AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Ogresse

Ogresse

(Bras-de-Fer, 1829) : Femme qui loue des effets aux filles.

(Halbert, 1849) : Tavernière de tapis-franc ou maison galante.

(Delvau, 1867) : s. f. Maîtresse de tapis-franc, de maison borgne, — dans l’argot des voleurs, qui ont sans doute voulu faire allusion à l’effroyable quantité de chair fraîche qui se consomme là dedans.

(Delvau, 1867) : s. f. Marchande à la toilette, proxénète, — dans l’argot des filles, ses victimes.

(Rigaud, 1881) : Cabaretière, propriétaire d’un garni à la nuit et à la corde. — Revendeuse à la toilette, vendeuse et revendeuse de chair humaine plus ou moins fraîche.

(La Rue, 1894) : Maîtresse d’hôtel borgne. Cabaretière. Marchande à la toilette. Proxénète.

(Virmaître, 1894) : La procureuse ou la proxénète, bouquetière ou marchande à la toilette ; elle donne cent sous aux filles quand elle touche vingt francs, elle leur vend mille francs ce qui vaut cent francs. Mot à mot : l’ogresse les mange toutes crues (Argot des filles).

(Virmaître, 1894) : Femme friande de chair fraîche appartenant à son sexe (Argot des filles). V. Accouplées.

(Hayard, 1907) : Tenancière de caboulot. Proxénète.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique