AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre

Facebook


Share


Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Définition Rechercher partout 


À pince

Pédestrement.

J’ai fait le trajet de Paris à Marseille à pince.

Affuter des pincettes (s’)

Courir, se sauver à grande vitesse (Argot des voleurs).

Affûter ses pincettes

Courir, ou seulement marcher. Argot des faubouriens.

Affûter ses pincettes

Danser.

Arcpincer

Arrêter quelqu’un. — Pincer au demi-cercle est très usité dans le même sens. Il est à remarquer qu’arc et demi-cercle sont presque synonymes et qu’ils paraissent dériver de la même image.

Arcpincer ou Arquepincer

v. a. Prendre, saisir quelqu’un ou quelque chose. Argot des faubouriens.

Arquepincer

Arrêter.

Arquepincer

Prendre, saisir.

Arquepincer

Dérober adroitement. — Prendre, surprendre avec adresse. — Un voleur arquepince un porte-monnaie, un agent survient qui arquepince le voleur.

Arquepincer

Dérober très adroitement. Arrêter le voleur de même.

Arquepincer

Prendre, arrêter.

Cancanner, pincer le cancan

Danser le cancan — Pincer un léger cancan n’est pas tout à fait cancaner ; c’est une chorégraphie mixte où se fait deviner seulement le fruit défendu. — Chahuter, c’est épuiser au contraire toutes les ressources pittoresques de ce fandango national.

On va pincer son petit cancan, mais bien en douceur.

Gavarni.

J’ai cancané que j’en ai pus de jambes.

Id.

Cercle (pincer au demi)

Surprendre quelqu’un dans un moment psychologique. Un mari qui rentre de la chasse et qui trouve sa femme dans le feu d’une conversation avec son cousin ou tout autre, la pince au demi-cercle. Repincer au demi-cercle, se revancher, rendre la réciproque.

Chaud de la pince

Homme ardent aux plaisirs vénériens ; bon fouteur.

C’était un chaud de la pince
Qui peuplait dans chaque province
L’hospice des enfants trouvés.

Louis Festeau.

Chaud de la pince

s. m. Homme de complexion amoureuse.

Chaud de la pince

Luxurieux. On disait jadis : chaud de reins.

Où les centaures saouz, au bourg Atracien
Voulurent, chauds de reins, faire nopces de chien.

(Régnier, satire X.)

Chaud de la pince

Hommes pour qui toutes les femmes sont bonnes. On dit d’un homme chaud :
— Chien enragé mord partout (Argot du peuple).

Chaud de la pince

Individu pour qui n’importe quelle femme est bonne.

Faire une pince au bonnet de grenadier

Se dit des femmes qui, lorsqu’on les baise, se placent de façon à rendre l’introduction du membre moins facile et à faire supposer — aux imbéciles — qu’elles sont étroites.

V’là pourtant qu’un jeune vélite,
Malgré sa taille tout’ petite,
Un soir voulut en essayer.
A ses désirs je m’ prête
Mais je n’ perds pas la tête :
Pour qu’il n’y entr’ pas tout entier,
Je fis un’ pince — au bonnet d’ guernadier.

Henri Simon.

Italique (avoir pincé son)

Marcher penché, ne pas marcher droit par suite d’ivresse, — dans le jargon des typographes, par allusion au caractère dit italique.

Monseigneur (pince)

Mesure de capacité.

Il existe de plus une certaine eau-de-vie dont le prix varie suivant la grandeur des petits verres. Voici ce que nous lûmes sur une pancarte : Le monsieur, quatre sous ; la demoiselle, deux sous ; le misérable, un sou.

G. de Nerval.

Pince

Main, — dans le jargon du peuple.

Ne vous essuyez pas la pince à votre mouchoir ou à votre paletot.

(L’art de se conduire dans la société des pauvres bougres.)

Pincé

Être pincé, être pris. Être pincé : être amoureux.
— Je suis pincé pour Nana. Je n’en dors plus.
En pincer pour quelqu’un, c’est avoir un ardent désir (Argot du peuple). N.

Pincé

Pris, surpris en fautant.

Pince (chaud de la)

Débauché. — Corruption de mot.

C’était un chaud de la pince, Qui peuplait dans chaqu’ province L’hospice d’s enfants trouvés.

Festeau.

Pince (tenir à la)

Exercice acrobatique qui consiste à tenir le sommet du crâne de son partner entre les cinq doigts, — dans le jargon des saltimbanques.

Pince sans rire

Homme sévère.

Pince-cul

Bal public de dernier ordre. — V. Casse-gueule.

Ce bal inouï que l’argot téméraire de ses habitués avait surnommé le pince…

P. Féval.

Pince-cul

s. m. Bastringue de la dernière catégorie. Argot du peuple.

Pince-cul

Bastringue, où les amateurs de la liberté de pincer peuvent prendre du plaisir à pleine main.

Une fille qui respecte sa parentelle peut aller danser au Banquet d’Anacréon : ou aux Mille Colonnes, seulement elle ne va pas au bal Grados. C’est une infamie que ce pince-cul-là !

(Huysmans, Les Sœurs Vatard.)

Pince-cul

Bal, bastringue de la plus basse catégorie.

Pince-cul

Bal de bas étage où l’on pelote la marchandise avant de l’emmener bacher (Argot des souteneurs).

Pince-cul

Bal de bas étage.

Pince-dur

s. m. Adjudant, — dans l’argot des soldats, qui ont la mémoire des punitions subies.

Pince-dur

Adjudant sous-officier.

Pince-loque

Aiguille.

Pince-loques

Aiguille, l’aiguille, en effet, sert à repriser les loques, à les raccommoder. Elle rapproche les trous, elle les pince (Argot des voleurs).

Pince-sans-rire

s. m. Homme caustique, qui blesse les gens sans avoir l’air d’y toucher, ou qui dit les choses les plus bouffonnes sans se dérider. On dit aussi Monsieur Pince-sans-rire.

Pince-sans-rire

s. m. Agent de police, — dans l’argot des voleurs.

Pince-sans-rire

Agent de police, — dans le jargon des voleurs.

Pince-sans-rire

Agent de police.

Pinceau

Balai. — Allusion de forme. — V. Giberne.

Les hommes de corvée sont tous là prêts le pinceau eu main, je veux dire le balai en joue.

Vidal, 1833.

Pinceau

s. m. Plume a écrire, — dans l’argot des francsmaçons.

Pinceau

s. m. La main ou le pied, — dans l’argot des faubouriens, qui ont entendu parler du peintre Ducornet. Détacher un coup de pinceau. Donner un soufflet.

Pinceau

s. m. Balai, — dans l’argot des troupiers.

Pinceau

Balai, — dans le jargon du régiment. — Voyons voir, administrez un coup de pinceau, et là, vivement !

Pinceau

Balai.

Pinceau

Balai. Pied.

Pinceau

Balai.
— Quel riche coup de pinceau (Argot du peuple).

Pinceau

Balai.

Pinceau

Balai.

Pinceau (faire)

Peindre sa flamme sur la porte du temple de Cythère avec le pinceau de l’amour.

Pincer

Prendre.

Pincer

Prendre.

Pincer

Arrêter.

Pincer

Prendre.

Pincer

Arrêter.

Nomme l’coupable, qu’on l’pince

1813, Désaugiers.

En pincer : Avoir du goût.

Comm’ j’en pince pour le spectacle, j’vas souvent z’à la Gaîté.

1809, Brazier.

On dit par extension en pincer pour Mme X : Aimer Mme X.

Pincer

Exécuter.

En revenant. je pinçais la chansonnette.

Ricard.

Le professeur nous pinçait une nuance de cancan véritablement inédite.

L. Reybaud.

Pincer

v. n. Être vif, — dans l’argot du peuple. Cela pince dur. Il fait très froid.

Pincer

v. a. Voler, filouter, — dans l’argot des faubouriens.

Pincer

v. a. Prendre sur le fait, arrêter. Pincer au demi-cercle. Arrêter quelqu’un, débiteur ou ennemi, que l’on guettait depuis longtemps.

Pincer

v. a. Exécuter. Pincer le cancan. Le danser. Pincer de la guitare. En jouer. Pincer la chansonnette. Chanter.

Pincer

Filouter. — Exécuter. — Pincer le cancan, danser le cancan. — Pincer de la guitare, pincer de la harpe, être sous les verrous.

Pincer

Filouter. Exécuter. Arrêter sur le fait. Pincer de la harpe. Être en prison. V. Harpe.

Pincer (en)

Faire partie de, en être, — dans le jargon des voleurs.

Quand je vous récidive qu’on en pince et dur.

(P. Mahalin, Les Monstres de Paris.)

Pincer de la guitare

v. n. Être prisonnier, — par allusion à l’habitude qu’ont les détenus d’étendre les mains sur les barreaux de leur prison ou sur le treillage en fer du parloir grillé. On dit aussi pincer de la harpe.

Pincer de la guitare

Toutes les fenêtres des cellules des prisonniers sont garnies de barreaux de fer. Ils pincent de la guitare avec les barreaux. Allusion aux cordes de la guitare (Argot des voleurs).

Pincer des frétillantes

Danser. L’image est jolie, les jambes frétillent. Quand la Goulue pince des frétillantes dans un cavalier seul distingué, elle pince le pas du hareng saur en détresse (Argot du peuple).

Pincer le cul

Aimer à prendre à belles mains les fesses d’une femme, — où d’un homme quand on est pédéraste.

Il lui pince amoureusement le cul.

H. Monnier.

Godefroy, la nuit, après boire,
Pinça le cul, sournoisement
À Renaud encor presque imberbe.

B. de Maurice.

Pincer pour (en)

Être épris de, être amoureux de. — J’en pince dur pour la blonde du second.

Pincer un coup de sirop

v. a. Boire à s’en griser un peu, — dans l’argot des faubouriens.

Pincer, rattraper au demi-cercle

Prendre à l’improviste. — Terme d’escrime.

Pinces (les)

Les mains.

Pincette (baiser à la)

Baiser que donnent les enfants en pinçant de chaque main les joues de la personne qu’ils embrassent.

Pincettes

s. f. pl. Mouchettes, — dans l’argot des francs-maçons, qui disent aussi Pinces.


Argot classique, le livreFacebook