AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Mots-clés Rechercher partout 


Auvergnat (avaler l’)

Rigaud, 1881 : Communier.

Avaler

d’Hautel, 1808 : Avaler la pilule ; avaler le goujon ; avaler le morceau. Ces trois locutions ont le même sens, et signifient supporter avec patience et résignation les injures et les mauvais traitemens.
Faire avaler la pilule, ou le goujon à quelqu’un. Le duper ; surprendre sa bonne foi ; le contraindre à passer par où l’on désire.
Avaler signifie aussi vouloir tout faire ; tout envahir.
On diroit qu’il va tout avaler. Se dit par mépris, d’un homme qui fait le grand travailleur.
Il ne fait que tordre et avaler. Pour il est très-expéditif à table ; il mange en goinfre, en glouton.
Avaler du vin dans la cave. Expression dont se servent les tonneliers pour dire descendre du vin dans une cave.

Avaler (avoir l’air de tout vouloir)

France, 1894 : Prendre une mine menaçante.

Avaler des couleuvres

Delvau, 1866 : v. a. Éprouver des déceptions ; essuyer des mortifications. Argot du peuple.

France, 1894 : Avoir du chagrin sans oser se plaindre, être gêné, contraint et embarrassé. Souffrir patiemment les injures sans répliquer.

Avaler la douleur

Rigaud, 1881 : Boire un petit verre d’eau de vie.

Allons, dégourdi, avale la douleur !

(A. de Liancourt, le Rideau levé sur les mystères de Paris, 1814.)

Avaler la pilule

Delvau, 1864 : Avaler le sperme qui s’échappe du membre de l’homme que l’on suce.

Avaler le disque

Rossignol, 1901 : Communier.

Avaler le goujon

Rigaud, 1881 : Mourir ; expression populaire, plus usitée au commencement du siècle que de nos jours.

Mais si j’tenions sur mon bord
Monsieur Pitt, par la ventredienne !
Oui j’li frais faire un plongeon,
Oui j’li frais avaler le goujon.

(Pus, Chans., 1806.)

Avaler le goujon, sa cuiller, sa fourchette, sa langue, sa gaffe

La Rue, 1894 : Mourir.

Avaler le luron

Delvau, 1866 : v. a. Communier, — dans l’argot des voleurs, qui appellent la sainte hostie le luron, sans doute après l’avoir appelée le Rond.

Virmaître, 1894 : Communier. On dit aussi : avaler l’Auvergnat, parce que sans doute, comme lui, Dieu n’est ni homme ni femme (Argot des voleurs).

France, 1894 : Communier ; argot des voleurs. Le luron, c’est le bon Dieu. Dans l’argot populaire, on dit : Avaler l’Auvergnat.

Avaler le pepin

Virmaître, 1894 : Être enceinte.
— Elle en a une de bedaine la frangine. Qu’a-t-elle donc mangé ?
— Elle a avalé le pépin (Argot du peuple).

Avaler le pépin

France, 1894 : Argot populaire, être enceinte : La nièce du curé a avalé le pépin, allusion à la pomme d’Ève.

Avaler le poisson sans sauce

Delvau, 1864 : Être baisée par un homme qui ne décharge point, ou que l’on empêche de décharger.

Ah ! combien l’apparence est fausse !
Au chaponneau point de cresson,
Et mon amphitryon sans sauce,
Me fit avaler le poisson.

Marcillac.

Avaler les enfants des autres

Delvau, 1864 : Gamahucher (V. ce mot) une femme qui vient d’être baisée par un autre homme et qui n’a pas eu le temps de se laver.

Au lavabo, tout de suite ! je ne tiens pas à avaler les enfants des autres.

J. Le Vallois.

Avaler sa chique

Virmaître, 1894 : Mourir. Allusion au chiqueur qui s’étoufferait en avalant son pruneau (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 : Mourir, se taire, s’abstenir.

Hayard, 1907 : Mourir.

Avaler sa cuiller

Delvau, 1866 : v. a. Mourir, — dans l’argot des faubouriens. On dit aussi Avaler sa fourchette, avaler sa gaffe et avaler sa langue.

Virmaître, 1894 : Mourir. Être moins heureux que le commis des Magasins du Printemps ; il est vrai qu’il n’avait avalé qu’une fourchette (Argot du peuple).

Avaler sa cuillère

France, 1894 : sa fourchette, sa gaffe, sa langue, ses baguettes, se disent pour mourir. On dit aussi : Casser sa pipe, son vélocipède, claquer, dévisser son billard, descendre la garde, passer l’arme à gauche, etc.

Avaler sa gaffe

Rigaud, 1881 : Mourir, dans le jargon des marins.

D’un jour à l’autre on peut avaler sa gaffe.

(E. Sue. Atar-Gull, 1832.)

Avaler son absinthe

Rigaud, 1881 : Faire contre mauvaise fortune bon visage, endurer avec résignation quelque désagrément.

France, 1894 : Faire contre fortune bon cœur.

Avaler son poussin

Delvau, 1866 : v. a. Recevoir une réprimande, être congédié. Argot des peintres en bâtiment.

Rigaud, 1881 : Être renvoyé, — dans le jargon des peintres en bâtiments.

France, 1894 : Être renvoyé, recevoir son sac ; argot populaire.

Avaler un crapaud

France, 1894 : Subir quelque chose de très pénible, de très répugnant.

Pour pouvoir supporter sans dégoût les sottises que l’on dit et que l’on fait chaque jour, il faut avaler un crapaud le matin.

(Chamfort.)

On dit dans le même sens : avaler des couleuvres.

Cartouche (avaler sa)

Rigaud, 1881 : Mourir, — dans le jargon militaire. (A. Camus.)

France, 1894 : Mourir. Déchirer la cartouche, manger.

Cavaler

Clémens, 1840 : Sauver.

M.D., 1844 : Courir.

Virmaître, 1894 : Se sauver.
— Cavale-toi v’là la rousse (Argot du peuple).

France, 1894 : Courir : de cavale, jument.

— J’ai rentiché avec des mecs qui t’auraient fat dinguer le timpant rien qu’en cavalant derrière ta gonde (j’ai fréquenté des souteneurs qui t’auraient fait tourner le cœur rien qu’en courant derrière ta porte !

(E. Lepelletier, Les Secrets de Paris)

Rossignol, 1901 : S’en aller, se sauver.

Je suis en retard, je me cavale.

Hayard, 1907 : Se sauver.

Cavaler (s’évader)

Clémens, 1840 : S’évader (en terme de galère), on le dit aussi pour se sauver.

Cavaler (se)

Bras-de-Fer, 1829 : S’évader.

un détenu, 1846 : Se sauver, prendre la fuite.

Halbert, 1849 : S’enfuir.

Larchey, 1865 : S’enfuir avec la vitesse d’un caval : cheval. V. Roquefort.

Il faut se cavaler et vivement.

Chenu.

Delvau, 1866 : v. réfl. S’enfuir comme un cheval, — dans l’argot des faubouriens.

Rigaud, 1881 : Se sauver avec une vitesse qui rappelle celle du cheval.

Merlin, 1888 : Partir, fuir, naturellement… au galop.

France, 1894 : Se sauver, s’enfuir.

— Et la Cognette donc ! Vous savez qu’elle était malade, depuis la mort du maître. Alors, ou l’avait oubliée dans son lit… Elle grillait déjà, elle n’a eu que le temps de se sauver en chemise. Ah ! ce qu’elle était drôle, à se cavaler en pleins champs, les quilles nues ! Elle gigotait, elle montrait son derrière et son devant, des gens criaient : hou ! hou ! pour lui faire la conduite, à cause qu’on ne l’aime guère… Il y a un vieux qui a dit : La v’là qui sort comme elle est entrée, avec une chemise sur le cul !

(Émile Zola, La Terre)

— Dans ce cas, répondit Baltid, nous n’aurions qu’à prendre le train, et à nous cavaler le plus loin possible.

(Édouard Ducret, Paris canaille)

Cavaler au rebectage

Rigaud, 1881 : Se pourvoir en cassation. Mot à mot : courir à la médecine. — Cavaler cher au rebectage, se pourvoir en grâce. Mot à mot : courir très vite à la médecine.

La Rue, 1894 : Se pourvoir en cassation. Cavaler cher au rebectage, se pourvoir en grâce.

Cavaler au rebectage (se)

France, 1894 : Se pourvoir en cassation. Cavaler cher au rebectage, se pourvoir en grâce.

Cavaler de l’avant

Clémens, 1840 : Se sauver, vite.

Cavaler dessus

La Rue, 1894 : Assaillir, attaquer.

Cavaler dessus (se)

France, 1894 : Assaillir.

Cavalerie (grosse)

Fustier, 1889 : Cureurs d’égout. Allusion à leurs bottes.

France, 1894 : Le corps des égoutiers. Allusion à leurs grandes bottes.

Coton (avaler du)

Rigaud, 1881 : Être pris pour dupe.

Je veux par mes propres yeux vérifier si oui ou non on m’a fait avaler du coton.

(Saint-Patrice, Aventures de Nabuchodonosor Nosebreaker.)

Dur à avaler

Delvau, 1866 : adj. Se dit — dans l’argot du peuple — d’une histoire invraisemblable à laquelle on se refuse à croire, ou d’un accident dont on a de la peine à prendre son parti. On dit aussi, dans le même sens : Dur à digérer.

Fourchette (avaler sa)

Rigaud, 1881 : Mourir, — dans le jargon du peuple.

Et comme on dit vulgairement,
L’pauvre homme avala sa fourchette.

(A. Dalès, Les trois maris de madame Gobillard, chans.)

Goujon (avaler le)

Larchey, 1865 : Mourir.

Quoi qu’on dise et quoi qu’on fasse, il faut avaler le goujon.

1815, Francis.

Se dit aussi pour Tomber dans un piège.

Grosse cavalerie

Delvau, 1866 : s. f. Cureurs d’égout, — dans l’argot des faubouriens, qui font allusion aux grosses bottes de ces ouvriers troglodytes.

Delvau, 1866 : s. f. Figurantes du corps de ballet qu’on ne fait jamais donner, — dans l’argot des gandins, à qui cette grosse cavalerie fait toujours donner.

Rigaud, 1881 : Égoutiers. — Figurantes de la danse à l’Opéra. — L’élite, le dessus du panier des bagnes, la fleur des scélérats en villégiature à Cayenne. Ainsi nommés parce qu’ils chargent à fond de train sur leurs victimes.

La Rue, 1894 : Les plus grands scélérats.

Langue (avaler sa)

Larchey, 1865 : Mourir. V. Claquer.

Luron (avaler le)

La Rue, 1894 : Communier.

Rabouter, ravaler

La Rue, 1894 : Revenir.

Ravaler

d’Hautel, 1808 : Avilir, abaisser.
Ravaler ses paroles. Être sur le point de dire quelque chose, et s’en abstenir par une considération subite.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique