AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Mots-clés Rechercher partout 


Dessert

(d’Hautel, 1808) : Entre Pâques et la Pentecôte, le dessert n’est qu’une croûte. Signifie qu’à cette époque, la saison n’offre aucun fruit.
Le peuple a coutume de dire : Entre Pâques et la Pentecôte, le dessert n’est qu’une crotte.

Faire le sert, le serre

(Rigaud, 1881) : Faire le guet. En argot de voleur, sert veut dire « signal. » C’est une abréviation, sans doute, de service. Faire le sert ou le serre, c’est donc faire le service, surveiller.

Retirer la table au moment du dessert

(Rossignol, 1901) : « Comment faites-vous, voisine, pour ne pas avoir d’enfant. — C’est bien simple : mon homme n’est pas gourmand, il se retire de table au moment du dessert. »

Sert

(Delvau, 1867) : s. m. Signe fait par un compère, — dans l’argot des saltimbanques.

Sert, Ser

(Rigaud, 1881) : Signal. Signe d’intelligence entre un saltimbanque et un compère. — Télégraphie employée par les tricheurs.

Sertir un rubis

(Rossignol, 1901) : Ce mot vient des bijoutiers et des marchands de bijoux ; lorsqu’ils ont fait une infidélité à leur femme, ils ont fait sertir un rubis.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique