hégésippe qui était au sac propose à Philoclès de venir prendre un petit quelque chose sur le pouce.

(Les mistouf’s de Télémaque.)

Fleur de sacristie

Calotin qui fréquente les églises sans en croire un mot. C’est un commerce comme un autre. On dit aussi : rat de sacristie (Argot du peuple). N.

Homme au sac

s. m. Personne riche, généreuse, — dans l’argot des petites dames qui voudraient que l’Humanité ne fût composée que de ces hommes-là.

Marie-sac-au-dos

Femme toujours prête. Allusion aux troupiers qui, quand le quartier est consigné en vue d’un événement quelconque, campent dans la cour de la caserne sac au dos, prêts à partir (Argot des troupiers). V. Rempardeuses. N.

Massacre

s. m. Ouvrier qui travaille mal, qui gâte l’ouvrage, — dans l’argot des bourgeois. Signifie aussi Gaspillage de choses ou d’argent.

Massacre

Ouvrier qui abîme l’ouvrage.

Massacre

Personne ayant un vilain physique.

Massacre

Marque de la petite vérole.

Mettre dans son sac

Dévorer un affront sans pouvoir le venger. — V. Raccourcir.

Le montreur de bêtes fut donc obligé de mettre les calottes dans son sac.

E. Sue.

Mettre dans son sac

Recevoir des injures ou des coups sans y répondre ; encaisser des soufflets ou des sottises sans en donner reçu.

Mettre du pain dans le sac de quelqu’un

Lui faire son affaire ; le battre, le tuer.

Passacailler

Supplanter (Vidocq).

Passacailler

Supplanter ; passer avant son tour.

Plein, plein comme un œuf, comme un sac

Saoul.

Un homme plein comme un œuf, pour avoir trop mangé.

Le Duchat, 1738.

Poil de mon sac

Voir Poil de brique.

Sac

Le ventre. — On dit d’une femme enceinte : Elle en a plein son sac.

La jeune garce en eut plein son sac.

Marguerite De Navarre.

Sac

s. m. Argent, — dans l’argot des faubouriens, qui prennent le contenant pour le contenu. Avoir le sac. Être riche, ou seulement avoir de l’argent. Homme au sac. Homme qui vient d’hériter.

Sac

s. m. Renvoi, congé, — dans l’argot des ouvriers. Avoir son sac. Être renvoyé d’un atelier. Donner son sac. Remercier un patron.

Sac

Ventre. — Avoir le sac plein, avoir le ventre plein.

Sac

Argent. Congre. Éternuer dans le sac, être guillotiné. Avoir son sac, être ivre.

Sac

L’affaire est dans le sac, elle est conclue. Être pris en flagrant délit de vol, c’est avoir son affaire dans le sac. Être laide ou jolie, c’est être ou n’être pas dans le sac. Il y a une vieille chanson là-dessus :

Ell’ n’est pas mal
Pour foutre dans l’canal.
Elle est encore mieux
Pour foutr’ dans les lieux. (Argot du peuple).

Sac (avoir dans son)

Posséder, être pourvu ou doué. Argot du peuple. N’avoir rien dans son sac. N’avoir pas de ressources d’esprit ; être sans imagination, sans talent. Avoir une mauvaise pierre dans son sac. Ne pas jouir d’une bonne santé, être atteint de mélancolie ou de maladie grave.

Sac (avoir le)

Avoir de l’argent.

A-t-elle le sac ? — Cela veut dire en langage des halles : A-t-elle de l’argent ?

G. de Nerval.

Sac (avoir le)

Avoir de l’argent. C’est le contenant pris pour le contenu. On dit également : Être au sac.

Sac (avoir le)

Posséder beaucoup d’argent.
— Il a un fort sac.
— Il est au sac.
Avoir un sac dans lequel il y a une mauvaise pierre, c’est être condamné par les médecins (Argot du peuple).

Sac (avoir le)

Être riche.

Sac (avoir le) ou Être saqué

v. Avoir de l’argent, être riche. On dit encore dans le même sens : être au sac.

Sac (déployer son)

Raconter des balivernes.

Sac (donner à quelqu’un son)

Renvoyer quelqu’un. Pour donner plus de force à l’expression les ouvriers ajoutent : Avec une forte paire de bretelles.Avoir son sac, être renvoyé de l’atelier. On disait autrefois : donner à quelqu’un son sac et ses quilles, pour congédier, casser aux gages.

Si je n’obéis point, j’ai mon sac et mes quilles.

(Boursault, Poésies.)

Sac (en avoir son)

Ne plus pouvoir supporter quelqu’un ou quelque chose.

Entre nous, le mari d’Emma ! j’en ai mon sac !

(Cadol : La colonie étrangère.)

Sac (en avoir un)

Être bête est en avoir un sac.

Sac (éternuer dans le)

Être guillotiné. — Variante : Cracher dans le sac.

Sac (être dans le)

Avoir perdu à un jeu quelconque. Il faut payer, vous êtes dans le sac. — Signifie encore avoir fait de mauvaises spéculations, s’être ruiné. — Une affaire est dans le sac, lorsqu’elle est terminée bien ou mal, lorsqu’on n’en parle plus.

Sac (être ou n’être pas dans le)

Être laide ou jolie. Argot des faubouriens. Cette expression devrait se chanter, comme cette autre, de la même famille :

Ell’ n’est pas mal
Pour foutr’ dans l’canal.

Sac (un)

1000 francs.

Sac à charbon

Prêtre, — dans l’argot des voyous.

Le prêtre qui tout à l’heure leur a lit entrevoir (aux enfants) la douce figure du Jésus évangélique, ils le rencontrent ; du coin d’un carrefour, ils crieront : couac, l’appelleront corbeau ou, d’un mot plus à la mode en ce moment : sac à charbon.

(Figaro, août 1884.)

Sac à charbon

Celui qui porte une Soutane.

Sac à malice

Sac renfermant les brosses, la patience, le fil, les aiguilles, etc.

Sac à merde

Le ventre. L’image n’est pas propre, mais elle exprime bien le fait. On se souvient de ce général du premier Empire à qui Napoléon avait recommandé le plus grand silence à un grand dîner. Le général se tint coi, comme il l’avait promis, mais au dessert il ne put résister, il frappa sur le ventre de son voisin, un archiduc, en lui disant :
— Eh bien ! mon vieux, maintenant que t’as bien mangé, y en a beaucoup là-dedans ? (Argot du peuple).

Sac à os

Individu très maigre.

Sac à os

Femme maigre. On dit dans le peuple : — On peut lire son journal au travers. Il y eut longtemps, il y a une trentaine d’années, une femme diaphane qui se faisait voir dans une baraque à la foire aux pains d’épices. Le pitre pour exciter la foule à entrer, disait :
— Avec une chandelle, on peut lui compter les côtes (Argot du peuple).

Sac à plâtre

Un enfant au maillot ; c’est la taille et la forme d’un sac à plâtre.

Sac à puces

Chien. Les puces font élection de domicile sur les chiens.

Sac à viande

Définition réaliste de la chemise.

Sac à viande

Chemise.

Sac à vin

Ivrogne pour qui toutes les boissons sont bonnes. Mot à mot : il engloutit tous les liquides dans son sac (Argot du peuple).

Sac à vin

Celui qui en boit beaucoup.

Sac au dos

Bossu.

Sac au lard

s. m. Chemise, — dans l’argot des faubouriens, qui se sont rencontrés dans la même expression avec les voleurs anglais : flesh-bag, disent ceux-ci.

Sac d’os

Personne maigre qui n’a que les os.

Sac d’os

Personne maigre.

Sac plein (avoir le)

Être complètement ivre. Se dit aussi à propos d’une Femme enceinte.

Sac plein (avoir le)

Être ivre. A. D. Avoir le sac plein se dit d’une femme sur le point d’accoucher (Argot du peuple). N.

Sac-à-papier

« À l’ouvrage, messieurs ! Sac-à-papier ! on ne fait rien ici. » — Balzac. Juron bon pour exprimer l’ennui d’être dans une situation embrouillée. Un sac-à-papier se disait autrefois de la réunion de toutes les pièces d’un procès celles-ci se plaçaient dans un sac de toile.

Sac-à-papier !

Juron bourgeois, qui marque l’ennui qu’on éprouve, l’embarras dans lequel on se trouve.

Sac-à-vin

s. m. Ivrogne, — dans l’argot du peuple. C’est le guzzle anglais.

Sac-à-vin

Ivrogne incorrigible. Ordinairement la femme du sac-à-vin est une paillasse à coups de poing.

Sac-au-lard

Chemise.

Sacard

adj. et s. Homme à son aise, ayant le sac.

Sachet

Bas, chaussette.


Argot classique, le livreFacebook