AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Débiner

Débiner

(d’Hautel, 1808) : Décroître, aller en décadence, perdre sa fortune, son emploi, ses ressources, se laisser aller en guenilles.
Il est tout débiné. Pour dire, il a un habit tout déguenillé ; il est dans la pénurie, dans le besoin.

(anon., 1827) : Parler contre.

(Raban et Saint-Hilaire, 1829) : Parler contre un confrère, le dénoncer.

(Bras-de-Fer, 1829) : Parler contre.

(M.D., 1844) : Mépriser.

(un détenu, 1846) : Parler mal d’autrui.

(Larchey, 1865) : Médire.

On le débine, on le nie, on veut le tuer.

A. Scholl.

(Delvau, 1867) : v. a. Médire, — et même calomnier. En wallon, on dit : Dibiner, pour être mal à l’aise, en langueur. Se débiner. S’injurier mutuellement.

(Rigaud, 1881) : Dire du mal. — Déprécier. Mot à mot : mettre quelqu’un ou quelque chose dans la débine, l’appauvrir moralement.

(Boutmy, 1883) : v. Dénigrer, dire du mal de quelqu’un. N’est pas particulier au langage typographique.

(Virmaître, 1894) : Dire du mal de quelqu’un.
— Nous l’avons tellement débiné qu’il n’a pu réussir (Argot du peuple).

(Rossignol, 1901) : Dire du mal de quelqu’un c’est le débiner.

(Hayard, 1907) : Critiquer, (se), partir.

Débiner (se)

(Delvau, 1867) : S’en aller, s’enfuir. En wallon, on dit Biner pour Fuir.

(Rigaud, 1881) : Se sauver.

(Rigaud, 1881) : S’affaiblir, se sentir malade, perdre ses forces, — dans le jargon du peuple. — Se débiner des fumerons, ne pas être solide sur ses jambes. (L. Larchey)

(Rossignol, 1901) : S’en aller, se sauver. « Je suis presse, je me débine. » — « Je me suis débiné des agents. »

Débiner le pante

(La Rue, 1894) : Voler l’homme qu’un autre s’était réservé de voler.

Débiner le truc

(Delvau, 1867) : v. a. Vendre le secret d’une affaire, révéler les ficelles d’un tour. Argot des saltimbanques.

(Virmaître, 1894) : Compère mécontent qui révèle le secret de son associé (Argot des voleurs).


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique