AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre

Facebook


Share


Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Définition Rechercher partout 


Avoir la queue verte

Être frais et dispos pour le combat amoureux, être vaillant au lit.

Boulet à queue

Melon (id.) — Mot imagé.

Boulet à queue

Melon.

Boulet à queue

Melon.

Chat à neuf queues

Martinet.

Commencer un roman par la queue

Baiser d’abord la femme pour laquelle on bande et, après, lui faire la cour comme si on ne l’avait pas encore possédée.

Couper la queue à son chien

v. a. Faire quelque excentricité bruyante et publique, de façon à attirer sur soi l’attention des badauds, — stratagème renouvelé des Grecs.

Défendre sa queue

v. a. se défendre quand on est attaqué, — dans l’argot du peuple, qui prend l’homme pour un chien.

Défendre sa queue

Défendre sa peau dans une bataille. Quand deux chiens se battent dans la rue, les spectateurs crient :
— Toto, dé fend ta queue.
Défendre sa queue, c’est défendre ses intérêts de toutes manières (Argot du peuple).

Être de la nature des poireaux, la tête blanche et la queue verte

Se dit d’un vieillard qui bande encore pour le beau sexe et n’a de neige que sur la tête.

Être en queue

Être en disposition de jouer de la queue avec avantage.

Il y a des jours où l’on est plus en queue que d’autres, où l’on baiserait volontiers toutes les femmes, si elles n’avaient, à elles toutes, qu’un con.

A. François.

Être enrhumé de la queue

Avoir une chaude-pisse, un écoulement gonorrhéique.

Faire la queue

Tromper.

Il faut se contraindre et vous avez un fameux toupet si vous parvenez à lui faire la queue.

Phys. de la Chaumière. 1841.

Faire la queue de cervelas

Le condamné a plus d’une année de prison subit sa peine dans une maison centrale, où pendant les heures de promenade il lui est défendu de s’asseoir et de parler. Ils se suivent à la queue leu leu faisant le tour de la cour : c’est ce qu’ils appellent faire la queue de cervelas.

Faire une queue

Faire une infidélité à sa femme ou à sa maîtresse est lui faire une queue.

Finir en queue de poisson

v. n. Finir désagréablement, fâcheusement, tristement, platement, bêtement, — dans l’argot du peuple, qui cependant ne connaît pas le desinat in piscem d’Horace.

Finir en queue de poisson

Chose qui commence bien et finit mal ou pas du tout. Un livre qui commence en empoignant ses lecteurs et se termine bêtement, c’est finir en queue de poisson (Argot du peuple).

Finir en queue de rat

v. n. finir fâcheusement, tristement, bêtement, — dans l’argot des ouvriers qui ont servi dans l’infanterie de marine.

Habit à queue de morue

Habit de soirée. Les pans ressemblent, en effet, à une queue de morue (Argot du peuple).

Habit à queue de pie

Même signification (Argot du peuple).

Mots à queue

C’est une plaisanterie d’atelier fort amusante. C’est un homme de l’artichaud Colas. On en a fait des à-peu-près tout aussi drôles sur les heures. Il est une heure, (teneur) de livres. Deux heures, (deux sœurs) de charité. Trois heures, (toiseur) vérificateur. Quatre heures, (cardeur) de matelas. Cinq heures, (zingueur) plombier. Six heures, (ciseleur) sur métaux. Sept heures, (cette heure) est la mienne. Huit heures, (huîtres) d’Ostende. Neuf heures, (neveu) de son oncle. Dix heures, (diseur) de bonne aventure. Onze heures, (on se) réunira à la maison mortuaire pour midi (Argot des ateliers).

Paralysie de la queue

Impuissance ; insensibilité du membre viril — qui a été trop sensible.

Petit chien, grosse queue

Façon de parler proverbiale pour dire que les hommes de petite taille ont presque toujours un fort membre, comme contraste à l’Hercule ancien, qui n’avait qu’une quéquette.

Prendre un rat par la queue

Couper une bourse, — dans l’ancien argot.

Queue

Un des noms du membre viril, fréquemment employé — sans qu’il soit besoin d’expliquer pourquoi, tant le mot est imagé.

Mademoiselle, ma queue est assez levée pour votre service.

D’Ouville.

Je suis comme les poireaux, j’ai la tête blanche et la queue verte.

Tallemant des Réaux

Messire Jean, je n’y veux point de queue !
Vous l’attachez trop bas, messire Jean.

La Fontaine.

L’académicien dit : mon vit. Le médecin : Ma verge. Le curé : mon membre. Une putain : La queue…

L. Protat.

Je viens revoir l’asile où, dans les jours mauvais,
J’exerçais librement les fiertés de ma queue.

A. Glatigny.

Queue

Infidélité galante.

Je connais un général à qui on a fait des queues avec pas mal de particuliers.

Gavarni.

Queue

s. f. Infidélité faite à une femme par son amant, ou a un homme par sa maîtresse Faire une queue à sa femme. La tromper en faveur d’une autre femme.

Queue

s. f. Escroquerie, farce de mauvais goût, carotte. Argot des soldats. Faire sa queue. Tromper.

Queue

s. f. Reliquat de compte, — dans l’argot des débiteurs. Faire une queue. Redevoir quelque chose sur une note, qui arrive ainsi à ne jamais être payée, parce que, de report en report, cette queue s’allonge, s’allonge, s’allonge, et finit par devenir elle-même une note formidable.

Queue

La suite d’un parti politique, les figurants exaltés d’un parti, ceux qui le compromettent.

Queue

Infidélité faite par un homme à sa femme, ou par une maîtresse à son amant, et réciproquement. Escroquerie. Carotte.

Queue

Faire une queue à sa femme : la tromper avec une autre et réciproquement. On fait également une queue à un fournisseur, en achetant chez son concurrent. Laisser une queue : ne donner qu’un acompte sur une dette. Se tirer la queue, se… battre (Argot du peuple).

Queue (faire la)

Escroquer. V. Perruque.

Giromont finissait de compter son argent et disait : le scélérat m’a fait la queue.

E. Sue.

Queue (faire la)

Tromper en matière de payement.

Queue (faire une)

Pour une femme, c’est tromper son mari ou son amant, par hasard. — Faire des queues, tromper son mari ou son amant par habitude. — Pour un homme marié ou en puissance de maîtresse, c’est courir les filles.

Queue d’un chat (pas la)

Solitude complète.

Queue de cervelas

Promenade à la file dans le préau des prisons.

Queue de cervelas

Promenade de prisonniers.

Queue de cervelas (faire la)

Promenade dans les promenoirs des prisons (Argot des voleurs). V. Dévidage.

Queue de la poêle (tenir la)

Avoir la responsabilité d’une affaire. Avoir la direction d’une maison.

Queue de morue

Habit.

Il donna un coup de poing dans son tuyau de poêle, jeta son habit à queue de morue, et jura sur son âme qu’il ne le remettrait de sa vie.

(Th. Gautier, Les Jeunes France.)

Queue de morue

Habit.

Queue de poireau

s. f. Ruban de Saint-Maurice et Lazare, lequel est vert. Argot des faubouriens.

Queue de rat

Tabatière dont le couvercle de bois était soulevé par une longue et étroite lanière de cuir.

Une de ces ignobles tabatières de bois vulgairement appelées queues de rat.

Ch. Hugo.

Queue de rat

s. f. Bougie roulée en corde, — dans l’argot des bourgeois.

Queue de rat

s. f. Tabatière en écorce d’arbre s’ouvrant au moyen d’une longue et étroite lanière.

Queue de rat

Crinière de casque dont les crins deviennent rares.

Queue de renard

Trace de vomissement. V. Renard.

Queue de renard

Longue trace de vomissement.

Un homme sans éducation qui a fait une queue de renard dans le plat de son voisin.

Cabaret de Paris, 1811.

Queue de renard

s. f. Témoignages accusateurs d’un dîner mal digéré. Argot du peuple.

Queue romantique

Jeu de mots altérant le sens raisonnable de la phrase. Murger a ridiculisé cet exercice dans sa Vie de Bohème. Dès 1751 paraissait une Histoire du prince Camouflet qui peut passer pour un recueil complet de ces stériles tours de force. C’est de là que datent « je le crains de cheval, — sous un beau ciel de lit bassiné, » etc.

Queue rouge

s. f. Jocrisse, homme chargé des rôles de niais, — dans l’argot des coulisses. Signifie aussi Homme qui se fait le bouffon des autres, sans être payé par eux.

Queue-leu-leu (à la)

adv. L’un après l’autre, en s’entre-suivant comme les loups.

Queue-rouge

Paillasse grotesque dont la perruque est nouée par un ruban rouge.

Le public préfère généralement le lazzi au mot et la queue-rouge au comédien.

De la Fizelière.

Queues

s. f. pl. Phrases soudées ensemble à la queue-leu-leu, — dans l’argot des typographes, dont c’est le javanais. Un échantillon de ce système de coquesigruïtés, que l’on pourrait croire moderne et qui est plus que centenaire, sera peutêtre plus clair que ma définition. Quelqu’un dit, à propos de quelque chose: « Je la trouve bonne. » Aussitôt un loustic ajoute d’enfant, puis un autre ticide, puis d’autres de Normandie, — t-on — taine — ton ton — mariné — en trompette — tition — au Sénat — eur de sanglier — par la patte — hologie — berne — en Suisse — esse — vous que je vois, etc., etc., etc. Lesquelles coquesigruïtés, prises isolément, donnent : Bonne d’enfant, — infanticide, — cidre de Normandie, — dit-on, — ton taine ton ton, — thon mariné, — nez en trompette, — pétition au Sénat, — hure de sanglier, etc.

Queues (faire une ou des)

Tromper son amant avec un autre homme, lorsqu’on est femme ; trahir sa maîtresse pour une autre femme, lorsqu’on est homme.

Ah ! oui, je sais… c’est pour l’autre jour, avec ta madame Machin, que vous avez été à Meudon me faire des queues.

Henry Monnier.

Renard, Queue de renard

Résultat d’une indigestion. Les queues de renard s’étalent les samedis de paye, le soir, le long de certains trottoirs. — Renarder, vomir.

Ruban de queue

« Comme ces grandes routes ruban de queue de quatre ou cinq lieues de long qui rien qu’à les voir toujours toutes droites, vous cassent les jambes. » — E. Sue.

Ruban de queue

s. m. Long chemin, route qui n’en finit pas.

Ruban de queue

La route qui serpente dans la campagne. Elle semble un long ruban.

Tirer le diable par la queue

v. a. Mener une vie besogneuse d’où les billets de banque sont absents, remplacés qu’ils sont par des billets impayés. Argot des bohèmes. On dit aussi Tirer la Ficelle ou la corde.

Tirer le diable par la queue

Il y en a (la moitié de Paris) qui passent leur temps à cette besogne, sans être jamais avancés un jour plus que l’autre. La misère ne les lâche pas. Ce pauvre diable, depuis le temps que l’on la lui tire, n’en devrait plus avoir (Argot du peuple).


Argot classique, le livreFacebook