AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Mots-clés Rechercher partout 


Arpenter (le trimar, la cambrouse)

(Clémens, 1840) : Courir (la campagne, le grand chemin).

Battre le trimar

(France, 1907) : Même sens que battre le quart.

Elle avait été amenée là par deux horribles petits drôles, un ex-tourneur en cuivre et un aide emballeur, qui avaient lâché l’atelier pour cultiver le bonneteau, le vol à la tire et les rôdeuses de barrières. Ils étaient en train de dresser « la gonzesse » avant de l’envoyer « battre le trimar », lorsque les roussins, « les vaches », survinrent et coupèrent court à l’idylle.

(Albert Cim.)

Grand trimar

(M.D., 1844) : Grand’ route.

Trimancher, trimarder, trimer

(Raban et Saint-Hilaire, 1829) : Marcher, cheminer.

Trimar

(Clémens, 1840) : Grand chemin.

(Larchey, 1865) : Grande route, où triment les voyageurs. V. Butter.

Travailler sur le grand trimar, c’est voler sur le grand chemin.

Cinquante mille voleurs de plus à Paris, in-8, 1830.

Trime : Rue. — Trimin : Chemin.

Sur mon trimin rencontre Un pègre de quartier.

Vidocq.

Diminutif de Trimar. Faire son trimar se dit des filles qui se promènent la nuit pour raccrocher. V. paillasson.

(Delvau, 1867) : s. m. Chemin. — dans l’argot des voleurs, qui y triment souvent en attendant leurs victimes. Grand trimar. Grande route. On dit aussi Grande tire.

(Rigaud, 1881) : Éventaire ; balle de marchand ambulant, boutique de marchand forain.

(La Rue, 1894) : Chemin, rue. Eventaire. Balle. Grand trimar, grande route.

Trimar (aller au)

(Rigaud, 1881) : Sortir pour voler sur la voie publique, — dans le jargon des voleurs.

Trimar (faire son)

(Delvau, 1867) : Raccrocher, — dans l’argot des filles.

Trimar (patiner le)

(Rigaud, 1881) : Raccrocher, — dans l’argot des filles.

Trimar, Grand trimar

(Rigaud, 1881) : Route, voie publique, — dans le jargon des voleurs, qui disent également : Trime et grande tire.

Trimard

(anon., 1827) : Chemin.

(Raban et Saint-Hilaire, 1829) : Chemin. Faire suer le chêne sur le grand trimard, assassiner sur la grande route.

(Bras-de-Fer, 1829) : Chemin.

(Halbert, 1849) : Chemin.

(Virmaître, 1894) : Chemin. Grand trimard : grande route (Argot des voleurs).

(Rossignol, 1901) : Chemin, route. Un ouvrier qui va de ville en ville chercher du travail, va sur le trimard.

(Hayard, 1907) : Chemin.

Trimarde

(un détenu, 1846) : Rue.

(Delvau, 1867) : s. f. Rue. On dit aussi Trime.

Trimarder

(Delvau, 1867) : Voyager.

(Rigaud, 1881) : Marcher.

(Virmaître, 1894) : Voyager. Quand un apprenti a appris son état, pour se former, il fait son tour de France. Il trimarde, mais en travaillant. Mot à mot : parcourir les grandes routes. Ceux qui trimardent ne sont autre chose que des vagabonds ; ils ont une profession, mais ne travaillent jamais. Cette profession leur sert pour mendier. Le truc est des plus simples : Le trimardeur, supposons le compositeur typographe, entre dans un atelier avec la quasi-certitude qu’il ne sera pas embauché, c’est ce qu’il souhaite. Il demande mèche ; on lui répond qu’il n’y a pas de place vacante, alors il lâche son boniment :
— Il vient de loin, de Paris ; il a été malade en chemin, il est dans la plus affreuse misère, il sollicite la permission de faire la quête. Le patron donne, les compagnons donnent aussi ; il savent bien que c’est un fainéant, mais les typos ont bon cœur, ils préfèrent être volés dix fois que d’en refuser une à une misère véritable.
Avec ce métier, les trimardeurs sont les gens les plus heureux du monde (Argot d’imprimerie). N.

(Hayard, 1907) : Voyager à pied.

Trimarder, trimancher

(La Rue, 1894) : Marcher. Voyager.

Trimarder, trimer

(anon., 1827) : Cheminer, marcher.

(Bras-de-Fer, 1829) : Cheminer, marcher.

Trimardeur

(Fustier, 1889) : Voleur de grand chemin. (V. Delvau : Trimar.)

(Rossignol, 1901) : Celui qui voyage sur les routes. Celui qui travaille beaucoup est aussi un trimardeur.

Trimardeuse

(Virmaître, 1894) : Fille publique qui fait le trottoir. L’asphalte n’est pas la grande route, on l’appelle néanmoins le trimard parce que la fille y trime (Argot des souteneurs).

Trimare

(d’Hautel, 1808) : Le grand trimare. Terme d’argot, qui signifie le grand chemin.

Trimart

(un détenu, 1846) : Chemin.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique