AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Bâcler

Bacler

(Halbert, 1849) : Fermer.

(Larchey, 1865) : Fermer (Vidocq) — (Vieux mot). V. Roquefort.

(Virmaître, 1894) : Faire vite, à la hâte une chose qui demanderait à être soignée. Un maire pressé bacle un mariage, un médecin bacle un pansement, un auteur dramatique bacle une pièce. Mot à mot bacler : se dépêcher (Argot du peuple).

(Rossignol, 1901) : Faire vite une chose qui demanderait des soins.

Bâcler

(d’Hautel, 1808) : Son affaire sera bientôt bâclée. Pour, sera bientôt expédiée, promptement conclue.
C’est une affaire bâclée. C’est-à-dire terminée, conclue.
Bâcler la lourde. Terme d’argot ; signifie fermer la porte.

(anon., 1827) : Fermer.

(Bras-de-Fer, 1829) : Fermer.

(un détenu, 1846) : Faire quelque chose.

(Delvau, 1867) : v. a. Fermer, — dans l’argot des voleurs, qui se servent là d’un vieux mot de la langue des honnêtes gens. On dit aussi Boucler.

(France, 1907) : Faire une chose hâtivement et sans soin. Bâcler l’ouvrage.

Bâcler, boucler

(France, 1907) : Enfermer, arrêter ; vieux mot français.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique