AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Mots-clés Rechercher partout 


Avoir mangé du singe

(Rossignol, 1901) : Se dit de celui qui est de mauvaise humeur et qui ne tient pas en place.

Boussole de refroidi, de singe

(France, 1907) : Fromage de Hollande, appelé aussi tête de mort.

Boussole de singe

(Delvau, 1867) : s. f. Fromage de Hollande, — dans l’argot des faubouriens. Ils disent aussi Boussole de refroidi.

(Rigaud, 1881) : Pain de fromage de Hollande. On dit aussi boussole de refroidi, tête de mort.

Cul-de-singe

(Merlin, 1888) : Se disait jadis des cavaliers légers, qui portaient le pantalon entièrement basané, dont le fond seul n’était pas ciré, afin de ne pas salir la schabraque blanche qui garnissait la selle.

Faire le singe

(Clémens, 1840) : Attendre.

Grand singe

(Fustier, 1889) : Président de la République.

Monnaie de singe

(Larchey, 1865) : Grimace.

(Rigaud, 1881) : Une monnaie qui n’a pas cours à la Banque de France, car les garçons de recette n’accepteraient pas des grimaces en paiement (Argot du peuple).

(La Rue, 1894) : Lorgnon simple.

Adapte donc un monocle à l’arcade de ton œil gauche !

Montépin.

(Virmaître, 1894) : Monnaie.

Parloir des singes

(Delvau, 1867) : s. m. Parloir où les prisonniers sont séparés des visiteurs par un double grillage. Argot des voleurs.

(Rigaud, 1881) : Parloir à double grillage, — dans le jargon des prisons.

(Virmaître, 1894) : Parloir des prisons. Allusion aux trois grilles entre lesquelles sont enfermés les visiteurs et les prisonniers (Argot des voleurs).

Passe-singe

(Rigaud, 1881) : Très malicieux ; c’est-à-dire : qui dépasse le singe en malice.

Passé-singe

(Delvau, 1867) : s. m. Roué, roublard, — dans l’argot des voleurs.

(Virmaître, 1894) : Roué. A. D. Singe ne doit pas ici être pris dans le sens de patron ; singe est l’animal de ce nom. Passé-singe, passé maître dans l’art de faire des grimaces et de se contorsionner. Synonyme de souplesse et d’agilité.
— Il est donc passé-singe qu’il a pu cromper la tante, malgré l’oncle et les barbauttiers (Argot des voleurs). N.

(Hayard, 1907) : Malin, rusé.

Roupie de singe

(Larchey, 1865) : Rien. — Roupie a ici le sens de monnaie. On dit monnaie de singe pour grimace.

(Delvau, 1867) : s. f. Rien, — dans l’argot des voleurs.

(La Rue, 1894) : Rien, chose sans valeur.

(Virmaître, 1894) : Mauvais café qui a la couleur de la roupie qui pend au nez du priseur (Argot du peuple).

(Rossignol, 1901) : Mauvais café.

Singe

(d’Hautel, 1808) : Payer en monnoie de singe, en gambades. Se moquer de celui à qui l’on doit, au lieu de le satisfaire. Ce proverbe vient de ce qu’autre fois les bateleurs qui montroient des singes, étoient obligés, pour tout péage, à l’entrée des villes, de faire danser leurs singes. ACAD.
Singe. C’est le nom que les imprimeurs à la presse donnent aux compositeurs qui ne font pour ainsi dire que copier le manuscrit, et pour se venger de ces derniers, qui les appellent ours.
C’est un vrai singe.
Se dit d’un homme qui imite avec trop d’affectation les gestes d’un autre homme.
Adroit comme un singe. Se dit d’un homme agile et industrieux.
Malin comme un singe. Se dit d’un enfant fort espiègle, très-avisé.

(Halbert, 1849) : Chef d’atelier, le patron.

(Larchey, 1865) : « En revanche, les ours ont nommé les compositeurs des singes à cause du continuel exercice qu’ils font pour attraper les lettres dans les cinquante-deux petites cases où elles sont contenues. » — Balzac.

(Delvau, 1867) : s. m. Patron, — dans l’argot des charpentiers, qui, les jours de paye, exigent de lui une autre monnaie que celle de son nom.

(Delvau, 1867) : s. m. Ouvrier compositeur, — dans l’argot des imprimeurs.

(Rigaud, 1881) : Apprenti typographe.

(Rigaud, 1881) : Patron. Nom donné primitivement par les peintres en bâtiment aux bourgeois qui les employaient, et, par extension, par tous les ouvriers à leurs patrons. Aujourd’hui ce sobriquet est trop connu pour qu’il soit employé en présence du patron ou’ du contre-maître. Dans la plupart des ateliers on choisit un sobriquet qui rappelle soit les mœurs, soit les habitudes, soit une infirmité du patron.

(Boutmy, 1883) : s. m. Ouvrier typographe. Ce mot, qui n’est plus guère usité aujourd’hui et qui a été remplacé par l’appellation de typo, vient des mouvements que fait le typographe en travaillant, mouvements comparables à ceux du singe. Une opinion moins accréditée, et que nous rapportons ici sous toutes réserves, attribue cette désignation à la callosité que les compositeurs portent souvent à la partie inférieure et extérieure de la main droite. Cette callosité est due au frottement réitéré de la corde dont ils se servent pour lier leurs paquets.

Les noms d’ours et de singe n’existent que depuis qu’on a fait la première édition de « l’Encyclopédie », et c’est Richelet qui a donné le nom d’ours aux imprimeurs, parce que, étant un jour dans l’imprimerie à examiner sur le banc de la presse les feuilles que l’on tirait, et s’étant approché de trop près de l’imprimeur qui tenait le barreau, ce dernier, en le tirant, attrape l’auteur qui était derrière lui et le renvoie, par une secousse violente et inattendue, à quelques pas de lui. De là, il a plu à l’auteur d’appeler les imprimeurs à la presse des ours, et aux imprimeurs à la presse d’appeler les compositeurs des singes.

(Momoro.)

Autrefois MM. les typographes se qualifiaient pompeusement eux-mêmes du titre d’hommes de lettres, et MM. les imprimeurs de celui d’hommes du barreau.

(Virmaître, 1894) : Patron. Presque tous les corps de métiers, à l’exception des chapeliers, nomment leur patron un singe. Singe, ouvrier compositeur. Ce n’est pourtant pas dans un atelier de typographie qu’il faut chercher des grimaces (Argot du peuple).

(Rossignol, 1901) : Patron.

(Hayard, 1907) : Patron.

Singe botté

(Delvau, 1867) : s. m. Homme amusant, gros farceur, dans l’argot des bourgeoises.

Singe de la rousse

(Rigaud, 1881) : Officier de paix, — dans le jargon des voleurs.

Singe en Afrique (aller chercher un)

(Merlin, 1888) : Partir pour les compagnies de discipline.

Singe, singesse

(La Rue, 1894) : Patron, patronne. Faire le singe, attendre.

Singeries

(Delvau, 1867) : s. f. Grimaces, mines hypocrites, comédie de la douleur, — dans l’argot du peuple, qui n’aime pas les gens simiesques.

Singesse

(Rigaud, 1881) : Patronne, femme du patron. — Prostituée, — dans le jargon des femmes du monde.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique