AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre

Facebook


Share


Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Définition Rechercher partout 


Balancé

Être renvoyé de sa place.
— J’ai balancé ma femme elle était par trop rasante (Argot du peuple). N.

Balancé (être)

Renvoyé d’une place.

Balance de boucher

Fille publique, — parce qu’elle pèse toutes sortes de viandes, des quéquettes de jouvenceaux, des courtes de maçons, des pines d’Auvergnats et des vits de maquereaux.

Balancement

s. m. Renvoi, congé, — dans l’argot des employés.

Balancer

Remuer.

Balancer

Jeter, refuser.

Balancer

Renvoyer.

Balancer

Jeter.

Balancer

Chasser, renvoyer d’un emploi.

Balancer

Jeter au loin. On sait que l’action de balancer imprime plus de force à une projection. V. Litrer. Balancer, envoyer à la balançoire : Congédier, renvoyer.

Elle m’a traité de mufle. — Alors il faut la balancer.

Monselet.

Je l’envoie à la balançoire.

Id.

On dit aussi exbalancer :

Je vais les payer et les exbalancer à la porte.

Vidal, 1833.

Balancer son chiffon rouge : Parler, remuer la langue. — Balancer sa canne : Devenir voleur. — C’est-à-dire jeter la canne de l’homme qui marche dans l’unique but de se promener. — Balancer ses halènes : Cesser de voler, jeter ses outils de voleur. — Balancer une lazagne : Adresser une lettre. — Balancer ses chasses : Regarder à droite et à gauche. Balancement :

Le conducteur appelle son renvoi de l’administration un balancement.

Hilpert.

Balançoire : mensonge, conte en l’air.

Non, monsieur ! je n’avais pas fait un accroc. — C’est une balançoire.

P. de Kock.

Balancer

v. a. Donner congé à quelqu’un, renvoyer un employé, un domestique, — dans l’argot du peuple, qui ne se doute pas qu’il emploie là, et presque dans son sens originel, un des plus vieux mots de notre langue.
On dit aussi Envoyer à la balançoire.

Balancer

Jeter au loin, renvoyer, envoyer promener.

Quand votre femme vous ennuie… Toc ! on la balance.

(E. Grangé et Lambert-Thiboust. La Mariée du Mardi-Gras.)

Balancer

Voir balanstiquer.

Balancer la tinette

Vider le baquet-latrine, — dans l’argot des troupiers.

Balancer la tinette

Vider le baquet aux excréments, — dans le jargon des troupiers. — Quitter un endroit, vider les lieux, jeu de mots facile à saisir.

Balancer le chiffon rouge

Parler. Le chiffon rouge figure la langue. Allusion de couleur. Mot à mot : lancer la langue.

Balancer le chiffon rouge

Parler.

Balancer le chinois (se)

Jouer avec son membre pour jouir, le faire dodeliner de la tête, comme un poussah, jusqu’à ce que, l’érection arrivant, il se tienne roide comme la justice et pleure silencieusement toutes les larmes de son œil unique.

Balancer le chinois (se)

Se livrer à l’onanisme.

Balancer les châssis

Regarder de tous les côtés, jeter les yeux à droite et à gauche, — dans le jargon des voleurs.

Balancer les châssis

Regarder vivement de tous les côtés, par ex. en faisant le guet.

Balancer quelqu’un

v. a. Le faire aller, se moquer de lui. Argot des faubouriens.

Balancer sa canne

v. a. De vagabond devenir voleur, — ce qui est une manière comme une autre de franchir le Rubicon qui sépare l’honneur du vice.
Signifie aussi Rompre son ban, s’évader.

Balancer sa canne

Passer du vagabondage au vol.

Balancer sa canne

Passer du vagabondage au vol. C’est le Rubicon du vagabond.

Balancer sa largue

Se débarrasser de sa maîtresse, — dans l’argot des filles et des maquereaux.

Balancer sa largue

v. a. Se débarrasser de sa maîtresse, — dans l’argot des voleurs.

Balancer ses alênes

v. a. Quitter le métier de voleur pour celui d’honnête homme, à moins que ce ne soit pour celui d’assassin.

Balancer ses alênes

Quitter le métier de voleur. Deux escarpes sont embusquées au coin d’une rue ; de loin, ils voient passer un garçon de recettes, une lourde sacoche sur l’épaule. — Quel dommage, dit l’un, que l’on ne puissse effaroucher son pognon. Je balancerai mes alênes et j’irai vivre honnête dans mon patelin (Argot des voleurs).

Balancer ses chasses

v. a. Regarder ça et là, distraitement. Argot des voyous.

Balancer ses halènes

Se retirer du commerce du vol. Mot à mot : jeter ses halènes, ses outils.

Balancer son rondin

Aller au cabinet. Allusion à la forme ronde des excréments (Argot du peuple). N.

Balancer un homme

Le quitter, soit parce qu’il ne vous donne pas assez d’argent, soit parce qu’il vous ennuie.

Toujours d’avance exigeras
Qu’il fasse tinter son argent ;
Sinon tu le balanceras…
On ne vit pas de l’air du temps.

(Parnasse satyrique.)

Balancer une femme

La renvoyer comme Abraham Agar, soit parce qu’elle devient gênante, soit parce qu’elle est trop libertine.

Elle m’a traité de mufle. — Alors, il faut la balancer.

Charles Monselet.

Balanceur de braise

Changeur.

Balanceur de braise

Changeur. Allusion à l’argent qui ne fait que passer par ses mains, il le balance aussi facilement qu’il le reçoit (Argot des voleurs). N.

Balanceur de lazagne

Écrire une lettre d’une prison et l’adresser à quelqu’un (Argot des voleurs). V. Arcasineur.

Balanceur de tinettes

Auxiliaires des prisons qui vident les tinettes. Quand elles sont pleines de rnouscaille, elles sont lourdes ; ils impriment un balancement pour les vider : Une, deux et trois. C’est fait. Les troupiers disent : Passer la jambe à Jules. Quand la tinette déborde un loustic s’écrie :
— Prenez-la par les oreilles.
Dans le peuple on dit : Passer la jambe à Thomas (Argot du peuple).

Billancer

v. n. Faire son temps, — dans l’argot des voleurs.

Billancer

Faire son temps, payer sa dette à la justice, — dans le jargon des voleurs.

Billancer

Payer. Faire son temps de prison.

Billancer

Condamné qui a fait sa prison. C’est la corruption de billancher, payer ; en effet, le prisonnier qui a fait sa prison a payé sa dette (Argot des voleurs). N.

Calance

s. f. Action de caler, état de celui qui cale.

Chaud de lance ?

J’ai entendu chanter dans les caveaux, une chanson sur l’hôpital du Midi, aujourd’hui hôpital Ricord, dont voici un couplet :

On vous donne des tisanes et des graines, Du copahu ainsi que de l’Opiat, Et de l’iodure pendant la. quarantaine, Matin et soir après chaque repas. Le potassium sur tous les hommes Fait son effet, dit le docteur Simonet ; Essayez-en, mes bonnes gens, De tous ces remèdes, vous en serez contents.

Chaude lance

Gonorrhée.

Chaude lance

Maladie qui se soigne à l’hôpital Ricord, ou chez les charlatans qui vantent leurs spécifiques dans les pissotières.
— Traitement facile à suivre, en secret, même en voyage, guérison radicale sans rechute (Argot du peuple).

Chaude-lance

Le faux-nez de la chaude-pisse.

Le soldat de Lobau,
Dit-on, n’eut pas de chance,
Car une chaude-lance
Lui corda le bayou.

Joachim Duflot.

Chaude-lance

Gonorrhée (Vidocq) — Allusion à la chaleur et aux élancements du canal de l’urètre.

Chevalier de la courte lance

Savetier, par allusion au tranchet ; le mot date de 1649.

Comblance

s. f. Abondance, excès, chose comble, — dans le même argot [des voleurs]. Par comblance. Par surcroît.

Cribleur de lance

Porteur d’eau. — Il crie à l’eau.

Cribleur de lance

s. m. Porteur d’eau.

Esbalancer

Pousser, jeter à terre.

Esbalancer

Pousser, jeter à terre.

Fourchette (lancer un coup de)

Porter à l’adversaire avec lequel on se bat un coup dans les deux yeux à la fois en y enfonçant, d’un mouvement rapide, l’index et le doigt majeur écartés.

L’ange ou lance

L’eau.

Lance

Eau.

Lance

Eau.

Lance

Eau.

Lance

Eau, larme.

Lance

Eau pour boire.

Lance

Eau (Vidocq). — Pour désigner l’eau, on a fait allusion à son extrême fluidité ; on a dit la chose qui se lance. Dans Roquefort, on trouve lancière : endroit par où s’écoule l’eau surabondante d’un moulin. V. Mourir, Trembler.

Lance

s. f. Pluie, — dans l’argot des faubouriens, qui ont emprunté ce mot à l’argot des voleurs. À qui qu’il appartienne, il fait image.

Lance

s. f. Balai, — dans le même argot [des faubouriens].

Lance

Eau. — Balai. Lancier du préfet, balayeur, cantonnier.

Lance

Pluie. — Il tombe des lances, il pleut. Expression empruntée à l’argot parisien.

Lance

Eau. Pluie. Balai. Lanciers du préfet, Balayeurs.

Lance

Eau, pluie.
— Il tombe de la lance à ne pas mettre un chien dehors.
Le peuple a emprunté ce mot à l’argot des voleurs.

Lance

Eau.

Lance

Eau, pluie.

Lancé

Gris.

Patara, au moins aussi lancé que le cheval, tapait sur la bête à tour de bras.

Phys. du Matelot, 1843.

Lancé

Rapide projection de la jambe.

Paul a un coup de pied si vainqueur et Rigolette un si voluptueux saut de carpe ! Les admirateurs s’intéressaient à cet assaut de lancés vigoureux.

1847, Vitu.

Lancé

s. m. Effet de jambes, dans l’argot des bastringueuses.

Lancé

adj. Sur la pente de l’ivresse, — dans l’argot des bourgeois.

Lancé

Légèrement pris de vin.


Argot classique, le livreFacebook