AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Mots-clés Rechercher partout 


Appointé de la cagnotte

Racoleur de tripots. On les appelait autrefois truands ou compères.

Appointement

Foncer à l’appointement. Fournir de l’argent à quelqu’un ; subvenir à ses dépenses ; l’entretenir de tout ce qu’il a besoin.
Charger quelqu’un d’appointemens. Se dit plaisamment pour battre, dauber, rosser quelqu’un à tours de bras.

Archipointu

s. m. Archevêque. — dans l’argot des voleurs, qui ont trouvé plaisant de travestir ainsi le mot archi-épiscopus.

Archipointu

Archevêque.

Avoir sa pointe

Légèrement pris de boisson.

Avoir sa pointe, son grain

Premier degré de l’ivresse. Les autres degrés sont : Être monté, en train, poussé, tancé, en patrouille, attendri, gai, éméché, teinté, allumé, pavois, poivre, pompette. Avoir le net piqué, son plumet, sa cocarde. Être raide, dans les vignes, dans les brouillards, dans les brindezingues, chargé, gavé, plein, complet, rond, pochard, bu. Avoir sa culotte, son casque, son sac, sa cuite, son compte, saoul comme trente-six mille, hommes, etc.

Bouillon pointu

Lavement spermatique ; enculage.

Dieu ! qu’est-ce que je sens ? — L’apothicaire poussant sa pointe ; c’est le bouillon pointu.

(Parodie de Zaïre)

Bouillon pointu

Lavement. Double allusion au clystère et à son contenu.

Dieu ! qu’est-ce que je sens ? — L’apothicaire (poussant sa pointe) : C’est le bouillon pointu.

Parodie de Zaïre. Dix-huitième siècle.

Bouillon pointu : Coup de baïonnette :

Toi, tes Cosaques et tous tes confrères, nous te ferons boire un bouillon pointu.

Layale, Chansons, 1855.

Bouillon pointu

s. m. Lavement.

Bouillon pointu

s. m. Coup de baïonnette, — dans l’argot des troupiers.

Bouillon pointu

Clystère.

Courte-pointe

Il est piqué comme une courte-pointe. Se dit par raillerie d’un homme précieux et susceptible qui a pris de l’humeur ; qui s’est choqué d’une plaisanterie ou d’une bagatelle, et qui manifeste son mécontentement par un air froid et maussade.

Farcher dans le point

Tomber dans un piége.

Gros pointu

Archevêque, — dans le jargon des voleurs.

Jouer le point de vue

Argot de cercle ou mieux de tripot.

De la même famille est la « ficelle » qui consiste à suivre les cartes pendant leur distribution ; il y a des banquiers qui les donnent très haut, et l’on peut arriver, avec une certaine habitude, à les voir par-dessous. Si l’on aperçoit un neuf, on ajoute (à sa mise) tout ce qu’on peut ajouter. Cette grosse indélicatesse s’appelle jouer le point de vue.

(Carle des Perrières : Le Monde qui triche.)

Judas (le point de)

Le nombre treize.

La tour ou tour pointue

Dépôt de la préfecture de police où sont conduits tous les individus arrêtés.

Marquer les points

Être troisième dans une partie qui devait être carrée. Assister aux épanchements de deux cœurs amoureux.

Passer la rampe (ne point)

Se dit — dans l’argot des coulisses — de toute pièce ou de tout comédien, littéraire l’une, consciencieux l’autre, qui ne plaisent point au public, qui ne le passionnent pas.

Péter au point

Perdre au jeu de cartes faute d’un point.

Point

Employé dans un sens obscène pour désigner : 1o l’acte vénérien.

Venons au point, au point qu’en n’ose dire.

Cl. Marot.

Ce pitaud doit valoir pour le point souhaité
Bachelier et docteur ensemble.

La Fontaine.

2o Le clitoris.

Le traître alors touche d’un doigt perfide
Le point précis où nait la volupté ;
Ce point secret, délicat et timide
Dont le doux nom des Grecs est emprunté.

Parut.

Point

s. m. Pièce d’un franc, — dans l’argot des marchands d’habits.

Point

Pièce d’un franc, — dans le jargon des brocanteurs.

Point

Pièce d’un franc.

Point

Franc. 2 points, 2 francs.

Point (un)

Pièce d’un.

Point de coté

Créancier. Maître-chanteur exploitant les hommes qui ont un certain vice. Allusion à la gène causée par le mal de ce nom. L. L. Point de côté : tiers gêneur. Celui qui, par exemple, vous empêche, par sa présence, de lever une femme et de l’emmener après l’avoir levée. A. D. Point de côté, mari gênant, ombrageux, jaloux, qui surveille sa femme comme Bartholo sa nièce :
— Je ne peux pas sortir, mon point de côté est à la maison, il ne me lâche pas d’une semelle (Argot du peuple). N.

Point de côté

s. m. Tiers gêneur, — celui qui, par exemple, vous empêche, par sa présence, de lever une femme ou de l’emmener après l’avoir levée. Signifie aussi Créancier.

Point de Judas

s. m. Le nombre treize, — dans l’argot du peuple.

Point gamma

Époque des examens de fin d’année, — dans l’argot des Polytechniciens, pour qui c’est le temps de l’équinoxe c’est-à-dire celui où le travail de nuit est égal à celui du jour.

Point M

s. m. Expression en usage à l’École polytechnique, et qui sert à indiquer la limite dans laquelle on accepte, soit des faits, soit des idées. Ainsi, quand un élève demande à un autre : « Aimes-tu la tragédie ? — Euh ! répond l’autre, je l’aime jusqu’au point M. »

Point Q

s. m. Le derrière humain, — dans l’argot des Polytechniciens.

Point-de-côté

Créancier. — Importun. — Agent des mœurs, — dans le jargon des voleurs et des Éphestions d’égout. Ces derniers désignent, encore, sous ce nom le passant, qui, par sa présence, gêne leur honteux commerce.

Point-de-côté

Créancier. Importun. Agent des mœurs.

Pointe

s. f. Demi-ivresse, — dans l’argot des faubouriens. Avoir sa pointe. Être gris. Avoir une petite pointe. Avoir bu un verre de trop.

Pointe (avoir sa)

Ressentir les premiers effets de l’ivresse. — Avoir une pointe de gaieté causée par les préliminaires de l’ivresse.

Pointe (pousser sa)

Conter fleurette.

Que de projets ma tête avorte tour à tour, Poussons toujours ma pointe et celle de l’amour.

Le Rapatriage, parade du dix-huitième siècle.

Pointé, à point (être)

Avoir bu jusqu’à la lisière de l’ivresse. Un verre ou deux de plus, le pointé passe à l’état de soulot ; le soulot est le têtard du pochard.

Pointeau

Employé qui pointe le temps dans les usines, — en terme d’ouvrier.

Pointu

s. et adj. Homme qui ne plaisante pas volontiers, désagréable à vivre, — dans l’argot du peuple.

Pointu

s. m. Evêque, — dans l’argot des voyous.

Pointu

s. m. Clystère, — dans l’argot des bourgeois.

Pointu

s. m. et adj. Disposé à prendre les choses par leur mauvais côté, et, par suite, insociable, grincheux, désagréable. Ce travers n’est pas étranger aux typographes ; mais le mot n’appartient pas exclusivement à leur langue.

Pointu (bouillon)

Clystère.

Pousser le cul pour avoir la pointe

Proverbe en usage chez les couturières, et qui signifierait coudre, s’il ne voulait pas dire : Jouer des reins pour avoir au cul la pointe d’une aiguille de viande, — soit un bon gros vit.

Pousser sa pointe

Baiser une femme, la piquer de son fleuret démoucheté.

Vien,
Chien, Foutu vaurien,
Cess’ ta plainte
Et pouss’ ta pointe.

(Parnasse satyrique.)

Pousser sa pointe

v. a. S’avancer dans une affaire quelconque, — mais surtout dans une entreprise amoureuse.

Que de projets ma tête avorte tour à tour !
Poussons toujours ma pointe et celle de l’amour.

dit une comédie-parade du XVIIIe siècle (le Rapatriage).

Quinte et quatorze et le point

V. Plombé.

Quinte, quatorze et le point

Gros lot embarrassant gagné à la loterie de Cythère.

Rapointi

Maladroit. — Souffre-plaisir des émigrés de Gomorrhe, — dans le jargon des ouvriers du fer ; par réminiscence des déchets de fer nommés rapointis de ferraille.

Rapointi

Homme sans valeur ou de mœurs innommables.

Rappointis

Morceau de fer pointu, forgé par un apprenti. On appelle ainsi les chétifs (Argot du peuple). V. Avorton. N.

Rappointis

Vieux outils.

Tangente, tangente au point q

Épée. — Jeu de mots.

Le conscrit de l’École polytechnique est souvent absorbé avant d’avoir endossé l’uniforme et senti battre sur sa cuisse gauche l’arme que les élèves nomment une tangente au point q.

La Bédollière.

Tour pointue

Préfecture de police ; et la pointue, par abréviation. — Aller faire un tour à la pointue, aller visiter la pointue, être enfermé au dépôt.

Tour pointue (la)

Préfecture de police (Argot des voyous).

Tour, tour pointue

Palais de justice. Préfecture de police. Le Dépôt.

Trente points (les)

Qui constituent la beauté des femmes, sont, — je cite d’après Brantôme ;

Trois choses blanches : la peau, les dents et les mains.
Trois noires : les yeux, les sourcils et les paupières.
Trois rouges : les lèvres, les joues et les ongles.
Trois longues : le corps, les cheveux et les mains.
Trois courtes : les dents, les oreilles et les pieds.
Trois larges : la poitrine, le front et l’entre-sourcils.
Trois étroites : la bouche, la ceinture et le con.
Trois grosses : le bras, la cuisse et le mollet.
Trois déliées : les doigts, les cheveux et les lèvres.
Trois petites : les seins, le nez et la tête.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique