AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Mots-clés Rechercher partout 


Boucaner

(d’Hautel, 1808) : Faire tapage ; réprimander ; gronder ; vespériser.

(Delvau, 1867) : v. n. Sentir mauvais, sentir le bouc, — dans l’argot des ouvriers.

(Delvau, 1867) : v. n. Faire du bruit, du boucan.

(Rigaud, 1881) : Sentir mauvais, faire concurrence au bouc comme odeur.

(Rigaud, 1881) : Faire du bruit. Dérivé de boucan. Boucaner la pièce, siffler une pièce de théâtre, empêcher qu’on entende les acteurs, — dans le jargon du théâtre.

On m’assure que toutes vos pièces vont être désormais boucanées.

(L’Étrille, 1879.)

(France, 1907) : Faire du boucan ou bien puer comme un bouc.

Cancaner

(Delvau, 1867) : v. n. Danser le cancan ; — Faire des cancans.

(Rigaud, 1881) : Danser le cancan.

Caner

(Larchey, 1865) : Avoir peur, reculer au lieu d’agir, faire le plongeon comme le canard ou la cane.

Par Dieu ! Qui fera la canne de vous aultres, je me donne au diable si je ne le fais moyne.

Rabelais.

Oui, vous êtes vraiment français, vous n’avez cané ni l’un ni l’autre.

Marco Saint-Hilaire.

(Larchey, 1865) : Mourir (Vidocq). — Les approches de la mort vous font peur, vous font caner. — V. Rengracier.

(Delvau, 1867) : v. n. Avoir peur, s’enfuir, faire la cane ou le chien.

(Delvau, 1867) : v. a. Ne pas faire, par impuissance ou par paresse. Argot des gens de lettres. Caner son article. Ne pas envoyer l’article qu’on s’était engagé à écrire.

(Delvau, 1867) : v. n. Mourir, — dans l’argot des voyous.

(Rigaud, 1881) : Agoniser, mourir, tomber. — Sacrifier à Richer. — Reculer, avoir peur, par altération, du vieux mot caler qui avait la même signification. Dans le supplément à son dictionnaire, M. Littré donne caler pour reculer, comme ayant cours dans le langage populaire. Pour ma part, je ne l’ai jamais entendu prononcer dans aucun atelier.

C’est un art que les canes posssèdent d’instinct… Cette expression se rencontre souvent dans les écrivains des seizième et dix-septième siècles, principalement dans les poètes comiques et burlesques.

(Ch. Nisard, Curiosités de l’Étymologie française.)

Déjà dans Rabelais, nous relevons l’expression de : faire la cane, expression équivalente à notre caner :

Parbleu qui fera la cane de vous autres, je le fais moine en mon lieu.

(L. L.)

(Virmaître, 1894) : Avoir peur, reculer. Caner : synonyme de lâcheté (Argot du peuple).

(Rossignol, 1901) : Avoir peur ou ne pas oser faire une chose. Un gamin cane l’ecole, lorsqu’il ne s’y rend pas.

(Hayard, 1907) : Avoir peur.

Caner la pegrenne

(Virmaître, 1894) : Mourir de faim (Argot des voleurs).

Caner la pégrenne

(Delvau, 1867) : v. a. Mourir de faim, — dans l’argot des voleurs.

(Rigaud, 1881) : Mourir de faim.

Carner, caner

(La Rue, 1894) : Mourir.

Chicaner

(d’Hautel, 1808) : Cela me chicane. Pour cela me contrarie, me fâche, me tourmente.

Emboucaner

(Rigaud, 1881) : Sentir mauvais.

(La Rue, 1894) : Puer. Agacer, irriter. S’emboucaner, s’ennuyer.

(Rossignol, 1901) : Puer, sentir mauvais.

Emboucaner(s’)

(Fustier, 1889) : S’ennuyer. Argot des voyous.

Escaner

(Halbert, 1849) : Ôter.

(Rigaud, 1881) : Ôter, — dans l’ancien argot.

(La Rue, 1894) : Ôter. Fuir.

Ricaner

(d’Hautel, 1808) : Rire à demi, malicieusement en dessous.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique