AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre

Facebook


Share


Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Définition Rechercher partout 


Abattage (en avoir)

Être grand, fort, d’une taille à dominer. — Il a de l’abattage, il peut frapper fort (Argot du peuple). N.

Abattage (en recevoir un)

Être grondé à en être abattu. Équivalent à recevoir un gras, un suif, en un mot, à être enlevé (Argot du peuple). N.

Abreuvoir

s. m. Cabaret, — d’où l’on sort plus altéré qu’on n’y est entré. D’où l’expression proverbiale: Un bon cheval va bien tout seul à l’abreuvoir, pour dire : Un ivrogne n’a pas besoin d’y être invité pour aller au cabaret.

Abreuvoir

La boutique du marchand de vins où les ouvriers ont l’habitude chaque matin de boire la goutte. Quand la station a été trop prolongée, que l’homme rentre au logis éméché dans les grandes largeurs, la ménagère lui dit d’un ton rogne : As-tu assez abreuvé ton cochon ? (Argot du peuple).

Accointances (avoir des)

Commercer charnellement avec un homme lorsqu’on est femme, avec une femme lorsqu’on est homme.

Je supposai qu’elle avait eu des accointances avec le baron ou avec son laquais.

A. Lireux.

De quelque valet l’accointance
Serait-ce bien votre désir ?

Théophile.

C’est qu’à l’ombre des crucifix,
Souvent faites filles ou fils,
En accointant les belles-mères.

G. Coquillart.

Il faut que quelqu’un se soit accointé que notre ménage a ainsi renforcé.

(Les Cent Nouvelles nouvelles.)

Affaire (avoir son)

Avoir son compte, soit dans un duel, soit dans un souper, — être presque tué ou presque gris. Argot du peuple.

Affaires (avoir ses)

Avoir ses menstrues, qui sont toute une affaire, en effet.

Ce n’est pas le jour des affaires
Qu’il parait le plus affairé.

Eugène Vachette.

Affaires (avoir ses)

Avoir ses menstrues.

Agrément (avoir de l’)

Terme de coulisses pour signifier l’action d’être applaudi.

Mademoiselle Mars n’a pas eu d’agrément en voulant s’initier prêtresse de la muse tragique.

(Petit dictionnaire des coulisses, 1835.)

Air (avoir de l’)

Marcher avec inquiétude et méfiance.

Air cochon (avoir un)

Avoir un visage provoquant, qui appelle l’homme, qui le convie à manquer de respect à la femme qui a ce visage ; avoir les yeux égrillards, bouche voluptueuse, etc.

Je vous ai un petit air cochon comme tout.

Lemercier de Neuville.

Aller voir défiler les dragons

Dîner par cœur, c’est-à-dire ne pas dîner du tout, — dans l’argot du peuple, qui se rappelle le temps où, ne pouvant repaître son ventre, il allait repaître ses yeux, sous la République, des hussards de la guillotine, et sous l’Empire des dragons de l’Impératrice. Qui admire, dîne !

Aller voir défiler les dragons

Ne pas manger. Être de la revue signifie la même chose (Argot du peuple).

Aller voir défiler les dragons

Se passer de manger.

Aller voir Moricaud

v. n. Aller au Dispensaire, — dans l’argot des filles, qui disent cela depuis une vingtaine d’années, par allusion au nom de M. Marécot, sous-chef du bureau des mœurs, chargé de statuer sur le sort des visitées, après le rapport du médecin visiteur M. Denis.
Elles disent aussi Aller à saint Denis.
Les femmes corrompues corrompent naturellement tout — jusqu’aux noms des gens avec qui elles sont en contact.

Allez voir là-bas si j’y suis

Ce qui veut dire nettement à une personne : Foutez-moi le camp (Argot du peuple).

Anglais (avoir ses)

Avoir ses menstrues, à cause de la couleur rouge de cet écoulement, qui est aussi la couleur de l’uniforme anglais.

Puis de son corps couvrant ma mère,
Dans le sang des Anglais baigné,
Que de coups a tirés mon père
Dans la montagne où je suis né.

(Chanson anonyme moderne.)

Anglais (avoir ses)

Avoir ses menses, — dans l’argot des filles, qui font ainsi allusion à la couleur de l’uniforme des soldats d’Albion. Elles disent aussi : Les Anglais ont débarqué.

Anglais, (voir les)

Époques de la femme.

Appétit (avoir)

Se sentir des démangeaisons amoureuses, être en disposition de baiser.

Te sens-tu en appétit ce soir ? — Un appétit énorme ! — Alors, allons à la Patte de chat.

Lemercier.

Araignée dans le plafond (avoir une)

Être fou. Le cerveau serait ici le plafond et la monomanie y tendrait ses toiles.

Araignée dans le plafond (avoir une)

Extravaguer par instant. Le plafond figure le crâne ; l’araignée y file sa toile et empêche les idées de sortir claires et nettes.

Araignée dans le plafond (avoir une)

Synonyme de loufoque. Avoir la cervelle détraquée (Argot du peuple).

Ardoise (avoir l’)

Avoir un compte ouvert dans une gargote, chez un marchand de vin, où le grand-livre est représenté par une planche d’ardoise.

As de carreau dans le dos (avoir l’)

Être bossu, — dans l’argot du régiment.

Assiette au beurre (avoir l’)

Être un des heureux de ce monde, — dans le jargon du peuple. — Ceux qui détiennent l’assiette au beurre ont toutes les jouissances que procure la fortune et celles que procure une haute situation. — C’est donc toujours les mêmes qu’auront l’assiette au beurre ?

Assommoir, abreuvoir

Débit de liqueurs.

Avalé le pépin (avoir)

Être enceinte, — par allusion à la fameuse pomme dans laquelle on prétend que notre mère Ève a mordu.

Avalé le pépin (avoir)

Être enceinte.

Avalé une chaise percée (avoir)

Se dit dans l’argot des faubouriens, — à propos de quiconque a l’haleine homicide.

Aventures (avoir eu des)

Avoir eu des amants si l’on est femme, ou des maîtresses si l’on est homme.

Cette femme avait eu déjà bien des aventures.

Champfleury.

Il vint, et les tendres ébats
Agitant draps et couvertures,
Le psautier descendant plus bas,
Se trouve au fort de l’aventure.

Piron.

Avoir

Avoir eu, foutre ou avoir foutu avec une femme ou une fille que l’on désirait.

Eh bien ! ma mie, tu vois comme je t’aime, je laisse ma prébende pour t’avoir.

(Moyen de parvenir.)

Fais donc que j’aie cette fille, et je te rendrai riche.

P. De Larivet.

Avoir

Arrêter, capturer.

Avoir

(verbe) je l’aurai, tromper.

Avoir à la bonne

Aimer.

Avoir à la bonne

Aimer.

Avoir à la bonne

v. a. Avoir de l’amitié ou de l’amour pour quelqu’un. Argot du peuple.

Avoir à la bonne, avoir dans le sang

Aimer.

Avoir à sa bonne

Avoir de l’amour pour…

Surtout, p’tit cochon,
N’ fais pas l’ paillasson :
Je sais qu’ t’as Clarisse à la bonne ;
Mais dis-lui d’ ma part
Qu’ell’ craign’ le pétard…

A. Dumoulin.

Avoir celui

v. a. Avoir l’honneur de…, — dans l’argot des bourgeois.

Avoir commerce

Faire l’acte vénérien.

Jean, tu m’accusais l’autre jour
D’avoir dit à certaine dame
Qu’Anne, avant que d’être ta femme,
Avait eu commerce d’amour.

La Monnoye.

A-t-elle eu commerce avec le chevalier de Lorraine ? qu’on la brûle.

(La France galante.)

Avoir dans l’nez

Détester quelqu’un.

Je l’ai tellement dans l’nez, que je ne peux plus le supporter.

Avoir dans le naze

Détester.

Avoir dans le nez

Détesté.

Avoir dans le nez

Détester quelqu’un. — Mot à mot : être infecté par ses actes, par ses manières. — C’est ainsi qu’on appelle puant un homme qu’on ne peut supporter. V. Macaron.

Avoir dans le nez

v. a. Ne pas pouvoir sentir quelqu’un ou quelque chose.

Avoir dans le ventre

Être capable de…, — dans l’argot des gens de lettres.

Avoir de beaux cheveux

v. a. Se dit ironiquement de quelqu’un qui est mal mis, ou de quelque chose qui est mal fait. Argot des bourgeois.

Avoir de ce qui sonne

Être riche, — dans l’argot du peuple. L’expression se trouve dans Restif de la Bretonne.

Avoir de l’agrément

Jouir avec une femme, soit en la baisant, soit en se faisant branler par elle.

Tu vas avoir de l’agrément, mon chéri, je t’en réponds.

Lemercier de Neuville.

Avoir de l’anis dans une écope

Façon de parler ironique, du même argot [des faubouriens], où on l’emploie pour répondre à une demande indiscrète ou à un désir impossible à satisfaire. T’auras d’l’anis dans une écope équivaut à Du vent !

Avoir de la chance au bâtonnet

v. a. N’être pas heureux en affaires ou en amour. Ironiq. — Argot des faubouriens. On dit aussi Pas de chance au bâtonnet !

Avoir des as dans son jeu

v. n. Avoir du bonheur, de la chance dans ses entreprises. Argot du peuple. N’avoir plus d’as dans son jeu. Avoir tout perdu, famille, affection, fortune, en être réduit à mourir.

Avoir des bontés

Employé dans un sens obscène pour accorder ses faveurs à un homme.

Tu as eu des bontés pour lui, ça prouve ton bon cœur.

Voisenon.

Une femme sensible se décide difficilement à laisser pendre un homme pour qui elle a eu des bontés.

Pigault-Lebrun.

Ayez des bontés pour moi, et mademoiselle Hortense est mariée.

H. De Balzac.

Avoir des mots avec quelqu’un

v. a. Se fâcher avec lui. Avoir des mots avec la Justice. Être traduit en police correctionnelle.

Avoir des sens

Être ardent en amour ; jouir sous l’homme quand on est femme, jouir avec la femme lorsqu’on est homme.

Et d’ailleurs, Marotte a des sens
Récompensants
Les insolents
Qui montrent des talents.

Collé.

Avoir deux médailles de sauvetage

Une femme qui a peu de poitrine a des médailles de sauvetage en place de seins.

Avoir deux œufs sur le plat

On emploie cette expression pour une femme qui a des seins à l’état de soupçon. Ce à quoi elle répond : J’en ai assez pour un honnête homme (Argot du peuple). N.

Avoir du beurre sur la tête

v. a. Avoir commis quelques méfaits plus ou moins graves, — dans l’argot des voleurs, qui ont certainement entendu citer le proverbe juif : « Si vous avez du beurre sur la tête, n’allez pas au soleil : il fond et tache. »

Avoir du chien

Se dit d’une femme qui a des grâces provoquantes, qui ne baise pas comme la première venue.

Il faut être sincère, même avec des drôlesses de cette espèce : Julia a du chien, beaucoup de chien.

Lynol.

Avoir du chien dans le ventre

v. a. Être hardi, entreprenant, téméraire, fou même, comme un chien enragé. Argot du peuple.

Avoir du fil à retordre

Pour mener à bonne fin une affaire difficile, il y a du fil à retordre.

D’une mauvaise femme, pour en faire une bonne, il y a du fil à retordre.

Avoir du mal

Baiser beaucoup, — dans l’argot des filles de bordel.

Ce qu’ nous avons d’ bon ici, c’est d’êt’ ben nourries. Si on a du mal, on n’ meurt pas d’ faim, comme dans des maisons où j’ai été.

Henry Monnier.

Avoir du pain sur la planche

Avoir des économies ou des rentes. Argot des bourgeois.

Avoir du pain sur la planche

Être riche et ne pas avoir à s’occuper du lendemain. Être condamné à un certain nombre d’années de prison (Argot du peuple).

Avoir du pain sur la planche

Être riche, ou condamné à plusieurs années de prison.

Avoir du sable dans les yeux

Avoir envie de dormir. On dit aussi : Le marchand de sable a passé.

Avoir du truc

Avoir un caractère ingénieux.

Avoir encore (l’)

Sous-entendu : Son pucelage.

Ça me rappellera… le temps où je l’avais encore.

Lemercier de Neuville.

Avoir encore (l’)

Avoir ce qu’une jeune fille doit perdre seulement le jour de son mariage.

Avoir eu froid

Ne pas avoir eu le courage d’achever un crime.

Avoir eu quelque chose avec une femme

Avoir couché avec elle, une ou plusieurs fois ; avoir été son amant.

Tu me feras peut-être accroire que tu n’as rien eu avec Henriette ?

Gavarny.

Avoir l’eau à la bouche

Avoir appétit de femme lorsqu’on est un homme, ou d’homme lorsqu’on est femme, soit en voyant baiser les autres, soit en lisant des livres de fouterie.

Avoir l’estomac dans les mollets

Avoir très grand faim. Argot du peuple. On dit aussi Avoir l’estomac dans les talons.

Avoir l’étrenne

Être le premier à faire ou à recevoir une chose.


Argot classique, le livreFacebook