AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Batteur

Batteur

(d’Hautel, 1808) : Terme de mépris ; bretteur, spadassin ; homme hargneux et querelleur ; vaurien qui cherche continuellement noise à ceux qui lui sont inférieurs en force.
Batteur de pavé. Vagabond, qui passe son temps et sa vie à rôder.

(un détenu, 1846) : Un désœuvré, fainéant, tapageur, coureur des rues.

(Halbert, 1849) : Menteur.

(Delvau, 1867) : s. m. Menteur ; fourbe. C’est plus spécialement le tiers qui bat comtois pour lever le pante.

(Boutmy, 1883) : s. m. Qui fait des mensonges, des battages.

(La Rue, 1894) : Menteur. Escroc. Normand.

(France, 1907) : Menteur ; argot des voleurs.

— Parbleu ! tu dois faire tes chopins à la sourdine.
— Pas du tout.
— Tu n’affures rien ?
— Ma solde me suffit.
— Batteur !
— Je suis nourri, habillé, blanchi ; je ne manque de rien.
— Pourtant, il y a ici des grinches.
— N’y en a-t-il pas partout ?

(Marc Mario et Louis Launay, Vidocq.)

Batteur d’antif, voleur qui amorce les pantes par son bagout ; argot des prisons. Batteur de flanche, fainéant.

Même aux yeux du peuple qui l’aime,
Il passe un peu pour une flemme,
Gouapeur moins homme que gamin,
Artisse, quoi ! batteur de flanche,
Cheveux trop bouclés, peau trop blanche,
Main trop propre, et poil dans la main.

(Jean Richepin.)

(France, 1907) : Enjôleur.

Batteur d’antif

(Delvau, 1867) : s. m. Indicateur d’affaires, voleur qui ne travaille que de la langue. Argot des prisons.

(Rigaud, 1881) : Indicateur de vols, courtier en vols.

Batteur de beurre

(Rigaud, 1881) : Agent de change, — dans l’argot des voleurs.

Batteur, batteuse de dig-dig

(Rigaud, 1881) : Faux épileptique, fausse épileptique, qui simule une attaque chez un bijoutier ou simplement sur la voie publique, pour exploiter la charité des passants.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique