AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre

Facebook


Share


Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Définition Rechercher partout 


Balloches

Les testicules. — Ce mot vient, soit du verbe ballocher — qui, en argot, veut dire tripoter — soit du fruit du Bélocier, qui portait autrefois le même nom, ou à peu près le même nom, et qui présente en effet une certaine analogie avec la forme des couilles.

Un médisant dit que l’abbé auquel elle vouloit boire, — qui, à la vérité, avait en ses jeunes ans perdu ses deux témoins instrumentaires… en descendant d’un bellocier, c’est un prunier sauvage, — s’appelait monsieur de Non Sunt.

(Contes d’Eutrapel.)

Balloches

Il y a quarante ans, avant que les magasins des Phares de la Bastille n’existassent et que le canal Saint-Martin ne fût couvert, il y avait sur la place des saltimbanques, prestidigitateurs et marchands de chansons. Il y en avait un, entre autres, qui, à chaque loterie qu’il faisait, ne manquait jamais de dire, lorsqu’il lui restait deux numéros à placer :

J’en ai deux ; qui veut mes deux. Madame, prenez mes deux, j’aimerais être comme Abélard, ne plus en avoir.

Balocher

« C’est quelque chose de plus que flâner. C’est l’activité de la paresse, l’insouciance avec un petit verre dans la tête. »

T. Delord.

Balocher : S’occuper d’affaires véreuses. — Vidocq.

Balocher

v. n. Fréquenter les bals publics ; se trémousser. Argot des faubouriens.

Balocher

v. a. Tripoter, faire des affaires illicites. Argot des voyous.

Balocher

v. n. Remuer, pendre, — dans l’argot du peuple, qui dit cela à propos des choses.

Balocher

Courir les bals à l’époque où fleurissaient balochards et balocheuses.

Balocher

Dérober, faire des affaires illicites.

Balocheur

s. m. Ouvrier qui se dérange, qui déserte l’atelier pour le cabaret et le bastringue.

Cloche (être à la)

Ne pas avoir de domicile. Ce mot veut aussi dire écouter.

J’ai entendu ce que vous disiez, j’étais à la cloche. — Parlez plus las, il y a quelqu’un derrière nous qui est à la Cloche (qui écoute).

Cloche de bois

Déménager furtivement sans prévenir son propriétaire. Quand le déménagement s’opère par la fenêtre on dit : déménager à la ficelle. Brûler ses meubles, c’est déménager par la cheminée. On dit aussi : déménager a la cloche de cuir ou à la sonnette de bois.

Cloche de bois (à la)

Déménager furtivement sans payer son terme.

Cloche de bois (déménagement à la)

Déménagement furtif. — Déménager à la cloche de bois, déménager sans bruit et sans payer.

Pendant ces vingt ans, il a déménagé à la cloche de bois, c’est-à-dire qu’il est sorti de ses diverses résidences sans acquitter le prix de son terme.

(Maxime Parr.)

Cloche de bois (déménager à la)

Déménager furtivement en tamponnant la clochette d’éveil adaptée aux portes de beaucoup d’hôtels garnis.

Cloche de bois (déménager à la)

Sans payer, furtivement.

Clochettes

Poches. Elles sonnent quand elles sont pleines d’argent.

Être à la cloche

Écouter.

Tu entends ce que l’on dit à côté ? — Oui, depuis un instant, je suis à la cloche.

Filoche

Bourse.

Filoche

Une bourse.

Filoche

Bourse d’argent.

Filoche

Bourse.

Filoche

Bourse (Vidocq). — Diminutif de filet.

Si ta filoche est à jeun (si ta bourse est à vide).

E. Sue.

Filoche

s. f. Bourse, — dans l’argot des voleurs, qui devraient bien changer d’expression, aujourd’hui qu’on a remplacé les bourses en filet, à glands et à anneaux, par des porte-monnaie en cuir. Avoir sa filoche à jeun. N’avoir pas un sou en poche.

Filoche

Bourse. — Filoche à jeun, bourse vide. — Filoche du trêpe, la Bourse de Paris. Mot à mot : bourse de la foule.

Filoche

Bourse.

Filoche

Bourse. Avoir sa filoche à jeun, c’est être sans le sou (Argot du peuple).

Filoche

Bourse, cravate.

Fondre la cloche

Terminer une affaire, en arriver à ce qu’elle a d’essentiel, de difficile. Signifie aussi : Vendre une chose et s’en partager l’argent entre plusieurs.

Fondre la cloche

Vendre un objet dont on partage le prix entre camarades ; avait aux XVIIe et XVIIIe siècles le sens de terminer une affaire en train.

Freloche

s. f. Filet à prendre les papillons, — dans l’argot des écoliers.

Galoche

Menton.

Galoche

s. f. Jeu du bouchon, — dans l’argot des gamins.

Galoche

Jeu de bouchon.

Glochette

Poche.

Loche

Oreille.

Loche

Oreille. — Locher : Écouter (Vidocq).

Loche

s. f. Paresseux, gras, mou, — dans l’argot du peuple, qui emploie ce mot au propre et au figuré, par allusion à la limace, grise ou rouge, qu’on voit se traîner, visqueuse, par les sentiers.

Loche

s. f. Oreille, — dans l’argot des voleurs.

Loche

Oreille. — Locher, écouter, entendre.

Loche

Oreille. Paresseux.

Loche

Oreilles (Argot des voleurs). V. Esgourdes.

Loche

Paresseux, fainéant. Allusion à la loche qui se traîne péniblement. On dit également Paresseux comme un loir. Le loir dort au soleil (Argot du peuple). N.

Loche (mou comme une)

Flegmatique, sans énergie ; par altération de mou comme une loque.

Locher

v. a. et n. Écouter.

Locher

v. n. Branler, être près de tomber, — dans l’argot du peuple.

Locher

N’être pas d’aplomb, menacer de tomber ; c’est clocher en supprimant le C.

Locher

Écouler. Perdre l’équilibre, menacer de tomber.

Locher

Branler, tomber.
— Tu branles dans le manche, tu vas être renvoyé de ta place.
Ce à quoi les farceurs répondent :
— Tout ce qui branle ne tombe pas (Argot du peuple). N.

Loches

Oreilles.

Mailloche (il est)

Synonyme d’avoir reçu un coup de marteau. On connaît la légende de Martin et Martine, de l’horloge de Cambrai, qui a donné naissance au dicton populaire pour qualifier un être déséquilibré :

— Il a passé à Cambrai, il a reçu un coup de marteau.

Mot à mot : il est timbré (Argot du peuple). N.

Maillocher

Travailler, — dans le jargon des souteneurs, pour qui le travail est la surveillance exercée surleurs maîtresses dans le but de les empêcher de perdre leur temps, parce que le temps c’est de l’argent.

Maillocher

Pour la prostituée, c’est travailler (de son métier) ; pour le souteneur c’est surveiller la marmite qui travaille.

Maillocher

Travailler.

Menton de galoche

s. m. Long, pointu et recourbé comme celui de Polichinelle. Argot du peuple.

Menton de galoche

Menton qui avance comme celui du classique Polichinelle. On dit de celui ou de celle qui possède un menton semblable qu’il fait carnaval avec son nez (Argot du peuple).

Piloche

Dent, — dans le jargon des voleurs.

Prêter loche

Prêter l’oreille, écouter, — dans l’argot des voleurs.

Prêter loche

Prête moi ton oreille. Écoute bien ce que je vais te dire (Argot des voleurs).

Taloche

s. f. Soufflet ou coup de poing, — dans l’argot du peuple, qui a eu l’honneur de prêter ce mot à Molière.

Talocher

v. a. Donner des soufflets.


Argot classique, le livreFacebook