AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre

Facebook


Share


Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Définition Rechercher partout 


Affiler le bandage

Bander, — arrigere.

Ainsi que des amants temporels pigeonnaient la mignotise d’amour, affilant le bandage.

(Moyen de parvenir.)

Aller voir défiler les dragons

Dîner par cœur, c’est-à-dire ne pas dîner du tout, — dans l’argot du peuple, qui se rappelle le temps où, ne pouvant repaître son ventre, il allait repaître ses yeux, sous la République, des hussards de la guillotine, et sous l’Empire des dragons de l’Impératrice. Qui admire, dîne !

Aller voir défiler les dragons

Ne pas manger. Être de la revue signifie la même chose (Argot du peuple).

Aller voir défiler les dragons

Se passer de manger.

Coton (filer un mauvais)

Se mal porter. Rappel mythologique du fil de la Parque.

Il file un mauvais coton.

E. Jourdain.

Défiler la parade

v. n. Mourir, — dans l’argot des troupiers, qui blessés en pleine poitrine par un éclat d’obus, trouvent encore le temps de faire le salut militaire à leur chef comme pour lui dire : Ave, Cæsar, morituri te salutant.

Défiler la parade

Mourir, — dans le jargon des troupiers.

Défiler la parade

Se dit à quelqu’un que l’on chasse.
— Allons, défilez la parade, et plus vite que ça (Argot du peuple).

Défiler son chapelet

Quand deux commères se disputent, c’est un déluge de paroles et d’épithètes interminable.
— As-tu vu comme je lui ai défilé mon chapelet ?
Allusion au chapelet qu’une dévote fait tourner toute sa vie dans ses mains sans en trouver la fin (Argot du peuple). N.

Dragons (aller voir défiler les)

Jeûner forcément. À l’heure du déjeuner, les ouvriers qui n’ont ni argent ni crédit chez le miarchand de vin disent :

Nous allons les voir défiler.

Enfant (filer l’)

Introduire la pince monseigneur sous la porte.

Enfiler

Se faire enfiler, se faire arrêter.

Enfiler (s’)

v. réfl. S’endetter, — dans l’argot des faubouriens. Signifie aussi : Se bisser entraîner à jouer gros jeu.

Enfiler (s’)

Perdre successivement plusieurs coups de cartes. — S’être enfilé, avoir beaucoup perdu dans une partie, dans une soirée.

Ce qui ne l’avait pas empêché quelques minutes auparavant, de jouer contre Servet, et de se faire enfiler.

(Vast-Ricouard, Le Tripot.)

Enfiler (s’)

Perdre beaucoup au jeu en peu de temps. S’endetter. S’enfiler des briques, jeûner.

Enfiler (s’)

Boire.

Enfiler des briques (s’)

Jeûner, contraint et forcé, — dans le jargon du peuple.

Enfiler des perles

Travailler avec nonchalance.

Enfiler une femme

Comme une perle, avec un bout de pine au lieu d’un bout de fil.

Voudrais-tu m’enfiler, mon petit homme ?

Henry Monnier.

Si vous ne voulez pas vous laisser enfiler,
Par mon chien aussitôt je vous fais enculer.

L. Protat.

Leste et gai, j’enfile, j’enfile, j’enfile.

Béranger.

C’est votre bonne fille
Qu’un infâme paillard honteusement enfile.

Trotterel.

Je ne m’étonne plus s’il l’a si bien enfilée puisqu’elle est la perle des filles.

(La Comédie des Proverbes.)

Votre beauté sans seconde
Vous fait de tous appeler
La perle unique au monde ;
Il faut donc vous enfiler.

Collé.

Filer

Suivre, préparer. Filer une affaire, faire les dispositions d’un vol.

Filer

Suivre, espionner.

Filer

Suivre un individu.

Filer

Suivre.

Un voleur se charge de filer la personne.

Vidocq.

Être filé signifie, dans le langage des débiteurs, que le recors vous suit à la piste.

Montépin.

Dans le même vocabulaire, Être fumé signifie être arrêté.

Filer

v. a. Suivre un malfaiteur, — dans l’argot des agents de police. Suivre un débiteur, — dans l’argot des gardes du commerce.

Filer

v. a. Voler, — dans l’argot des voyous. Filer une pelure. Voler un paletot.

Filer

v. n. S’en aller, s’enfuir, — dans l’argot des faubouriens.

Filer

v. n. Levare ventris onus, — dans le même argot [des faubouriens].

Filer

Sacrifier à la compagnie Lesage.

Filer

Suivre à la piste. La police file à pied, en voiture et en chemin de fer.

Filer

Ne pas engager le jeu, — dans le jargon des joueurs de bouillotte. Faire filer, intimider son adversaire qui, alors, n’engage pas le jeu, ou qui paye son premier engagement.

Filer

Faire l’école buissonnière, — dans le jargon des collégiens.

Les elèves de Louis-le-Grand filent, soit aux Ours, (le jardin des Plantes) soit au Luxembourg.

(Albanès, Mystères du collège.)

Filer

Suivre. Pour organiser une filature, les agents se mettent deux, l’un devant le filé, l’autre derrière, de façon à ce qu’il ne puisse échapper. Il y a des filatures qui sont extrêmement mouvementées, c’est une véritable chasse où toutes les ruses sont mises en œuvre. Le gibier cherche toutes les occasions de se dérober pour éviter le sapement (Argot des voleurs).

Filer

Suivre. Pour suivre un malfaiteur, il y a toujours deux agents de la sûreté, l’un suit le filé et l’autre son collègue. Lorsque le premier agent croit avoir été remarqué par le filé, il change de rôle avec son collègue. Un bon agent, qui fait le service dit de la voie publique, avait dans le temps toujours une blouse enroulée autour du corps, en guise de ceinture et une casquette dessous son gilet. Lorsque le premier agent croyait avoir été remarqué, et qu’il prenait la place de son collègue, il mettait tout en marchant sa blouse par-dessus son vêtement et sa casquette ; dans cette tenue, il pouvait reprendre sa place primitive, sans être reconnu. À une époque, j’avais un binocle sur lequel se trouvait collée une toute petite glace sur chaque verre, ce qui me permettait de voir quelqu’un eh lui tournant le dos.

Filer

Suivre.

Filer (faire)

Dérober. Mot à mot : faire filer un objet de la poche de quelqu’un.

Filer doux

v. n. Ne pas protester, — même lorsqu’il y a lieu ; souffrir ce qu’on ne peut empêcher. Argot des bourgeois.

Comme son lict est feict : que ne vous couchez-vous,
Monsieur n’est-il pas temps ? Et moi, de filer dous,

dit Mathurin Régnier en sa satire XIe.

Filer doux

Se montrer soumis, obéissant.

Filer la carte

« Changer la première carte qui est dessus le jeu, celle qu’on doit donner à son adversaire, contre la deuxième carte. Le filage de carie est une opération très délicate et difficile à exécuter. » (A., de Caston.) Les joueurs honnêtes du baccarat se servent de l’expression filer la carte, filer pour désigner l’action de découvrir par degrés, très lentement, une des deux cartes qu’ils ont en main ; c’est un moyen comme un autre de se procurer une émotion, et l’on sait que le joueur vit d’émotions.

Filer la comète

Coucher en piein air, coucher à la belle étoile, — dans le jargon des voleurs.

Filer la comète

Être vagabond.

Filer la comète

Malheureux qui n’a pas de domicile et qui marche toute la nuit pour éviter d’être emballé par les agents. Quand il n’y a pas de comète il file les étoiles quand il n’est pas filé lui-même (Argot du peuple).

Filer la comète

Celui qui est sans domicile, qui ne sait où coucher, file la comète.

Filer la comète

Coucher dehors, à la belle étoile.

Filer la pipe

Voir Passer à la plume.

Filer le parfait

S’abandonner aux chastes douceurs du véritable amour.

Filer le parfait amour

v. n. S’abandonner aux douceurs de l’amour platonique, — dans l’argot du peuple, qui a des tendresses particulières pour Estelle et Némorin.

Filer ou Refiler

Suivre à la piste, surveiller. Donner de la filature ; suivre quelqu’un, donner, faire passer.

Filer raide

Marcher très vite.

Filer son cable par le bout

v. a. S’enfuir, et, par extension, Mourir, — dans l’argot des ouvriers qui ont servi dans l’infanterie de marine.

Filer son nœud

v. a. S’en aller, s’enfuir, — dans le même argot [des ouvriers qui ont servi dans l’infanterie de marine].

Filer un mauvais coton

Être malade et sur le point de mourir, — dans l’argot du peuple. Signifie aussi : Faire de mauvaises affaires ; mener une vie déréglée.

Filer un sinve

v. a. Suivre quelqu’un, — dans l’argot des voleurs. On dit aussi Faire la filature.

Filer un sinve

Filer, suivre, sinve, homme facile à duper. Mot à mot : le filer jusqu’au moment favorable pour le dévaliser sans danger (Argot des voleurs).

Filer une

Repousser, culbuter, — dans le jargon des voyous. — Y veut m’coller un coup de sorlot dans les accessoires, je l’y file une pousse et l’envoie dinguer sur le trime où il prend un potage à la julienne.

Filer une affaire

Combiner un vol.

Filer une affaire

Combiner un vol.

Filer une purge

Battre, rouer de coups. Argot des rôdeurs.

Les inculpés reconnaissent qu’ils ont été chargés par l’inconnu de frapper M. L…, de lui filer une purge, dit Baylac (un inculpé).

(Autorité, janvier 1888.)

Filer une purge

Battre, rouer de coups.

Filer une scène

La conduire avec art, — dans l’argot des vaudevillistes. On dit de même Filer une intrigue, une reconnaissance, etc.

Morfier, Morfiller, Morfiler

Manger.

Morfiler

Manger.

Morfiler

Faire, manger. — Du mot de langue romane morfier : manger. V. Du Cange. — Morfillante : assiette. — V. Chêne, Jaspiner.

Calvi morfile sa dernière bouchée.

Balzac.

Mouscailler ou filer du proye

Ch…

Mouscailler, ou filer du proye

Ch.

Nœud (filer son)

Partir. Terme de marine.

Viens-tu ! ou je file mon nœud.

H. Monnier.

Parade (défiler la)

Mourir.

Alors tout l’monde défile à c’te parade d’où l’on ne revient pas sur ses pieds.

Balzac.

Parade (défiler la)

Mourir, — dans le jargon des troupiers.

Parade (défiler la)

S’en aller, disparaître, mourir.

Passer à la plume, passer à tabac, filer la pipe

Être maltraité, bourré de coups par les agents de police.

Refiler

Remettre, rendre, donner.

Refiler

Faire passer de main en main.

Refiler

Donner le vol à un compère ou suivre quelqu’un.

Refiler

Donner un vol nourri, suivre.

Refiler

v. a. Rendre, restituer, — dans l’argot des voyous.

Refiler

v. a. Suivre, rechercher, — dans l’argot des voleurs.


Argot classique, le livreFacebook