AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

X

X

(Delvau, 1864) : 23e lettre de l’alphabet. — Sert ordinairement de masque et de pseudonyme aux dames ou demoiselles X…, lorsque MM. les chroniqueurs redoutent les procès ou les coups de canne.

(Larchey, 1865) : Secret. — En mathématiques, X représente l’inconnu.

On cherche l’X du cœur.

Texier.

X : Calcul.

Depuis l’année 1840, le fort en X est en proportion constante.

Les Institutions de Paris.

Tête d’X : Tête organisée pour le calcul. — Calembour sur la formule (théta X) employée en mathématiques.

L’ancien est évidemment une tête à X.

La Bédollière.

Un X : Un polytechnicien.

(Delvau, 1867) : s. m. Polytechnicien, — dans l’argot des collégiens. Fort en X. Élève qui a des dispositions pour les mathématiques. Tête à X. Tête organisée pour le calcul ; cerveau à qui le Thêta X est familier.

(Delvau, 1867) : s. m. Secret, — dans l’argot des gens de lettres.

(Virmaître, 1894) : Inconnu, secret ; sert à désigner un polytechnicien, ou une personne qui a des dispositions pour les mathématiques : Sur l’affreux chevalet des x et des y a dit Victor Hugo (Argot des gens de lettres).

(Virmaître, 1894) : Ce mystérieux X a fait parler de lui pendant six mois à propos de l’affaire du Panama. X, l’inconnu, c’est tout le monde et ce n’est personne (Argot du peuple).

(France, 1907) : Formule mathématique, signe de l’inconnu. Chercher l’X, chercher l’inconnu, la solution d’un problème.

L’émotion devenait grande,
Du président ou de Félix,
Qui donnerait la réprimande ?
Les diplomates cherchaient l’X.

Fort en X, fort en mathématiques.

Pipe-en-Bois était employé comme dessinateur à l’usine Cail. Fort en X, il avait passé par l’École polytechnique, ce qui l’avait rendu profondément matérialiste et raisonneur.

(Charles Virmaître, Paris oublié.)

Faire des X, s’occuper de mathématiques ; chercher la solution de problèmes scientifiques.

En faisant des X et sans quitter presque son cabinet, Leverrier avait annoncé l’apparition d’une planète, et, au jour dit, à l’heure précise, Neptune étincelait au firmament. Pourquoi ne pas admettre qu’un savant de génie, un infaillible observateur de la nature puisse prévoir — mais là, mathématiquement — je ne sais quel cataclysme qui supprimera, dans le temps d’un soupir, ce point dans l’espace, cet imperceptible globe que nous habitons ?

(François Coppée.)

Tête à X, tête bourrée de mathématiques.

(France, 1907) : Caractère algébrique qui désigne à la fois le polytechnicien et l’École polytechnique.

Un X est pour tous les taupins un être en quelque sorte supérieur, pour lequel ils professent le respect et l’admiration… La renommée, la popularité de l’École sont encore si grandes que, dans les collèges et les pensionnats, presque tous les bambins de la classe de huitième déclarent qu’ils se destinent à l’X.

(A. Lévy et G. Pinet.)

X est mon nom ; je ne sais quel caprice
Me fit donner un nom si dur, si sec ;
J’eus pour cadet un frère qu’en nourrice
On baptisa du joli nom d’I grec.
Pour compléter cette liste gentille,
Il nous survint un tiers frère puiné,
Qu’on nomma Zed… et voilà la famille
Dont j’ai l’honneur, Messieurs, d’être l’aîné.

(Chanson d’un X, 1834.)

X (aller à l’)

(Rigaud, 1881) : Aller à l’école polytechnique. — Candidat à l’X, aspirant à cette même école.

Xi ! Xi !

(France, 1907) : Bien que ce ne soit pas un dicton, mais une simple interjection, nous avons cru bon de l’introduire ici, à titre de curiosité.
Cette interjection, nullement grammaticale, car elle ne se trouve dans aucune grammaire, n’en est pas moins répandue, et les écoliers et les gavroches qui s’en servent pour exciter les chiens à se battre ne se doutent pas qu’ils parlent latin.
Xi n’est autre, en effet, que le diminutif du mot occi (tue), devenu le vieux français ochi. Dans le roman d’Eustache Le Moine, pirate fameux du XIIIe siècle, on trouve ces vers :

Quant voit le conte trespasser
Wistaces (Eustache) commenche à crier :
« Ochi ! ochi ! ochi ! ochi ! »
Et li quens Renous, respondi :
« Je l’ocirai, par Saint Richier ! »


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique