AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre

Facebook


Share


Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Définition Rechercher partout 


Au dure (être)

Être condamné aux travaux forcés.

Balançons en dure

Barreau en fer.

Bois dur

Repris de justice.

Boîte aux ordures

Derrière.

Brûler le dur

Ne pas payer son voyage.

Cadelle en dure

Chaîne en fer.

Chier dur

Travailler avec ardeur. — Prendre une prompte et énergique détermination.

Coup dur

s. m. Obstacle imprévu ; désagrément inattendu, — dans l’argot du peuple.

Coup dur

Événement imprévu et fâcheux. — Carambolage à revenir lorsqu’une des billes à toucher est collée sous bande.

Dédurailler

v. a. Oter les fers d’un forçat ou les liens d’un prisonnier.

Détente (dur, dure à la)

Celui, celle qui ne délie pas facilement les cordons de sa bourse.

Leur famille est riche, mais elle est également dure à la détente, ce qui est l’expression consacrée.

(Adrien Paul, Floueurs et Floués.)

Dur

Fer (Vidocq).

Dur

Eau-de-vie. V. Chenique.

Pour faire place aux petits verres de dur.

Th. Gautier.

Dur

s. m. Eau-de-vie, — dans l’argot des faubouriens. On dit aussi Raide.

Dur

s. m. Fer, — dans l’argot des voleurs. Ils disent aussi Durin.

Dur

Vente difficile d’un livre, — en terme de libraire. Ce n’est pas un mauvais ouvrage, mais c’est dur.

Dur

Fer, — dans le jargon des voleurs.

Dur

Eau-de-vie.

Dur

Fer. Eau-de-vie. Travaux forcés. Travailler sur le dur. Voler en chemin de fer.

Dur

Il est au dur : en prison. C’est dur : pénible, difficile. C’est dur à digérer : grosse sottise ou blague impossible à avaler. Dur à cuire : vieux troupier qui ne ressent rien. Dur (être dans son) : être ce jour-là plus courageux qu’à l’ordinaire (Argot des voleurs).

Dur (au)

Travaux forcés.

Dur (être au)

En réclusion ; (être dans son), travailler avec énergie.

Dur (être dans son)

v. Travailler avec une ardeur sans pareille. En général, c’est dans la semaine du batiau, quelques jours avant la remise du bordereau, que les ouvriers sont dans leur dur.

Dur (être dans son)

Être très assidu à l’ouvrage, être dans le feu du travail. (Argot des typographes).

Dur (le)

Travaux forcés. Celui qui est condamné à cette peine est envoyé au dur, à la Nouvelle-Calédonie ou la Guyane.

Dur à avaler

adj. Se dit — dans l’argot du peuple — d’une histoire invraisemblable à laquelle on se refuse à croire, ou d’un accident dont on a de la peine à prendre son parti. On dit aussi, dans le même sens : Dur à digérer.

Dur à cuire

Homme solide, sévère, ne mollissant pas. V. d’Hautel.

En voilà un qui ne plaisante pas, en voilà un de dur à cuire.

L. Reybaud.

Dur à cuire

Individu qui ne se laisse ni attendrir, ni intimider facilement. — Vieux dur à cuire ; par allusion aux légumes secs qui ne cuisent pas facilement.

Dur-à-cuire

s. m. Homme insensible à la douleur, physique ou morale.

Dur-à-la-détente

adj. et s. Homme avare, qui ne lâche pas volontiers les ressorts de la bienfaisance ou du crédit, — dans l’argot du peuple, pour qui ces sortes de gens sont de « singuliers pistolets ». On dit aussi Dur à la desserre.

Duraille

s. f. Pierre, — dans l’argot des voleurs. Ils disent aussi Dure. Dure à briquemon. Pierre à briquet. Ils disent aussi Dure à riffle. Duraille sur mince. Diamant sur papier.

Duraille

Pierre. Duraille sur mince, diamants sur papier.

Duraille

Pierre (Argot des voleurs).

Duraille sur mince

Diamant sur carte (Argot des voleurs). N.

Durailles d’orphelins

Pierreries.

Dure

Pierre en terre.

Dure

Terre (Vidocq). — On dit classiquement coucher sur la dure. dans ces quatre acceptions du mot dur, l’effet est pris pour la cause.

Dure

s. f. La terre, — dans l’argot des voleurs et du peuple. Coucher sur la dure. Coucher à la belle étoile.

Dure

La terre. La grande langue a l’expression « coucher sur la dure, » c’est le nuda humo cubat de Virgile.

Dure

La terre. La maison centrale. Voler à la dure, étourdir d’un coup de bâton un homme pour le voler.

Dure (la)

La terre.

Dure (la)

La terre.

Dure (la)

Maison centrale de force et de correction.

Dure (la)

Terre. Les vagabonds, qui y couchent souvent, savent par expérience qu elle n’a pas la mollesse d’un lit de plume (Argot des voleurs).

Dure (la)

Terre.

Dure (la)

La terre.

Dure (une)

Une pierre.

Dure (vol à la)

Vol qui consiste à étourdir d’un coup de poing ou d’un coup de bâton celui qu’on veut dépouiller. La variante est : Vol à la rencontre. Faire le client à la dure, étourdir d’un coup de bâton un homme et le voler.

Durème

Fromage (Vidocq).

Durème

Fromage blanc (Argot des voleurs).

Durême

s. m. Fromage blanc, — dans l’argot des voleurs.

Durême

Fromage, — dans l’ancien argot. Eau de moule. Absinthe très claire coupée avec beaucoup d’eau ; elle arbore la couleur vert-clair de l’eau dans laquelle nagent les moules cuites.

Duret (du)

Du cuivre.

Durillon

s. m. Gibbosité humaine, — dans l’argot des faubouriens, que les bossus feront toujours rire. Ils disent aussi Loupe.

Durillon

Avare. — « Il est tellement durillon qu’il se sert des règles de sa femme pour ne pas en acheter, » On dit aussi dur à la détente.

Duriner

v. a. Ferrer, — dans l’argot des voleurs.

Duriner

Ferrer. Allusion à la dureté des chaînes avec lesquelles autrefois on ferrait les forçats (Argot des voleurs).

Durs (Durs)

Fers.

Endurer

Tenir la rame immobile, — dans le jargon des canotiers de la scène.

Être dans son dur

Travailler avec ardeur et grande assiduité. Terme de compositeurs typographes.

J. Ladimir.

Faire durer le plaisir

Branler savamment un homme, et, au moment où l’on devine à ses yeux tournés et à ses spasmes, que le sperme monte dans la colonne et qu’il va se jeter par-dessus le parapet, poser le doigt sur l’ouverture et ne le laisser s’échapper que par petits filets.

Faire vit qui dure

Être avare de son sperme, ne le dépenser qu’à bon escient, avec sa propre femme ou avec celles des autres, mais sans furie, sans extravagance, en homme qui tient à jouir jusqu’aux confins extrêmes de l’âge mûr.

Puis sentant le bouillon monter
Et voulant fair’ vit qui dure,
Je me retrouve en posture,
Un’ chandelle où vous savez.

(Parnasse satyrique.)

Froidureux

adj. Sujet à avoir froid.

Livres libres, obscènes, orduriers, malsains

Ouvrages où l’on parle sans vergogne, comme dans celui-ci, des parties naturelles des deux sexes et de leurs fonctions ; de cons, de vits, de culs, de fouterie, de gamahucherie, etc. Ils sont abominés par les personnes honnêtes qui ne foutent que dans l’obscurité la plus complète et en faisant passer leur vit par un trou de la chemise de leur dame, et qui enseignent à la jeunesse que les enfants se trouvent naturellement sous des feuilles de chou.

Un livre incendiaire a rallumé tous les feux que mon austérité commençait d’assoupir.

(Mon noviciat.)

Or-dur

s. m. Cuivre, — dans l’argot des faubouriens, qui aiment à équivoquer. Ça, de l’or ? disent-ils ; de l’ordure (or-dur) oui !

Ordure

Femme sale au moral, femme sale au moral et au physique.

Ordures

Obscénités dites ou faites comme se plaisent à en dire ou en faire les honnêtes gens — qui sont ordinairement plus impudiques que les libertins.

Les femm’ n’aim’ pas les ordures,
Ni les couplets de chansons
Polissons.

Collé.

Il fait nuit. Mots confus, romances ordurières.
Se croisent sous le toit du logis ténébreux.

A. Glatigny.

Ordures (faire ses)

Prendre les trottoirs, la voie publique, les parquets des appartements pour des lieux d’aisances, quand on a le privilège d’être chien ou chat.

Panier aux ordures

s. m. Le lit, — dans l’argot des faubouriens.

Panier, Panier aux ordures

Lit, — dans le jargon du peuple.

Pince-dur

s. m. Adjudant, — dans l’argot des soldats, qui ont la mémoire des punitions subies.

Pince-dur

Adjudant sous-officier.

Piquante en dur

Fourchette.

Radurer

v. a. Repasser sur la meule, — dans l’argot des voleurs.

Radurer

Repasser son couteau sur une meule.
— Je radure mon lingre afin que le pante soit fait d’un coup et qu’il n’ait pas le temps de cribler à la grive (Argot des voleurs).


Argot classique, le livreFacebook