AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Chiner

Chiner

(Larchey, 1865) : Aller à la recherche de bons marchés.

Remonenq allait chiner dans la banlieue de Paris.

Balzac.

Les roulants ou chineurs sont des marchand d’habits ambulants qui, après leur ronde, viennent dégorger leur marchandise portative dans le grand réservoir du Temple.

Mornand.

(Delvau, 1867) : v. n. Brocanter, acheter tout ce qu’il y a d’achetable — et surtout de revendable — à l’hôtel Drouot.

(Rigaud, 1881) : Critiquer, se moquer de.

(Rigaud, 1881) : Crier dans les rues, — dans le jargon des marchands d’habits ambulants. Quand ils parcourent la ville, au cri de : « habits à vendre ! » ils chinent, ils vont à la chine.

(Rigaud, 1881) : Porter un paquet sur le dos ; trimballer de la marchandise, — dans le jargon des marchands ambulants : c’est une abréviation de s’échiner.

(Merlin, 1888) : Médire de quelqu’un ; le ridiculiser.

(Fustier, 1889) : Travailler. (Richepin.) — Plaisanter.

(La Rue, 1894) : Crier et vendre dans les rues ; Brocanter. Plaisanter.

(Virmaître, 1894) : Blaguer quelqu’un. — Il est tellement chineur que tout le monde passe à la chine (Argot du peuple). N.

(Virmaître, 1894) : Courir les rues ou les campagnes pour vendre sa camelotte. Chiner est synonyme de fouiner. Comme superlatif on dit chignoler (Argot du peuple).

(Rossignol, 1901) : Le marchand d’habits qui court les rues pour acheter de vieux vêtements, c’est un chineur, il fait la chine. Le marchand ambulant chine sa camelote de porte en porte. Le marchand de chiffons qui court les rues est aussi un chineur. Il y a aussi le chineur à la reconnaissance du mont-de-piété dont le montant du prêt est toujours surchargé et qui cherche à escroquer un passant, Le camelot qui offre sa marchandise aux abords des cafés est chineur. On remarque encore le chineur au balladage qui vend dans une voiture dite balladeuse ; le chineur à la boîterne, avec une boîte.

(Rossignol, 1901) : Blaguer, plaisanter quelqu’un est le chiner ; celui qui chine est aussi un chineur.

(Hayard, 1907) : Blaguer, courir les rues et la campagne pour vendre ou acheter.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique