AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre

Facebook


Share


Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Définition Rechercher partout 


Ajuster une femme

La baiser, — ce qui est ajuster le membre viril dans son vagin avec la raideur d’une flèche lancée d’une main sûre.

Boîte à jus

Cafetière des marchandes ambulantes.

Capucine (jusqu’à la troisième)

Énormément, à fond. — S’ennuyer jusqu’à la troisième capucine.

Chié dans le panier de quelqu’un jusqu’à l’anse (avoir)

Avoir donné à quelqu’un de graves sujets de mécontentement ; ne plus inspirer aucune espèce de confiance. C’est, mot à mot : avoir rempli le panier de quelqu’un de l’ordure des mauvais procédés.

Chier dans mon panier jusqu’à l’anse (il a)

Jouer à quelqu’un un tour impardonnable.

Cotret (jus de)

Coups de bâton.

Cuire dans son jus

v. n. Avoir très chaud, jusculentus, — dans l’argot du peuple.

Cuire dans son jus

Avoir très chaud, fournir une transpiration abondante. Si l’on veut cuire dans son jus, l’on n’a qu’à aller un dimanche soir, dans un théâtre de Paris, aux troisièmes galeries.

Cuire dans son jus

Concentrer sa douleur et retenir son élan naturel, — dans le jargon des comédiens. L’expression, qui est de mademoiselle Contât, est restée dans le dictionnaire du théâtre. (V. Couailhac, La Vie de théâtre.)

Donner un coup de pied jusque…

Aller jusqu’à tel endroit désigné, — dans l’argot du peuple.

Entrer jusqu’aux gardes

Faire pénétrer son vit dans le con jusqu’aux couillons, qui restent les confidents, les gardes et les témoins de ce coup fourré… bien fourré.

… Revenons à ton luxurieux embrocheur. Abusa-t-il de ta complaisance ? Se piqua-t-il d’entrer là jusqu’à la garde, sans égard pour ton enfance délicate ?

Être raide, raide comme la justice

Être ivre sans vouloir le paraître, se redresser avec affectation.

Dis donc Jules tu as bien dîné. — Il est raide.

Monselet.

Extinction de chaleur naturelle (jusqu’à)

Tant que les forces le permettront, jusqu’à ce qu’on n’en puisse plus. Faire la noce jusqu’à extinction de chaleur naturelle. Boire jusqu’à extinction de chaleur naturelle.

Gris jusqu’à la troisième capucine (être)

Être en complet état d’ivresse, à en déborder, — dans l’argot des troupiers, gui savent que la troisième capucine est près de la bouche du fusil.

Jus

s. m. Grâce, élégance, bon goût, — dans l’argot des faubouriens, pour qui certaines qualités extérieures, naturelles ou acquises, sont la sauce de certaines qualités de l’âme. Avoir du jus. Avoir du chic, de la tournure. Être d’un bon jus. Être habillé d’une façon grotesque, ou avoir un visage qui prête à rire.

Jus

s. m. Profit, bénéfice que rend une affaire.

Jus

Élégance, — dans le jargon des gommeux qui ont voulu donner un pendant au mot chic. (V. Juteuse).

Jus

Voici un mot qui, en argot, a plusieurs sens et notamment deux acceptions bien opposées. On le trouve, en effet, dans Delvau et Larchey comme synonyme de vin, mais il sert aussi à désigner l’eau. Je l’ai plusieurs fois entendu prononcer avec ce dernier sens. Les uns disaient jus de grenouille et les autres jus, tout court.

L’autre le suit, l’empoigne par sa ceinture et le lance dans la Seine en disant : Va dans le jus.

(Galette des Tribunaux, août 1884.)

Jus

Élégance. Eau. Vin.

Jus (coup de)

Mot à mot : coup de jus de raisin.

J’aime mieux aller chez la mère à Montreuil… et je me collerai un coup de jus.

(A. Bouvier, la Lanterne du 19 juillet 1877.)

Jus d’échalas

s. m. Vin.

Jus de baromètre

Mercure.

Te n’ sens pas toi-même l’jus de baromètre, hé non, c’est qu’ je tousse.

(Le Nouveau Vadé.)

Jus de bâton

Coup de bâton.

Pour passer votre rhume, j’ai du jus de bâton.

Aubert, Chanson, 1813.

Jus de bâton

s. m. Coup de bâton.

Jus de bâton

Coups de bâton.

Jus de chapeau

Mauvais café, celui que les femmes vendent le matin au coin des rues, aux ouvriers qui se rendent à leur travail. Quand il pleut sur un chapeau, le jus a exactement la couleur de ce café (Argot du peuple).

Jus de chapeau

Mauvais café.

Jus de chapeau

Café noir.

Jus de chique

Café, — dans le jargon des troupiers. Allusion à la couleur du café. La variante est : Jus de chapeau, à cause de la couleur foncée de la transpiration militaire.

Jus de chique ou de chapeau

Café. L’opinion émise par les soldats eux-mêmes sur la qualité de ce liquide dans les casernes vient corroborer celle que nous avons exprimée au mot Champoreau. Il y a, d’ailleurs, trois espèces de café : le zig (1re qualité) que se réservent le cuisinier et le caporal ou brigadier d’ordinaire, charité bien ordonnée… Puis le bitt, destiné au chef ; enfin le jus de chique ou de chapeau (3e et problématique qualité) distribué aux troubades.

Jus de couillon

Le sperme, le nec plus ultra des jus.

Vous qui, du haut de ce balcon,
Riez de ma misère,
S’il pleuvait du jus de couillon,
On vous verrait sous la gouttière.

Piron.

Lorsque Molière fait dire à Elmire :

Aucun jus, en ce jour, ne saurait me charmer…

il a la même idée que Piron, seulement ; il s’exprime d’une façon plus honnête.

Jus de navet dans les veines (avoir du)

Manquer d’énergie. Variante : Avoir du sirop d’orgeat dans les veines.

Jus de réglisse

s. m. Nègre ou mulâtre.

Jus de réglisse

Nègre.

Jusqu’à plus soif

adv. À l’excès, extrêmement, — dans l’argot des faubouriens, qui disent cela à propos de tout.

Jusqu’au boutien (journal)

Journal qui a soutenu la politique du maréchal de Mac-Mahon après la dissolution de l’Assemblée nationale en juin 1877. — Allusion à la phrase qui figurait dans l’ordre du jour adressé par le Maréchal à l’armée, le 9 juillet suivant : « J’irai jusqu’au bout. »

Les journaux jusqu’au boutiens affirment avec ensemble que, etc.

(La France du 10 août 1877.)

Juste

s. f. La Cour d’assises, — dans l’argot des voleurs, qui s’étrangleraient sans doute à prononcer le mot tout entier, qui est Justice.

Juste (la)

Cour d’assises. Abréviation de « la justice. »

Juste (la)

La cour d’assises.

Juste milieu

s. m. Député conservateur quand même, ami quand même du gouvernement régnant. Argot des journalistes libéraux. On dit aussi Centrier.

Juste-milieu

Partisan du statu quo politique, en opposition à la gauche qui représente le côté radical ou avancé, et à la droite qui se retranche dans le maintien des anciens principes. V. Centrier.

Luc riait comme un républicain qui voit le juste-milieu recevoir un soufflet.

Ricard.

Juste-milieu

Derrière.

Mayeux envoya la pointe de sa botte dans le juste-milieu de Mlle Justine.

Ricard.

Juste-milieu

s. m. L’endroit consacré par la jurisprudence du Palais-Royal comme cible aux coups de pied classiques et aux plaisanteries populaires.

Justification

s. f. Longueur de la ligne, variable suivant les formats. Au figuré, Prendre sa justification, c’est prendre ses mesures pour faire quelque chose.

Marier Justine

Précipiter un dénouement, arriver vite au but, — dans l’argot des coulisses. Cette expression date de la première représentation d’un vaudeville des Variétés, Thibaut et Justine, joué sous la direction de Brunet. La pièce gaie en commençant, avait, vers la fin, des longueurs. Le public s’impatiente, il est sur le point de siffler. L’auteur ne mariait Justine qu’à la dernière scène, encore bien éloignée. « Il faut marier Justine tout de suite », s’écria le régisseur », pour sauver la pièce. Et l’on cria des coulisses aux acteurs en scène : « Mariez Justine tout de suite ! » Et l’on maria Justine, et la pièce fut sauvée, — et l’argot théâtral s’enrichit d’une expression.

Raide comme la justice

Ivre. Celui qui est raide comme la justice a la conscience de sa position ; il marche vite, seul ordinairement, se redresse et fait tous ses efforts pour ne pas zigzaguer.

Retraite (en rire jusqu’à sa)

En rire longtemps.

Se fendre jusqu’à s’écorcher

Pousser la prodigalité jusqu’au regret.

Cadet, tu te fends ; ça me flatte. Tu vas t’écorcher.

Cabassol.

Tire-jus

Mouchoir. — Mot imagé. Usité dès 1808.

Tire-jus

s. m. Mouchoir de poche, — dans l’argot des faubouriens. On dit aussi Tire-mœlle.

Tire-jus

Mouchoir, — Tire-juter, se moucher.

Tire-jus

Mouchoir, — de l’argot parisien.

Tire-jus

Mouchoir.

Tire-jus

Mouchoir. Le mot n’est pas ragoûtant, mais il exprime bien le fait de tirer le jus des narines (Argot du peuple).

Tire-jus

Mouchoir.

Tire-jus

Mouchoir.

Tirjus

Mouchoir.


Argot classique, le livreFacebook