AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Mots-clés Rechercher partout 


Abord (d’)

d’Hautel, 1808 : Primo d’abord. Expression batologique et vulgaire, qui signifie En premier ; Premièrement.
On dit d’une manière vicieuse, ou tout au moins surabondante, dans le style familier, Tout d’abord, pour dès le premier instant.

Aller à bord de l’eau

un détenu, 1846 : Aux galères, Toulon, Brest, Rochefort.

Anchois (œil bordé d’)

Larchey, 1865 : Œil aux paupières rougies et dépourvues de cils.

Je veux avoir ta femme — Tu ne l’auras pas. — Je l’aurai, et tu prendras ma guenon aux yeux bordés d’anchois.

Vidal. 1833.

Anchois (yeux bordés d’)

Rigaud, 1881 : Yeux dont les paupières rougies et tuméfiées figurent des lanières d’anchois. Quand on a vu une fois de pareils yeux, on est dégoûté des anchois pour la vie.

Bocard, bordel

La Rue, 1894 : Prostibulum.

Bord

d’Hautel, 1808 : Lui et moi ne sommes pas du même bord. Pour dire que l’on ne vit pas en bonne intelligence avec quelqu’un ; qu’on a des sentimens et des opinions tout-à-fait différentes.
Avoir la mort sur le bord des lèvres. Être dans un fort mauvais état de santé, être pâle et défait.
Avoir quelque chose sur le bord des lèvres. Ne pouvoir exprimer une chose que l’on dira facilement lorsque l’à-propos sera passé.

Borda

Rigaud, 1881 : École navale.

Bordache

France, 1894 : Élève de l’École navale, du vaisseau-école le « Borda ».

Bordé (être)

Rigaud, 1881 : Avoir renoncé aux plaisirs de l’amour. Mot à mot : être couché dans son lit, les couvertures bordées. Ne pas être encore bordé, ne pas avoir dit adieu à Vénus, en parlant des vieillards, — dans le jargon des filles.

France, 1894 : Avoir renoncé aux amours ; argot des filles.

Bordeaux (petit)

Larchey, 1865 : Cigare de 5 c. fabriqué à la manufacture de Bordeaux.

Avec un sou, tous sont égaux devant le petit bordeaux.

Liorat, Chansons.

Rigaud, 1881 : Cigare d’un sou. Le plus petit de tous les cigares d’un sou, fabriqué à Bordeaux et à Tonneins.

France, 1894 : Cigare de cinq cigares venant de la manufacture des tabacs de Bordeaux.

Bordée

Delvau, 1866 : s. f. Débauche de cabaret, — dans l’argot des ouvriers, qui se souviennent d’avoir été soldats de marine. Courir une bordée. S’absenter de l’atelier sans permission. Tirer une bordée. Se débaucher.

France, 1894 : Débauche. Être en bordée, courir ou tirer une bordée, s’absenter de son travail pour faire la noce ; terme venant des soldats ayant servi dans la marine.

La paie de grande quinzaine emplissait le trottoir d’une bousculade de gouapeurs tirant une bordée.

(Zola.)

Bordée (tirer une)

Rigaud, 1881 : Quitter son travail sans motif, sans permission, déserter la maison pour aller courir de mauvais lieux en mauvais lieux, avec stations obligatoires chez le marchand de vin.

Bordée (tirer, courir une)

Larchey, 1865 : S’absenter sans permission. — Terme de marine. — On dit d’un navire louvoyant, qu’il court des bordées. Or, un matelot en bordée ne tarde pas à en imiter les capricieux zig-zags.

C’est un brave garçon qui ne boit jamais et qui n’est pas homme à tirer une bordée de trois jours.

Vidal, 1833.

Bordel

d’Hautel, 1808 : Terme bas et de mépris dont on évite soigneusement l’emploi dans la bonne compagnie, et qui ne se dit au propre que d’un lieu de débauche et de prostitution ; et au figuré d’un tripot, d’une maison où tout est désordre et confusion.

Delvau, 1864 : Couvent de femmes qui ont fait vœu de lubricité. C’est le ganea (γάνος, joie) des Anciens, ordinairement situé loin de la ville, et la Borde (petite maison) des Modernes, située aussi dans la campagne, loin des regards indiscrets.

L’on envoie au conscience au bordel, et l’on tient sa contenance en règle.

P. Charbon.

Misérable Philis, veux-tu vivre toujours
Un pied dans le bordel, l’autre dans la taverne ?

Mathard.

Cependant vengeons-nous
Sur la grosse Cateau, qui tient bordel infâme.

La Fontaine.

Delvau, 1866 : s. m. Prostibulum, — dans l’argot du peuple, qui parle comme Joinville, comme Montaigne, et comme beaucoup d’autres :

Miex ne voulaist estre mesel
Et ladres vivre en ung bordel
Que mort avoir ne le trespas.

dit l’auteur du roman de Flor et Blanchefleur.

Delvau, 1866 : s. m. Petit fagot de deux sous, — dans l’argot des charbonniers.

Rigaud, 1881 : Bruit, vacarme. — Faire un bordel d’enfer, faire beaucoup de bruit.

Rigaud, 1881 : Petit fagot de deux sous, — dans le jargon des charbonniers. — Petit paquet de linge sale, — dans le jargon des blanchisseuses. — Faire un bordel, laver un paquet de linge à soi appartenant.

Fustier, 1889 : Outils, instruments, objet quelconque.

France, 1894 : Débit de chair humaine.

On appelait autrefois borde une cabane, une maisonnette, et même une petite métairie, située à l’extrémité d’une ville. Le bordelier était l’hôte qui l’habitait. On en a fait depuis le mot bordel, parce que les lieux de prostitution étaient placés dans les faubourgs. Du saxon bord, maison.

(Glossaire de Rabelais.)

Jeunes gens, défiez-vous des bordels, craignez la vérole et les sergots.

On m’a fait du bordel un bien sombre tableau… — Des Pontmartin !… laissez dire les imbéciles ; Tous les métiers sont bons en ces temps difficiles.

(Albert Glatigny.)

Bordel ambulant

Delvau, 1864 : Fiacre, dont les stores baissés permettent aux amoureux, qui l’ont pris à l’heure pour aller plus doucement, de faire leurs petites affaires de cul.

France, 1894 : Fiacre.

Il y avait autrefois, dit Michel, des voitures de place disposées de manière à servir de lieu de rendez-vous. Bien que les « sapins » d’aujourd’hui ne soient pas constitués en vue de cette destination spéciale, il ne s’y passe pas moins quelquefois de drôles de choses.

(Gustave Fustier.)

Bordelier

Delvau, 1866 : s. et adj. Homme qui se plaît dans le libertinage. Le mot a plus de cinq cents ans de noblesse populaire, ainsi que cela résulte de cette citation du Roman de la Rose :

Li aultre en seront difamé,
Ribaut et bordelier clamé.

France, 1894 : Coureur de bordels. Ce mot se trouve déjà dans le Roman de la Rose, ce qui lui donne plus de cinq cents ans d’existence.

Bordelier ou bordelière

Delvau, 1864 : Homme ou femme qui hante les bordels.

Camisard en bordée

Rigaud, 1881 : Soldat des compagnies de discipline.

Châssis, Sabords

Clémens, 1840 : Verre à boire.

Coteret ou cotret de bordel ou de filles

France, 1894 : Petit fagot avec lequel Les filles qui reçoivent un client chauffent leur chambre.

Déborder

Delvau, 1866 : v. n. Rejeter hors de l’estomac le liquide ou la nourriture ingérés en excès, — dans le même argot [du peuple]. Se faire déborder. Se faire vomir.

Givier de bordel

Delvau, 1864 : Petite drôlesse qui fréquente avec les polissons de son âge, en attendant que les vieux polissons fréquentent avec elle, — ce qui la conduira fatalement au bordel.

Œil bordé d’anchois

Delvau, 1866 : s. m. Aux paupières rouges et décillées, — dans l’argot des faubouriens.

Petit Bordeaux

Delvau, 1866 : s. m. Cigare de cinq centimes, de la manufacture de Tonneins. Argot du peuple.

Delvau, 1866 : s. m. Petit verre de vin de Bordeaux.

Sabord (jeter un coup de)

Rigaud, 1881 : Vérifier l’ouvrage, — dans le jargon des ouvriers opticiens.

Sig-de-bord

un détenu, 1846 : Chapeau.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique