AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre

Facebook


Share


Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Définition Rechercher partout 


Casque-à-mèche

Apprenti commis dans un magasin de bonneterie.

Casque-à-mèche

Bonnet de nuit. Expression usitée dans le langage familier ordinaire, mais qui a évidemment pour lieu d’origine la caserne.

Charriage à la mécanique

Un voleur jette son mouchoir au cou d’un passant et le porte à demi-étranglé sur ses épaules pendant qu’un complice le dévalise.

Charriage à la mécanique

Ce genre de vol est l’enfance de l’art ; un mouchoir suffît. Le voleur le jette au cou d’un passant, il l’étrangle à moitié, le charge sur son épaule pendant qu’un complice le dévalise. C’est exactement le coup du père François, toutefois pour exécuter celui-ci les voleurs se servent d’une courroie flexible ou d’un foulard de soie (Argot des voleurs).

Charrier à la mécanique

Avoir la précaution d’étrangler un peu et même tout à fait le patient, tandis qu’un camarade le dépouille.

Claque (mec de la)

Claqueur, — dans le jargon des voyous.

Couper la mèche (se)

S’émasculer volontairement, — pour ne plus prendre feu auprès des femmes.

Puisque aimer offense Dieu,
Qu’un sûr moyen nous empêche :
Dès qu’on redoute le feu,
Que ne coupe-t-on la mèche ?

Altaroche.

Éméché

Ivre. — Allusion à l’air échevelé des ivrognes.

Quand je rentre un peu éméché après minuit, elle me dit : La cruche est dans le coin.

Monselet.

Éméché

Légèrement pris de boisson.

Eméché (être)

Éprouver les premiers eflets de l’ivresse.

Emêché (être)

Avoir bu un petit coup de trop.

Éméché (être)

N’avoir pas assez bu pour être pochard mais suffisamment pour avoir une légère pointe ; être allumé. Allusion à la rougeur du visage (Argot du peuple).

Émécher (s’)

v. réfl. Se griser, être sur la pente de l’ivresse, — dans l’argot des faubouriens.

Émécheur de parties

Certains fondateurs de cercles ou maisons de jeux réunissent un capital qui leur sert à spéculer sur les petits pontes qu’ils gagnent presque toujours. En argot des joueurs, on nomme ceux qui se livrent à des opérations de ce genre des voraces ou des émécheurs de parties.

Et mèche !

Formule de l’argot des faubouriens, employée ordinairement pour exagérer un récit : « Combien cette montre a-t-elle coûté ? soixante francs ? — Soixante francs, et mèche ! » c’est-à-dire beaucoup plus de soixante francs.

Être de mèche

Être de moitié dans une affaire, c’est être de mèche. Deux associés sont de mèche.

Grand-mecque

Président.

Humecter (s’)

Boire.

Il me demande si je veux m’humecter. Je lui réponds : J’ai mon casque.

Monselet.

Humecter (s’)

v. réfl. Boire, — dans l’argot des ouvriers qui avaient assez de poussières malsaines pour avoir le droit de se mouiller un peu le palais.

Humecter les amygdales (s’)

Boire un coup, se rafraîchir d’un coup de vin.

Lantiméche

Nom d’amitié, sobriquet tout intime. — Père Lantiméche, mère Lantiméche. — Les concierges des deux sexes se donnent volontiers entre eux « du Lantiméche ».

Lantimèche

s. m. Imbécile ; jocrisse, — dans l’argot des faubouriens.

Mec

Bon Dieu.

Mec

Dieu.

Mec

Bon dieu.

Mec

Souteneur.

C’est tout d’même chouette pour (une pierreuse)
D’avoir un mec comme celui-là ?

(De Gramont : La Femme à Polyte.)

Mec

Souteneur. Individu méprisable.

Mec

(pour meg) Chef, patron, Dieu, le mec plus ultra (Argot des voleurs).

Mec à la colle forte

Gredin redoutable, homme des plus dangereux, — dans le jargon des voleurs.

Mec à la colle forte

Se dit d’un voleur redoutable, par opposition au mec à la mie de pain. Voleur de rien (Argot des voleurs).

Mec à la manque

Méchant homme, — dans le jargon des voyous.

Mec à la redresse

Bon garçon, honnête homme.

L’ignoble gommeux dépravé
Qui séduit un’ fill’ puis la flanque
Avec un goss’ sur le pavé,
C’est un mec à la manque !
Mais l’bougre qui — quand il a r’çu
D’un’ jeunesse des preuv’s de tendresse,
L’épous’ carrément par là d’ssu,
C’est un mec à la r’dresse.

(La Petite Lune, 1879.)

Mec à la redresse

Tout individu qui en impose par ses qualités ou ses vices.

Seules, quelques individualités hors pair, des mecs à la redresse, parviennent à se faire dans l’opinion une haute place.

(Humbert : Mon bagne.)

Aujourd’hui le mot mec a pris une très grande extension. Il s’emploie pour désigner avec mépris un individu quelconque.

Mec à sonnettes

Homme riche, — dans le jargon des rôdeurs de barrière. En argot, sonnettes signifient « argent », ce qui sonne dans la poche.

Mec ou meg des megs

Dieu.

Mec, Meck, Meg

Maître, monsieur ; de magnus, grand. — Le meg des megs, Dieu, le maître des maîtres. — Mec des gerbiers, bourreau.

Mécanicien

C’est sous le pseudonyme de « mécanicien » que les aides exécuteurs désignent volontiers leur état. (Figaro du 27 avril 1879.)

Mécanicien

Taquin ; mot à mot celui qui mécanise, — dans le jargon des voyous. — M’en parle pas, un mécanicien qui me scie le dos tout le jour.

Mécanique (la)

La guillotine. C’est le nom officiel que lui donnent le bourreau et ses aides.

Mécaniser

Ennuyer. — Mot à mot : réduire à un rôle passif, mécanique.

Malgré qu’ça vous mécanise, Ça vous demande encore crédit.

Chansons, Clermont, 1837.

Et… Canalis regarda fixement Dumay qui se trouva, selon l’expression soldatesque, entièrement mécanisé.

Balzac.

Mécaniser

v. a. Vexer quelqu’un, le tourmenter, se moquer de lui, et même en médire un peu, — dans l’argot des faubouriens. Francisque Michel « trouve le germe de cette locution dans un passage des Vies des dames illustres de Brantôme », et ce germe, c’est mœquaniqueté... Le malheur est que jamais « locution ne fut plus moderne ». Quant a son « germe », le premier mécanicien venu le trouverait en conduisant sa machine.

Mécaniseur

s. m. Railleur, médisant.

Méchant (pas)

Encore une expression éminemment parisienne, dont la portée est plus grande qu’on ne pense. On dit d’une toilette mesquine, d’un homme inepte, d’un livre sans valeur : Ça n’est pas méchant ; ça ne mord pas ! — comme on dit d’un homme zélé : C’est un féroce.

Achetez un caloquet plus méchant, votre tuyau de poêle n’est pas trop rup.

Lem. de Neuville.

Mèche

Demi-heure.

Mèche

Moitié, demi-heure.

Mèche

Moitié. — À six plombes et mèche : À six heures et demie. V. Momir. — Être de mèche : Être de moitié (Vidocq).

Mèche

s. f. Possibilité de faire une chose. Il y a mèche. Il y a moyen. Il n’y a pas mèche. Cela n’est pas possible. On dit aussi elliptiquement : Mèche !

Mèche

s. f. Intrigue, secret. Découvrir la mèche. Tenir les fils d’une intrigue, connaître à temps un dessein fâcheux.

Mèche

s. m. Travail, ouvrage à faire, — dans l’argot des typographes. Chercher mèche. Chercher de l’ouvrage.

Mèche

s. f. Moitié, demi, — dans l’argot des voleurs. Être de mèche. Partager un butin avec celui qui l’a fait. Signifie aussi Demi-heure. D’où, sans doute, l’expression des faubouriens : Et mèche.

Mèche

Plus, davantage. — Combien avez-vous perdu, au moins vingt francs ? — Et mèche. Par allusion à la mèche d’un fouet.

Mèche

Complicité ; de moitié. Être de mèche, être complice, partager, — dans le jargon des voleurs.

Mèche

Moyen. — Y a-t-il mèche, y a-t-il moyen ? — Il n’y a pas mèche. Beaucoup d’ouvriers, quand ils demandent à un patron s’il a de l’ouvrage à leur donner, disent :

Y a-t-il mèche ?
J’ n’ai plus un rond de c’ que j’avais d’ pécune,
Tu vois, ma fille, n’y a plus mèch’ de lamper.

(Sénéchal, Le Retour de Croquignet, chans.)

Mèche

Plus, davantage. Moyen, possibilité de faire : Y a-t-il mèche ? Intrigue, secret : Découvrir la mèche. Travail : Chercher mèche. Complicité, de moitié : Être de mèche. Signifie aussi un quart d’heure.

Mèche

Les mauvais ouvriers qui voyagent sans cesse demandent mèche dans les ateliers qu’ils rencontrent sur leur route :
— Y a-t-il mèche de travailler ?
Mèche pour moyen (Argot du peuple).

Mèche

Moyen, possibilité.

Y a-t-il mèche d’aller au théâtre a l’œil. — Non, il n’y a pas mèche.

Mèche

Quart, être de moitié.

Mèche

Moyen (pas mèche : pas moyen); de mèche, de connivence.

Mêche

Moitié de quelque chose.

Mèche (demander)

v. Offrir ses services dans une imprimerie.

Mèche (être de)

Être de complicité.

Mèche (il y a mèche, il n’y a pas)

Il y a moyen il n’y a pas le plus petit moyen d’aboutir. Le mot fait image. Quand on a la mèche, on a bientôt fait de tirer la corde à soi.

En termes typographiques, lorsque les ouvriers proposent leurs services au prote de l’imprimerie, ils demandent s’il y a mèche, c’est-à-dire : si on peut les occuper.

1808, d’Hautel.

Mais il te fera pincer. — Pas si bête ! il n’y a pas mèche.

E. Sue.

Méchi

Malheur (id). — Abrév. du vieux mot méchief. V. Roquefort.

Méchi

s. m. Malheur, — dans le même argot [des voleurs]. C’est assurément le meschief de notre vieille langue.

Mechillon

Quart.

Méchillon

s. m. Quart d’heure.

Mecque

Lui, individu.

Connais-tu ce mecque-là. — Qu’est-ce qu’il nous embête, ce mecque-la.

Meg, mec

Maître. V. Chique. — Du vieux mot Mège : chef, souverain. V. Roquefort, au mot megedux. — Mec des mec : Dieu. V. Rebâtir.

Nique de mèche

N’avoir pas de complice.
— J’ai fait mon coup de cogne sans nique de mèche (Argot des voleurs).

Nique de mèche

Refus d’un complice de partager le produit d’un vol.
— Nique de mèche, je ne fade pas le pognon (Argot des voleurs).

Nique de mèche (être)

Sans aucune complicité, — dans le même argot [des voleurs].

Pas méchant

adj. Laid, pauvre, sans la moindre valeur, — dans l’argot des faubouriens et des filles, qui emploient cette expression à propos des gens comme à propos des choses. Ainsi, un chapeau qui n’est pas méchant est un chapeau ridicule — parce qu’il est passé de mode ; un livre qui n’est pas méchant est un livre ennuyeux, — parce qu’il ne parle pas assez de Cocottes et de Cocodès, etc.

Pas mèche

Impossible de réussir. Mèche pour moyen.
— J’ai beau la chauffer, pas mèche d’y arriver (Argot du peuple).

Pas mèche

Impossible, pas moyen. « Prête-moi un louis ? — Il n’y a pas mèche, je n’ai pas le sou. » — « Peux-tu me faire travailler chez toi ? — Il n’y a pas mèche, il n’y a pas d’ouvrage. »

Pectoral (s’humecter le)

Boire. (Dict. comique.)


Argot classique, le livreFacebook