AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Sorbonne

Sorbonne

(d’Hautel, 1808) : Pour dire, le chef, la tête.
Quand il a mis quelque chose dans sa sorbonne, le diable ne lui en feroit pas sortir. Se dit d’un homme opiniâtre, entêté.

(Raban et Saint-Hilaire, 1829) : Tête. Porter la sorbonne à Charlot, aller à l’échafaud.

(Bras-de-Fer, 1829) : Tête.

(Halbert, 1849) : Tête.

(Larchey, 1865) : Cerveau. V. d’Hautel, 1808.

La sorbonne est la tête de l’homme vivant, son conseil, sa pensée.

Balzac.

Date du temps où les décisions de la Sorbonne faisaient plus de bruit dans le monde intellectuel. — V. Paumer.

(Delvau, 1867) : s. f. La tête, — parce qu’elle « médite, raisonne et conseille le crime ». Argot des voleurs.

(Rigaud, 1881) : Tête. Autrefois, c’était la tête sur les épaules, la tête qui pense. L’autre, la tête coupée, était la tronche. Messieurs les assassins, qui ne sont jamais sûrs de conserver cette partie si essentielle de leur individu, avaient créé deux mots pour exprimer les deux manières d’être, de la tête. Aujourd’hui sorbonne n’est guère plus usité.

(Virmaître, 1894) : Tête. Vieille expression ; on lit en effet, dans la chanson du Canstel :

Des réflexions m’trottaient dans la Sorbonne. (Argot des voleurs).

(Rossignol, 1901) : Tête.

(Hayard, 1907) : Tête.

Sorbonne, boussole

(La Rue, 1894) : Tête.

Sorbonner

(Halbert, 1849) : Penser.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique