AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre

Facebook


Share


Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Fade

Fade

s. m. Quote-part de chacun dans une dépense générale ; Écot que l’on paye dans un pique-nique. Mot de l’argot des voleurs qui a passé dans l’argot des ouvriers. Mais, avant d’appartenir au cant, il appartenait à notre vieille langue : « Saciés bien que se je en muir, faide vos en sera demandée », dit Aucassin au vicomte de Beaucaire, qui lui a enlevé Nicolette. Or faide ici signifie compte et ne peut venir que de fœdus, accord particulier, règlement, compte.

Fade

s. m. Fat, — dans l’argot du peuple, qui trouve que ce mot exprime bien le dégoût que lui causent les gens amoureux de leur personne. Les deux mots ont d’ailleurs la même étymologie, fatuus, insipide.

Fade

s. m. Avoir son fade, c’est, dans une distribution de liqueurs ou de comestibles, être bien servi. Dans d’autres argots le même mot signifie argent. Avoir son fade veut dire alors : recevoir son compte.

Fade

Part ; paye, — dans le jargon des ouvriers. — Fader, partager, faire la paye, compter. — Toucher son fade, toucher sa paye. C’est un mot de l’ancien argot des voleurs, passé dans le vocabulaire des ouvriers. — M. Fr. Michel veut qu’il vienne indubitablement au fourbesque far de sei, quand il serait si simple et bien plus naturel de voir une apocope de fardeau ; fade, pour farde, charge, part.

Fade

Part, paye. Écot. Fadage. Partage. Payer le fade, subir sa peine.

Fade

Part. Le voleur qui a reçu sa part du produit d’un vol a eu son fade. Fader est partager.

Fadé

Bien servi, avoir largement son compte.

Fadé (être)

Être soûl. Mot à mot : avoir son compte, sa charge de boisson.

Fade, fadard

Personne de mine ou de parler prétentieux. — Mot à mot : débitant de fadeurs.

Eh va donc, grand fade !

Ricard.

Est-il devenu fadard ?

Labiche.

Fade, fademuche

Partage, part.

Fader

Partager le butin provenant d’un vol.

Fader

Partager.

Fader

Partager.

Fader

Partager. — V. Coquer. — De l’ancien verbe fadiar : assigner. V. Roquefort.

Fader

v. n. et a. Partager des objets volés.

Fader

Partager.

Fader ensemble

Partager.

Fadeurs

s. m. pl. Mensonges ordinaires de la conversation, — dans l’argot du peuple, payé pour être sceptique. Il n’emploie ordinairement cette expression que pour se moquer, et à propos de n’importe quoi. On lui raconte que le roi d’Araucanie est monté sur son trône « Des fadeurs ! » dit-il. On lui assure que la France va avoir la guerre avec l’Angleterre à propos de Madagascar : « Des fadeurs ! » On lui apprend une mauvaise nouvelle : « Des fadeurs ! » Une bonne : « Des fadeurs ! » etc.

Fadeurs (des)

« C’est Anna. — Avec qui est-elle ? — Avec son premier amour, je crois. — Des fadeurs ! » Monselet. — Cet exemple explique le mot. C’est comme si on disait : À d’autres ! Nous savons à quoi nous en tenir sur ces fadeurs.


Argot classique, le livreFacebook