AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre

Facebook


Share


Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Définition Rechercher partout 


Battre Job

v. n. Dissimuler, tromper. Même argot [des voleurs].

Battre Job

Faire le niais. Job est pour jobard, par apocope.

Battre job

Dissimuler.

Battre le Job

Ne pas savoir son rôle, perdre la mémoire, — dans le jargon du théâtre. (Manuel des coulisses, 1826.)

Battre le job

V. Battre comtois.

Job

Niais.

Job

Niais. — Abrév. du vieux mot jobelin V. Roquefort.

Si j’étais assez job pour croire que vous me donnez toute une fortune.

E. Sue.

Jobarder : Duper.

Je ne veux pas être jobardé.

Balzac.

Joberie : Niaiserie (Vidocq).

Job

s. m. Innocent, imbécile, dupe, — dans l’argot des faubouriens, qui parlent comme écrivaient Noël Du Fail en ses Propos rustiques et d’Aubigné en sa Confession de Sancy.

Job

s. m. Tromperie, mensonge. Monter un job. Monter un coup. Monter le job. Tromper, jouer une farce.

Job

Niais, dupe. C’est jobard par apocope. — Se monter le job, se monter la tête, l’imagination. Une femme dit d’un homme qui prétend être aimé pour lui-même qu’il se monte joliment le job.

Job

Imbécile. Tromperie.

Job (monter ou se monter le)

Voyez Bourichon.

Jobard

s. m. et adj. Homme par trop crédule, dont chacun se moque, les femmes parce qu’il est trop respectueux avec elles, les hommes parce qu’il est trop confiant avec eux. C’est un mot de vieille souche, qu’on supposerait cependant né d’hier, — à voir le « silence prudent » que le Dictionnaire de l’Académie garde à son endroit.

Jobarder

v. a. Tromper, se moquer ; duper. Se faire jobarder. Faire rire à ses dépens.

Jobarder

Duper, mystifier, rire aux dépens de.

Jobarderie

s. f. Confiance par trop excessive en la probité des hommes et la fidélité des femmes.

Jobarderie, Joberie

Niaiserie, bêtise.

Joberie

s. f. Niaiserie, simplicité de cœur et d’esprit.

Jobisme

s. m. Pauvreté complète, pareille à celle de Job. L’expression appartient à H. De Balzac.

Monter le job

Se monter le coup à soi-même. S’illusionner sur toutes choses. S’imaginer être aimé par désintéressement. En un mot, croire que c’est arrivé
— Mon miché qui s’est monté le verre en fleur que j’y allais de mon voyage, faut-y qu’il soit poire (Argot du peuple). N.

Monter le job (se)

Comparaitre devant un tribunal.


Argot classique, le livreFacebook