AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Mots-clés Rechercher partout 


Abattre

(d’Hautel, 1808) : En abattre. Jeter à bas beaucoup d’ouvrage ; travailler à la hâte et sans aucun soin ; en détacher. Voyez Détacher.
On dit aussi en bonne part d’un ouvrier expéditif, habile dans tout ce qu’il fait, qu’Il abat bien du bois.
Petite pluie abat grand vent. Signifie qu’il faut souvent peu de chose pour apaiser un vain emportement ; pour rabattre le caquet à un olibrius, un freluquet.

(Rigaud, 1881) : Faire beaucoup d’ouvrage en peu de temps. J’en ai-t’y abattu !

(Rigaud, 1881) : Étaler son jeu sur la table, en style de joueur de baccarat. — Méry, qui cultivait pour le moins autant ce jeu que la Muse, avait érigé en axiome le distique suivant :

Quand on a bien-dîné, qu’on est plein comme un œuf, Il faut après un huit toujours abattre un neuf.

(Virmaître, 1894) : Faire des dettes, L. L. Abattre veut dire faire beaucoup d’ouvrage. — C’est un ouvrier habile, il en abat en un jour plus que ses compagnons en une semaine (Argot du peuple).

(Rossignol, 1901) : Faire beaucoup de travail est en abattre.

(France, 1907) : Se disait dans le sens de posséder une femme.

Il fut trouver la dame en sa chambre, laquelle, sans trop grand effort de lutte, fut abattue.

(Brantôme.)

Je me laissai abattre par un garçon de taverne sur belles promesses.

(Variétés historiques et littéraires.)

Abattre (en)

(Delvau, 1867) : Travailler beaucoup, — dans l’argot des ouvriers et des gens de lettres.

(France, 1907) : Travailler beaucoup ; argot des ouvriers et des gens de lettres. J’en ai abattu beaucoup ce matin.

Coutures (Rabattre les)

(Fustier, 1889) : Battre. Argot des écoliers. « Selon l’usage, on voulut commencer par lui rabattre les coutures, c’est-à-dire le brimer à coups de poing, h (A. Theuriet : Michel Verneuil.)

Rabattre

(d’Hautel, 1808) : Il faut en rabattre la moitié, et disputer sur le reste. Se dit d’un mémoire exagéré, ou d’un marché dont le prix est onéreux.
J’en rabats de moitié sur son compte. Pour, il a perdu une partie de l’estime que j’ayois pour lui.

(Clémens, 1840) : Retourner, descendre.

Rabattre à Loustot

(Clémens, 1840) : Revenir.

Rabattre au pieu

(Clémens, 1840) : Aller se coucher.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique