AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Mots-clés Rechercher partout 


Cicogne

s. f. Le Palais de justice, — dans l’argot des voleurs. Dab de la Cigogne. Le procureur général.

Cognac, cognard, cogne

Gendarme (Vidocq). — Est-ce parce qu’ils cognent les malfaiteurs. V. Cigogne, Raille.

Cogne

Gendarme.

Cogne

Gendarme.

Cogne

Gendarme.

Cogne

Gendarme.

Cogne

s. m. Gendarme. La cogne. La gendarmerie.

Cogne

s. m. Apocope de Cognac, — dans l’argot des faubouriens.

Cogne

Cognac. — Prendre un petit cogne, histoire de se rincer la dent, prendre un petit verre de cognac, pour se rafraîchir la bouche.

Viens pitancher un verre de cogne !

(Huysmans, Marthe.)

Cogne

Gendarme. Agent.

Cogne

Gendarme (Argot des voleurs). V. Hirondelle de potence.

Cogne

Gendarme. On nomme aussi les gardiens de la paix des cognes

Acré (sauvons-nous), v’la les cognes.

Cogne

Gendarme.

Cogne-fêtu

Homme qui se donne beaucoup de peines, et qui n’avance à rien ; égoïste, avaricieux.

Cogne, Cognac

Agent de police, — dans le jargon des voleurs ; et Cognard, gendarme.

Cognée

Jeter le manche après la cognée. Locution proverbiale qui signifie se laisser décourager par les obstacles ; abandonner une entreprise aux premières difficultés. Signifie s’engager dans une entreprise sans avoir les moyens qui peuvent la faire réussir.

Cognée

Le membre viril, avec lequel on fait du bois pour les maris. — On l’a employée aussi pour la nature de la femme.

Ma cognée aujourd’hui fait d’étranges effets,
Quand elle abat du bois, elle en fait venir d’autre.

(Cabinet satyrique.)

Afin que l’un dedans l’autre s’emmanche,
Prends que sois manche, et tu seras coignée.

Rabelais.

Cogner

Battre, frapper, rosser.
Tu te feras cogner. Pour, tu te feras battre, donner sur les oreilles.
Se cogner la tête contre la muraille. Entre prendre une chose impossible, ou pour laquelle on n’a aucune capacité.

Cogner

Battre. V. Ça.

Je me cogne quelquefois… On me craint comme le feu dans la Cité.

E. Sue.

Cogner

Donner des coups. — Tais-toi ou je cogne. — Cogner dur, frapper fort.

Cogner

Battre. Emprunter.

Cogner

Demander, solliciter. On cogne son patron pour avoir un acompte sur son travail. Un employé cogne à la caisse pour avoir une avance.

Cogner (se)

v. réfl. Échanger des coups de pied et des coups de poing, — dans le même argot [des faubouriens]. Se dit aussi pour : Prendre les armes, descendre dans la rue et faire une émeute.

Cogner (se)

Dans un partage, celui qui n’a rien se cogne.

Cogner (se)

Se battre.

Cogner une femme

La baiser à grands coups de queue sur le ventre, comme les boucs se cognent entre eux.

Une courtisane de Venise avait envie d’être cognée tout son saoul par deux Français de bonne mine.

Tallemant des Réaux.

Cognerie

Combat.

Recogner

Brusquer, rebuter, repousser.

Rencogner

Se rencogner. Se fourrer, se retirer dans un coin, à dessein de n’être pas aperçu dans une société.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique