AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Mots-clés Rechercher partout 


Aimer pour peau de balle

Virmaître, 1894 : Aimer pour rien. Perdre son temps et sa jeunesse, amour qui ne rapporte pas (Argot des filles). N.

Balle

d’Hautel, 1808 : Enfans de la balle. Ceux qui suivent la profession de leurs pères. On désigne aussi sous ce nom et par mépris, les enfans d’un teneur de tripot.
Il est chargé à balle. Manière exagérée de dire qu’un homme a beaucoup mangé ; qu’il crève dans sa peau.
Il y va balle en bouche, mèche allumée. Pour il n’y va pas de main morte ; il mène les affaires rondement.

d’Hautel, 1808 : Ustensile d’imprimerie qui sert à enduire les formes d’encre.
Démonter ses balles. Expression technique : au propre, l’action que font les imprimeurs lorsqu’ils mettent bas, et qui consiste à détacher les cuirs cloués au bois des balles. Au figuré, et parmi les ouvriers de cette profession, cette phrase signifie s’en aller en langueur ; dépérir à vue d’œil, approcher du terme de sa carrière.

anon., 1827 : Franc.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Franc (vingt sous).

Bras-de-Fer, 1829 : Franc.

un détenu, 1846 : Un franc, pièce de vingt sous.

Halbert, 1849 : Une livre ou un franc.

Larchey, 1865 : Tête. — Comme Boule et Coloquinte, balle est une allusion à la rondeur de la tête. Une bonne balle est une tête ridicule. Une rude balle est une tête énergique et caractérisée.

Une balle d’amour est une jolie figure.

Vidocq.

Être rond comme une balle, c’est avoir bu et mangé avec excès. Balle : Franc. — Allusion à la forme ronde d’une pièce de monnaie.

Je les ai payées 200 fr. — Deux cents balles, fichtre !

De Goncourt.

Balle de coton : Un coup de poing. — Allusion aux gants rembourrés des boxeurs.

Il lui allonge sa balle de coton, donc qu’il lui relève le nez et lui crève un œil.

La Correctionnelle.

Delvau, 1866 : s. f. Secret, — dans l’argot des voleurs.

Delvau, 1866 : s. f. Visage, — dans l’argot des voyoux. Balle d’amour. Physionomie agréable, faite pour inspirer des sentiments tendres. Rude balle. Visage caractéristique.

Delvau, 1866 : s. f. Pièce d’un franc, — dans l’argot des faubouriens.

Delvau, 1866 : s. f. Occasion, affaire, — dans l’argot du peuple. C’était bien ma balle. C’était bien ce qui me convenait. Manquer sa balle. Perdre une occasion favorable.

Rigaud, 1881 : Ballet.

Rigaud, 1881 : Secret.

S’il crompe sa Madeleine, il aura ma balle (s’il sauve sa Madeleine, il aura mon secret.)

(Balzac.)

Mot à mot ; ce qui est caché dans ma balle, dans ma tête. — Faire la balle de quelqu’un, suivre les instructions de quelqu’un.

Fais sa balle, dit Fil-de-Soie.

(Balzac, La Dernière incarnation.)

Rigaud, 1881 : Figure, tête, physionomie.

Oh c’tte balle !

(Th. Gauthier, Les Jeunes-France.)

Rigaud, 1881 : Pièce d’un franc. Une balle, un franc. Cinq balles, cinq francs.

Rigaud, 1881 : Occasion. Rater sa balle, manquer une bonne occasion.

La Rue, 1894 : Secret. Physionomie. Pièce d’un franc. Occasion.

Virmaître, 1894 : Celle femme me botte, elle fait ma balle (Argot du peuple). V. Blot.

France, 1894 : Secret, affaire, occasion. Cela fait ma balle, cela me convient.

— C’est pas tout ça, il faut jouer la pièce de Vidocq enfoncé après avoir vendu ses frères comme Joseph.
Vidocq ne savait trop que penser de cette singulière boutade ; cependant, sans se déconcerter, il s’écria tout à coup :
— C’est moi qui ferai Vidocq. On dit qu’il est très gros, ça fera ma balle.

(Marc Mario et Louis Launay, Vidocq.)

Manquer sa balle, manquer une occasion ; faire balle, être à jeun.

Les forçats ne sont pas dégoûtés et quelques taches dans un quart de pain ne sont pas pour faire reculer un fagot de bon appétit et qui fait balle.

(Alphonse Humbert.)

On dit aussi dans le même sens : Faire balle élastique.

J’avais fait la balle élastique tout mon saoul.

(Henri Rochefort.)

Faire la balle, agir suivant des instructions ; enfant de la balle, enfant élevé dans le métier de son père ; rond comme une balle, complètement ivre.

France, 1894 : Pièce d’un franc. Blafard de cinq balles, pièce de cinq francs.

France, 1894 : Tête, figure. Balle d’amour, beau garçon, argot des filles ; rude balle, contenance énergique ; bonne balle, figure sympathique ou grotesque ; balle de coton, coup de poing.

Rossignol, 1901 : Chose qui convient qui plaît, qui fait l’affaire.

ça fait ma balle.

Rossignol, 1901 : Visage, celui qui a une bonne figure a une bonne balle.

Balle (enfant de la)

Boutmy, 1883 : s. m. Ouvrier compositeur dont le père était lui-même typographe, et qui, depuis son enfance, a été élevé dans l’imprimerie. L’origine de cette expression, qui est passée dans la langue vulgaire, est assez peu connue. Elle vient de ce que, avant l’invention des rouleaux, on se servait, pour encrer les formes, de tampons ou balles.

Balle (faire la)

La Rue, 1894 : Suivre les instructions données, Signifie aussi convenir : cela fait ma balle, cela me convient.

Balle (faire)

Fustier, 1889 : Être à jeun.

Les forçats ne sont pas dégoûtés et quelques taches dans un quart de pain ne sont pas pour faire reculer un fagot de bon appétit et qui fait balle.

(A. Humbert : Mon bagne.)

Balle (rond comme)

Rigaud, 1881 : Pleinement repu. Être rond comme balle, c’est avoir à peine la force de bouger, tant on a bu et mangé.

Balle de coton

Delvau, 1866 : s. f. Coup de poing.

Balle élastique (faire)

Halbert, 1849 : Manquer de vivres.

Baller

d’Hautel, 1808 : Ce verbe dans le vieux langage signifioit danser ; courir les bals. Il n’est guère maintenant usité que de la manière suivante :
Aller les bras ballans. Pour dire marcher indolemment et en laissant aller ses bras suivant le mouvement de son corps.

Ballerine

Delvau, 1866 : s. f. Danseuse, — dans l’argot des gandins et des journalistes de première année. Habituée de bals publics, — dans l’argot des bourgeois.

Balles

Delvau, 1864 : Les testicules, à cause de leur forme : c’est avec eux qu’on fusille les femmes — à bout portant.

Ballet

d’Hautel, 1808 : Faire une entrée de ballet dans une compagnie. C’est-à-dire y entrer brusquement, et en sortir de même.

Bouffe la balle

Rigaud, 1881 : Joufflu. — Gourmand.

France, 1894 : Goinfre. On dit aussi bouffe-tout.

Bouffe-la-Balle

Delvau, 1866 : s. m. Gourmet, goinfre, — dans l’argot du peuple. Se dit aussi d’un homme dont le visage est un peu soufflé.

Brimballer

Delvau, 1864 : Vieux mot hors d’usage signifiant sonner les closches, employé dans un sens obscène pour faire l’acte vénérien.

Seulement il ne voyoit’ sa femme brimballant.

Rabelais.

Et que sur le tombeau, où je reposerai,
Neuf fois par neuf matins il brimballe des filles
Et de neuf coups de cul son vit je bénirai.

Théophile.

Centiballe

France, 1894 : Centime, c’est à-dire la centième partie d’un franc.

Coloquinte, balle, tronche, bille

Clémens, 1840 : Tête.

Déballer

Rigaud, 1881 : Déshabiller, enlever l’arsenal des faux-chignons, tournures, soutien des faibles, faux râteliers, et tous les trompe-l’œil de la toilette féminine.

Rigaud, 1881 : Sacrifier à Domange, — dans le jargon des voleurs.

Virmaître, 1894 : Soulager ses entrailles pour quinze centimes, ce que ne pouvait digérer Villemessant qui trouvait exorbitant d’être forcé de donner trois sous pour restituer un petit pain qui n’en coûtait qu’un et encore en laissant la marchandise (Argot du peuple).

Rossignol, 1901 : Personne n’en est exempt.

Hayard, 1907 : Soulager ses entrailles.

Déballer des fonds de chapeaux (faire)

Fustier, 1889 : Ennuyer, obséder quelqu’un, dans l’argot des placiers et des commis voyageurs.

Déballer, déshabiller

La Rue, 1894 : Aller à la selle.

Emballé

Rossignol, 1901 : Arrêté. Celui qui a été arrêté a été emballé.

Emballé (être)

Halbert, 1849 : Être arrêté.

Hayard, 1907 : Être arrêté.

Emballer

Larchey, 1865 : Arrêter, écrouer.

Tu vas nous suivre à la Préfecture. Je t’emballe.

Chenu.

On dit d’un cheval emporté qu’il emballe son cavalier, sans doute parce que celui-ci est réduit au rôle passif d’un simple ballot.

Delvau, 1866 : v. a. Arrêter, — dans l’argot des voleurs et des filles.

Delvau, 1866 : v. n. Se dit, — dans l’argot des maquignons, — d’un cheval qui prend le mors aux dents, sans se soucier des voyageurs qu’il traîne après lui. S’emballer, se dit dans le même sens d’un homme qui s’emporte.

Rigaud, 1881 : Terminer promptement. — L’ouvrage est emballé.

Rigaud, 1881 : Mettre en prison. — Emballez-moi ce particulier.

La Rue, 1894 : Conduire en prison. Donner un coup de poing. S’éprendre passionnément. Emballement, entraînement subit, emportement.

Emballer (s’)

Rigaud, 1881 : S’emporter, se fâcher. On dit d’un cheval qui s’emporte, qu’il « s’emballe » ; d’où s’emballer en parlant des personnes.

Hayard, 1907 : Se mettre vite en colère, s’enthousiasmer, emprisonner.

Emballer (se faire)

Delvau, 1866 : Se faire mettre à Saint-Lazare, — dans l’argot des filles.

Emballes

Delvau, 1866 : s. f. pl. Manières, embarras, — dans le même argot [des filles]. Faire des emballes. Faire des embarras.

Emballes, embarras (faire ses)

Larchey, 1865 : « Faire son embarras : Faire beaucoup d’étalage pour peu de chose. » — d’Hautel, 1808. — Emballe est une corruption d’embarras.

Emballeur

Delvau, 1866 : s. m. Agent de police.

Rigaud, 1881 : Agent de police.

La Rue, 1894 : Agent de police. Emballeur de refroidis, croque-mort.

Virmaître, 1894 : Les agents de la sûreté. Ils emballent en effet les prisonniers dans le panier à salade.

Rossignol, 1901 : Agent de police, parce qu’il emballe.

Emballeur de refroidis

Rigaud, 1881 : Porteur des pompes funèbres, vulgo « croque-mort ».

Enfant de la balle

Delvau, 1866 : s. m. Celui qui a été élevé dans la profession paternelle, comédien parce que sa mère a appartenu au théâtre, épicier parce que son père a été marchand de denrées coloniales, etc. Argot du peuple.

Rigaud, 1881 : Celui qui a appris et qui exerce le même métier que son père. L’expression est particulièrement répandue dans le monde des coulisses.

Faire la balle élastique

Delvau, 1866 : Manquer de vivres, — dans l’argot des voleurs, que cela doit faire bondir.

Faire sa balle

Delvau, 1866 : v. a. Suivre les instructions ou les conseils de quelqu’un, — dans l’argot des prisons.

Faire une entrée de ballet

Delvau, 1866 : v. a. Entrer quelque part sans saluer, — dans l’argot des bourgeois, amis des bienséances.

Froler sur la balle

Halbert, 1849 : Médire de quelqu’un.

Froller sur la balle

anon., 1827 : Médire de quel qu’un.

Raban et Saint-Hilaire, 1829 : Médire de quelqu’un.

Froller, Froller sur la balle

Rigaud, 1881 : Médire ; maltraiter.

Frotter sur la balle

Bras-de-Fer, 1829 : Médire de quelqu’un.

Mannequin du trimballeur des refroidis

Halbert, 1849 : Corbillard.

Delvau, 1866 : s. m. Corbillard, — dans l’argot des voleurs.

Ornie de balle

anon., 1827 : Poule d’Inde.

Bras-de-Fer, 1829 : Poule d’Inde.

Halbert, 1849 : Poule d’Inde.

Delvau, 1866 : s. f. Dinde, — « à cause de la balle d’avoine dans laquelle elle est forcée de chercher sa nourriture, le grain étant réservé aux autres habitants de la basse-cour. »

Virmaître, 1894 : Dindon. (Argot des voleurs).

Peau ou Peau de balles

Rossignol, 1901 : Rien. Celui qui ne possède que peau, nib ou gninte n’est pas riche. — « Je devais t’acheter des bottines, mais tu n’auras que peau de balles. » Diminutif de balloches, allusion à l’appendice qui distingue le sexe.

Porte-balle

Rigaud, 1881 : Bossu.

Quinze cents balles (les)

Merlin, 1888 : Les engagés conditionnels.

Raide comme balle

Larchey, 1865 : Rapide comme un projectile.

Il a filé son chemin raide comme une balle.

Vidal 1833.

Delvau, 1866 : adv. Rapidement.

Rigaud, 1881 : Rapidement. Filer raide comme balle, marcher très vite.

Timballe (la)

Delvau, 1866 : Dîner mensuel des artistes du théâtre de l’Opéra-Comique. Il a lieu le troisième jeudi de chaque mois.

Trimballer

d’Hautel, 1808 : Traîner partout quelque chose avec soi ; railler, berner quelqu’un.
Il me trimballe depuis long-temps. Pour, il me berce de vaines espérances, il se moque de moi.

Halbert, 1849 : Conduire.

Larchey, 1865 : Marcher. — Mot à mot : baller sur la trime : se remuer dans la rue. V. Momir. — Trimballeur de coni, de refroidi : Croque-morts (Vidocq).

Delvau, 1866 : v. n. Se promener, — dans l’argot des faubouriens.

Delvau, 1866 : v. a. Promener quelqu’un, traîner quelque chose.

La Rue, 1894 : Conduire. Transférer d’une prison à une autre.

Trimballeur

Delvau, 1866 : s. m. Homme qui fait aller son monde.

Delvau, 1866 : s. m. Cocher, — dans l’argot des voleurs. Trimballeur des refroidis. Cocher des pompes funèbres.

Trimballeur de refroidis

Virmaître, 1894 : Le cocher qui conduit les corbillards.
— Ce qui m’emmerde, quand je serai refroidi, c’est d’être trimballé par l’omnibus à coni (Argot des voleurs).

Trimballeur de rouchies

Fustier, 1889 : Souteneur.

Trou d’aix, trou de balle

Larchey, 1865 : Anus.

Trou de balle

Delvau, 1866 : s. m. Le podex, — dans l’argot des faubouriens. On dit aussi Trou du souffleur et Trou de bise.

Virmaître, 1894 : Le derrière. On dit aussi : la lumière (Argot du peuple).


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique