AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Tabac

Tabac

(d’Hautel, 1808) : Il ne prend pas souvent du tabac. Se dit en plaisantant d’un auteur qui ne multiplie pas les repos, les alinéa dans son ouvrage ; qui fait des chapitres de longue haleine.
On dit aussi dans un sens opposé, qu’il prend souvent du tabac, quand les alinéa y sont fréquens.

(Delvau, 1867) : s. m. Vieil étudiant, — culotté comme une pipe qui a beaucoup servi.

(Delvau, 1867) : s. m. Ennui, misère, — dans l’argot des faubouriens. Être dans le tabac. Être dans une position critique. Foutre du tabac à quelqu’un. Le battre — de façon à lui faire éternuer du sang. Fourrer dans le tabac. Mettre dans l’embarras. Manufacture de tabac. Caserne.

(La Rue, 1894) : Ennui, misère ; être dans le tabac. Coups : Passer à tabac, brutaliser, bourrer de coups. V. Passer.

(Virmaître, 1894) : Misère.
— Je suis dans le tabac mistoufle (Argot du peuple).

(Rossignol, 1901) : Applaudissements, succès. Un artiste qui a des applaudissements, du succès, a du tabac.

Tabac (donner du, coller du)

(Rigaud, 1881) : Battre — Réprimander fortement.

Tabac (être dans le)

(Larchey, 1865) : Être dans une position critique. — Mot à mot : Être dans le à bas. — Jeu de mots.

Tabac (il y aura du)

(Merlin, 1888) : Il se fera du bruit. On aura du mal. Équivalent de : Ça chauffera.

Tabac (manufacture de)

(Rigaud, 1881) : Caserne.

Tabac (passage à)

(Rigaud, 1881) : Voies de faits auxquelles se livraient, encore au commencement de 1879, les agents de police envers certains prisonniers.

Tabac (passer au)

(Rigaud, 1881) : Maltraiter, brutaliser, bourrer de coups, — dans le jargon de la police.

Quand je suis arrivé au service de sûreté, j’ai demandé aux anciens la cause des cris que poussaient des prisonniers, et ils m’ont répondu : Ce sont des individus qu’on ligote fortement en leur demandant s’ils veulent casser du sucre. On appelle cela passer au tabac.

(La Lanterne, compte-rendu du procès de la Lanterne, déposition de M. Cousin, inspect. de police, 23 janv. 1879.)

M. Tard, inspecteur de police, déclare qu’en décembre 1876, il a vu amener un jeune homme de dix-huit à vingt ans qui refusait de donner son nom ; on lui a lié les mains si fortement que le sang a coulé, et comme il persistait à garder le silence, on l’a menacé de chauffer une barre de fer et de la lui passer sous la plante des pieds.

(Idem, idem.)

Tabac (un vieux)

(Merlin, 1888) : Un vieux soldat.

Tabac à deux sous la brouette

(Merlin, 1888) : Tabac de cantine, à prix réduit et de qualité inférieure.

Tabac à trois sous la brouette

(Rigaud, 1881) : Tabac de cantine, — dans le jargon des soldats.

Tabac de démoc

(Delvau, 1867) : s. m. Tabac fait avec les détritus de cigares ramassés par les voyous jeunes et vieux, dont c’est la spécialité.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique