AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre

Facebook


Share


Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Définition Rechercher partout 


Amère (la trouver mauvaise)

Les voleurs principalement trouvent toujours leurs condamnations amères. Synonyme de il faut avaler la pilule (Argot du peuple).

Bouche-trou

Article de journal sans aucune valeur, mis en réserve pour les jours où la copie manque. — Acteur jouant toutes sortes de rôles sans importance.

Bouche-trou

Écolier qui se tient prêt à remplacer un de ses camarades qu’une cause quelconque empêche de prendre part aux concours qui ont lieu entre les lycées.

L’ouverture des boîtes du grand concours réserve, parfois, des surprises étranges, comme par exemple, celle du bouche-trou remportant le prix d’honneur.

(Télégraphe, août 1885.)

Boucher un trou

v. a. Payer une dette, — dans l’argot des bourgeois.

Boucher un trou

Payer une dette lorsqu’on en compte plusieurs.

Boucher un trou, une brèche, une fente

Introduire le membre viril dans le vagin d’une femme, sous prétexte d’en mastiquer les fissures.

Plus loin, j’ trouvons madam’ vot’ mère
Sous not’ aumônier Goupillon ;
J’ dis : Vous bouchez un’brèch’, not’ père,
Par où pass’rait un bataillon.

Béranger.

Boucherait le trou du cul avec un grain de sable (on lui)

Se dit en parlant de quelqu’un que la peur paralyse, parce que, alors, selon l’expression vulgaire, il serre les fesses.

Centrouses

Prisons centrales où sont envoyés tous les condamnés à plus d’une année de prison.

Centrousse

Maison centrale (Argot des voleurs).

Centrousse

Prison centrale.

Cheveux (trouver des)

Faire des observations pour la moindre chose ; trouver à reprendre sur tout.

Vous trouvez des cheveux à tout ce que je dis.

(Grévin.)

Citrouillard

Dragon, par allusion à la couleur de la tunique.

Citrouille

Argot militaire. Cavalier-dragon.

Citrouille

Dragon.

Citrouilles

Les dragons, par allusion à leur casque, autrefois en cuivre, tandis que celui des cuirassiers était en acier.

Dans le trou

En prison.

Deux trous (les)

L’anus et le con.

Le trou du cul, le trou du con,
Sont deux trous qui me semblent farces :
Par l’un, on jouit d’un garçon
Et par l’autre on jouît des garces.
Tous les deux me sont défendus ;
Mais puisqu’il faut que je me perde…
Je préfère le trou du cul,
Malgré mon dégoût pour la merde.

Bing.

Enfant de troupe

s. m. Fils de comédien, enfant se sur les planches, — dans l’argot des coulisses.

Entrouducuter (ou s’)

Enculer, ou s’enculer mutuellement, entre pédérastes.

Que vont devenir nos talents,
Notre motte dodue
Puisque l’nombre de nos chalands
Chaque jour diminue ?
A se chatouiller,
S’entrouducuter
Chacun ici s’exerce…
De ce maudit Coin
Vite, foutons l’camp :
Au diable le commerce.

(Sultane Rozréa, p. 22.)

Épastrouillant

Extraordinaire (Argot du peuple).

Épastrouillant

Drôle, amusant.

Espatrouillant

Cette expression est employée pour exprimer le comble de l’admiration. C’est le mot épaté allongé (Argot du peuple).

Faire patrouille

Se débaucher de compagnie, courir les rues après minuit avec des libertins et des ivrognes.

Faire un trou

Prendre un verre d’eau-de-vie au milieu du repas, pour précipiter la digestion, faire un trou destiné à l’ingestion de nouveaux aliments.

Faire un trou à la lune

Décamper par un trou à la clarté de la lune.

Mazarin a fait un trou à la lune, comme font ordinairement les larrons.

Le Ministre fugitif, Paris, 1651.

Faire un trou à la lune

Faire faillite, enlever la caisse de son patron et se réfugier en Belgique. Argot du peuple.

Faire un trou dans la lune

Faire banqueroute (Argot du peuple).

Fil dans la trousse

Être poilu.

Guette au trou

Sage-femme (Argot du peuple).

Guette-au-trou

Sage-femme.

Introuvable

Urinoir public en forme de rotonde et dont l’accès n’est pas précisément facile à découvrir. On les a également appelés les « tourne-autour ». L’introuvable est le successeur direct du rambuteau.

Jouer au trou-madame

Faire la chosette.

Il est très dangereux de jouer au trou-madame avec elle.

Tabarin.

Lessiveur de pétrousquin

Voleur qui dévalise les paysans. Mot à mot : il les lessive (Argot des voleurs).

Mauvaise troupe

s. f. Garnement, vagabond, fainéant, — dans l’argot du peuple. Quelquefois la même expression est employée dans un sens amical, comme, par exemple, pour convier quelqu’un au départ : Allons, en route, mauvaise troupe ! lui dit-on.

Nez retroussé

Nez à narines larges et ouvertes.
— Il va te pleuvoir dans le nez.
— Elle se pleure dans le nez quand elle a du chagrin (Argot du peuple).

Pain à 36 trous

Biscuit de troupe.

Patrouille (en)

« Quatre jours en patrouille, pour dire en folies bachiques. »

Cabarets de Paris, 1821.

Patrouille (être en)

Courir les cabarets, ne pas rentrer coucher chez soi. Argot du peuple.

Patrouille (être en)

Être en tournée nocturne pour cause de débauche.

Patrouiller

Faire patrouille.

En ma qualité de caporal postiche de voltigeurs, j’ai passé la nuit à patrouiller.

Festeau.

Patrouiller

Manier, patiner. — Mot à mot : rouler dans ses pattes.

Mais c’est vrai, tiens ! ça vous patrouille c’te marchandise, et puis ça part.

Vadé, 1788.

Patrouiller

v. a. et n. Peloter.

Patrouiller

v. n. Faire patrouille, — dans l’argot des bourgeois, soldats-citoyens.

Petit trou (le)

La nature de la femme.

Vilaine ! tu prétends faire entrer cela dans ton petit trou ! Je t’en, défie.

La Popelinière.

O petit trou, trou mignard, trou velu,
D’un poil follet mollement crespelu,
Qui, à ton grè, domptes les plus rebelles.

(Cabinet satyrique.)

Pétouze, Pitroux

Pistolet, fusil, — dans l’ancien argot.

Pétrousquin

s. m. La partie du corps sur laquelle on tombe le plus souvent, — dans l’argot des faubouriens. On dit aussi Petzouille. Privat d’Anglemont (Paris-Anecdote) donne à ce mot la signification de Bourgeois, public. Il s’est trompé.

Pétrousquin

Derrière. Paysan. — Public, dans le jargon des saltimbanques. Entortiller le pétrousquin en faisant la manche, soutirer de l’argent au public en faisant la quête.

Pétrousquin

Le postérieur. Badaud.

Pétrousquin

La partie du corps sur laquelle on tombe le plus souvent. A. D. Pétrousquin, paysan. Malgré la croyance populaire, le paysan n’est pas aussi cul qu’il le paraît. Ce n’est donc pas de là, que vient l’expression. Pétrousquin, ne viendrait-il pas de Pétrus, avec une finale ajoutée (Argot du peuple).

Pétrousquin

Paysan.

Pétrousquin

Paysan.

Pitrou

s. m. Pistolet, fusil, — dans le même argot [des voleurs].

Pitroux

Pistolet (Vidocq). — Allusion à la détonation. Au moyen âge, on appelait petereau de petites bouches à feu.

Puces (trouver des)

Trouver motif de querelle.

Et pourtant la Giraudeau a trouvé moyen de me trouver des puces.

La Correctionnelle.

Celui qui cherche querelle saute sur le moindre motif comme celui qui essaie de prendre une puce au bond.

Retrousser (se)

Se retourner. Se tirer de la gêne par tous les moyens possibles.

Une célèbre actrice
À fillette novice
Disait, sans croire l’offenser :
Imite-moi, Charlotte ;
De sagesse oh peut se passer :
Quand on est dans la crotte,
Il faut se retrousser.

Vandael.

Touiller, Trouiller

Remuer avec une cuiller, le fond d’un poêlon. — Mêler les dominos, battre les cartes.

Tripatrouillage

Tripoter dans les poches de quelqu’un. Tripoter dans une caisse ou un tiroir.
— Vous n’allez pas bientôt finir de me tripatrouiller, vous allez me chiffonner (Argot du peuple). N.

Trou

La nature de la femme, ou l’anus.

Les grands trous leur sont odieux, déplaisants et désagréables.

(Variétés hist. et litt.)

Nenni, non. Et pourquoi ? Pour ce
Que six sous sauvés m’avez,
Qui sont aussi bien dans ma bourse
Que dans le trou que vous savez.

Collé.

Le bout était trop gros, ou le trou trop petit.

Piron.

Il fallut donc recourir aux verges… dont je vis bientôt les effets, par la croissance de l’allumelle de mon homme, qui, profitant du moment, commença à jouer au trou-madame.

(Mémoires de mis Fanny.)

Je m’y pris avec tant d’adresse
Qu’elle me dit, plein’ de tendresse ;
Je t’accord’ le droit marital.
Puis elle ajouta, pour final.
Tu sais le côté gui me blesse,
Ah ! ne va pas dans le trou d’ bal !

(Chanson anonyme.)

Au séminaire de Montrouge…
Chacun, en amateur de cul,
Loin de jouer au trou-madame,
Jouait toujours au trou du cul,

(Chanson anonyme moderne.)

La langue française
Est encore aujourd’hui si pauvre et si niaise,
Qu’elle n’a vraiment pas deux termes pour nommer
Cs petit trou mignon qui sait si bien charmer.

L. Protat.

Il se couche comme cela sur le ventre de la fille, et lui fourre, dans le trou par où elle pisse, ce long engin, avec le plus grand plaisir du monde.

Mililot.

Bernis chanta de Pompadour
Les trous qu’avait formés l’amour
Sur sa peau blanche et liste ;
N’en déplaise à l’auteur galant,
Moi, j’aurais chanté seulement
Le joli trou
Dont je suis fou,
Le joli trou qui pisse.

J. Cabassol.

Trou

s. m. Chambre insalubre, logis incommode, — dans l’argot du peuple.

Trou

s. m. Logis, habitation, — dans l’argot des bourgeois, qui disent souvent cela, par fausse modestie, d’une fort jolie maison de campagne.

Trou

s. m. Emploi, position sociale. Faire son trou. Réussir dans la vie ; asseoir sa réputation, sa fortune, son bonheur.

Trou

s. m. Entr’acte d’un long déjeuner ou d’un long dîner pendant lequel on sert le cognac ou le madère. Faire un trou. Boire un verre de cognac ou de madère au milieu d’un repas, afin de pouvoir le continuer avec plus d’appétit.

Trou

Prison. Mot à mot : trou de la réflexion, — dans le jargon des troupiers.

Trou (être dans le)

Être enterré.

Trou (faire son)

Arriver à une bonne position. — Mot à mot : faire sa trouée dans la foule.

Trou (faire son)

Faire son chemin dans le monde.

Trou (faire un)

Boire, au milieu d’un repas, un verre de cognac. Dans les dîners d’apparat, on fait le trou en se gargarisant avec des sorbets au rhum ou au kirsch.

Trou (le)

Prison.

Trou à la lune

Faillite, départ précipité pour cause de faillite. — Faire un trou à la lune, suspendre ses payements et prendre le chemin de fer, via Bruxelles.

Trou aux pommes de terre

s. m. La bouche, — dans l’argot des faubouriens. C’est la même expression que celle des ouvriers anglais : Potatoe trap.

Trou aux pommes de terre

La bouche (Argot du peuple).

Trou d’aix, trou de balle

Anus.

Trou de balle

s. m. Le podex, — dans l’argot des faubouriens. On dit aussi Trou du souffleur et Trou de bise.

Trou de balle

Le derrière. On dit aussi : la lumière (Argot du peuple).

Trou de bise

Derrière.

Parce qu’il est continuellement éventé des vents du trou de bise.

(Rabelais, l. I.)

Et les variantes : Trou de balle, trou du souffleur.


Argot classique, le livreFacebook