AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre

Facebook


Share


Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Définition Rechercher partout 


Bas de buffet (vieux)

Vieillard ridicule, vieille femme à prétentions.

Bas quelque part (avoir un vieux)

Avoir des économies. Les gens de la campagne placent encore leurs économies dans des bas ; de là l’expression.

Chirurgien en vieux

s. m. Savetier qui répare les vieux cuirs, — dans l’argot des faubouriens.

Chirurgien en vieux

Savetier. (A. Delvau)

Connaître un vieux

Servir de maîtresse à un vieux libertin, essayer de tous les moyens connus pour le faire godiller.

J’ me mets à connaît’ un vieux, encore un autr’, un troisième, et pis, et pis…

Henry Monnier.

Coup de vieux (recevoir un)

Toucher à la quarantaine, en parlant d’une femme, — dans le jargon des hommes de lettres et des artistes.

Débris (vieux)

Homme vieux, cassé, femme vieille, cassée.

Faire de vieux os (ne pas)

v. a. Ne pas demeurer longtemps dans un emploi, dans un logement, etc. Signifie aussi : N’être pas destiné à mourir de vieillesse, par suite de maladie héréditaire ou de santé débile.

Grognard (vieux)

Vieux soldat.

Jeu (vieux)

Vieille école, ancien régime, vieux système. — L’écrivain qui emploie dans un livre des moyens usés, des rengaines pour charmer ses lecteurs : vieux jeu. — L’auteur dramatique dont les procédés scéniques, le dialogue rappellent soit l’exagération des romantiques, soit la monotonie des classiques : vieux jeu. — L’avocat, l’orateur qui effeuille à la barre, à la tribune, les vieilles fleurs desséchées de la rhétorique, celui qui dit : « Nos modernes Hétaïres, le vaisseau de l’État conduit par d’habiles pilotes, l’honorable organe du ministère public, l’hydre de l’anarchie ose relever la tête… » vieux jeu. — Celui qui appelle sa femme « sa moitié » ; celui qui, en quittant un ami, le prie de « mettre ses respectueux hommages aux pieds de madame » ; vieux jeu, vieux jeu.

Lard (vieux)

Terme de mépris employé pour qualifier les vieilles rouleuses. Superlatif : Vieux lard rance (Argot du peuple). N.

Meuble (vieux)

Personne usée, incapable de service.

Prends garde à toi, vieux meuble, affreuse bohémienne !

Les Folles Nuits du Prado, 1854.

Meuble (vieux)

Vieille femme, vieille courtisane.

Modèle (vieux)

Grand-parent.

Il avait éloigné tous les vieux modèles, comme nous disons au couvent, pour désigner les grands-parents.

(Vie Parisienne, 1882.)

Pompon (vieux)

Synonyme de vieille bête.

Pompon (vieux)

Se dit d’un vieux soldat :

Le soldat est comme son pompon
Plus il devient vieux, plus il devient… melon. (Argot des troupiers).

Rester dans la salle d’attente à reconnaître ses vieux bagages

Rentrer seule, après minuit, — dans l’argot des filles.

Sapajou (vieux)

Vieux libertin, vieillard aussi obscène qu’un singe.

Sergent de vieux

Garde malade.

Tabac (un vieux)

Un vieux soldat.

Vieux

s. m. Amant en cheveux blancs ou gris, et même sans cheveux, — dans l’argot des petites dames. Avoir son vieux. Être entretenue.

Vieux

Amant sérieux, à lunettes, ventru, riche, et frisant la cinquantaine.

Vieux

Père, — dans le jargon des ouvriers. — Le vieux se décatit joliment.

Vieux ! (c’est)

Réponse à celui qui cherche à vous monter le coup, et qui peut se traduire de cette façon : À d’autres ! je la connais ! Elle est verte signifie encore : c’est raide, épatant, incroyable.

Vieux (se faire)

S’ennuyer, attendre plus qu’il ne faudrait ; rester longtemps quelque part. Argot du peuple.

Vieux (se faire)

Attendre quelqu’un avec impatience ; se tourmenter. Les variantes sont : Se faire viocque, se faire antique.

C’est rasant… C’est que je me fais vieux.

(La Vie moderne, 2 août 1879.)

Vieux (se faire)

S’ennuyer, trouver le temps long.

Vieux (se faire)

Se tourmenter, s’ennuyer.

Vieux comme les rues

adj. Extrêmement vieux. On dit aussi Vieux comme Mathieu-salé, — par corruption de Mathusalem, un patriarche.

Vieux jeu

s. m. Méthode classique, procédé d’autrefois pour faire des chansons, des vaudevilles, des romans. Argot des gens de lettres.

Vieux meuble

s. m. Vieillard, personne impotente, bonne à mettre au rancart de la vie.

Vieux monsieur (le)

L’homme qui entretient une femme, pour le distinguer du jeune — ou des jeunes — qu’elle entretient elle-même.

C’était par un temps pluvieux,
Nos bell’s n’avaient pas leurs vieux.

A. Watripon

Celle-là, sur un lit nonchalamment couchée,
Par un vieux cupidon était gamahuchée.

L. Protat.

À son âge, on n’a plus d’amour…
— Oui mais on a plus d’un caprice.
Quand mon fils est par trop méchant,
Tu sais comment je le corrige,
— Eh ! mais c’est ainsi, justement
Que j’entretiens le sentiment
De ce vieux monsieur qui m’oblige.

(Chanson anonyme moderne.)

Toinette, fraîche dondon,
Chantait ainsi son martyre,
Pensant à son vieux satyre…
Tout en plumant un dindon.

J. Poincloud.

Vieux style

s. m. Se dit de toute chose démodée, de tout procédé tombé en désuétude, de toute idée arriérée, etc.

Vieux tison

s. m. Galantin, vieillard amoureux.


Argot classique, le livreFacebook