AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Mots-clés Rechercher partout 


Conte

(d’Hautel, 1808) : Des contes à Robert mon oncle. Fariboles, bourdes, menteries, gasconnades.

Content

(d’Hautel, 1808) : Content comme un vilain. Pour dire, rien moins que satisfait ; homme trompé dans son attente, qui s’en va sans mot dire, mais dont le silence atteste le mécontentement.
Content comme un chien qu’on fouette. Contrarié, mécontent, qui éprouve un déplaisir intérieur.
Est heureux qui est content. On sous-entend de son sort ; car le vrai bonheur consiste à se contenter de ce que l’on possède.
Avoir l’air content ; être content de sa personne. Paroître gai, enjoué ; avoir bonne opinion de soi ; être prévenu en sa faveur.

Contentement

(d’Hautel, 1808) : Contentement passe richesse. Signifie que ce ne sont pas les grandes richesses qui rendent heureux, mais bien une vie douce, tranquille et exempte de tout remords.

Contenter un homme

(Delvau, 1864) : Le bien branler s’il aime cela, ou bien jouer des reins sous lui afin de le faire jouir.

Voici la recueil des principales choses que vous devez savoir pour contenter vos maris quand vous en aurez.

Mililot.

Malgré son air renfrogné,
En tout point je le contente ;
S’il me laisse un’ petit’ rente,
Ça s’ra d’ l’argent bien gagné !

Jules Poincloud.

Conter

(d’Hautel, 1808) : Conte ton conte. Se dit par ironie, pour avertir quelqu’un que l’on n’est pas dupe de ses discours ; que c’est en vain qu’il cherche à en imposer.
Contes de vieilles ; de Peau-d’Âne ; de la Mère-l’Oie ; contes à la cigogne, à dormir de bout ; conte en l’air ; conte borgne ; conte bleu ; conte jaune, etc., etc. Niaiseries, frivolités insipides, dénuées de vraisemblance et de fondement ; vieilles histoires dont on berce les enfans.
En conter à quelqu’un. Le tromper, lui dissimuler la vérité.
On dit aussi d’une femme qui prête l’oreille aux discours galans, qu’Elle s’en fait conter.
En conter de rudes, de pommées.
Se complaire à débiter des faussetés, à faire de grossiers mensonges.

Conter à une femme (en)

(Delvau, 1864) : Faire l’amour avec elle, — l’amour, ce conte des Mille et une Nuits, improvisé par tout homme galant en l’honneur de toute femme galante.

Conter quelque chose au perruquier des zouaves

(Fustier, 1889) : Argot militaire. Ne pas croire à cette chose.

Conteur

(d’Hautel, 1808) : Un conteur de fagots. Hâbleur ; homme qui cherche à se rendre plaisant aux dépens du bon sens, de la raison et de la vérité.

Donner du contentement aux hommes

(Delvau, 1864) : Savoir les faire jouir comme il faut, par des moyens que réprouve la morale et qu’autorise le bonheur.

Il dit qu’il me veut rendre une des plus habiles qui soient capables de donner du contentement aux hommes.

Mililot.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique