AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre

Facebook


Share


Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Définition Rechercher partout 


Beni-coco (être de la tribu des)

Être un imbécile, un niais.

Biche, cocotte, grue, horizontale, persilleuse, bergeronnette, Louis XV

Fille galante, maîtresse. Les prostituées de basse catégorie ont reçu beaucoup de noms : crevette, bourdon, passade, fesse, galupe, catau, catin, gerse, gaupe, ruttière, gouge, gouine, baleine, chausson, roubion, grognasse, gourgandine, truqueuse, asticot, morue, brancard, autel ou outil de besoin, dossiers, roulante, roulasse, rouleuse, roulure, traînée, trouillarde, camelotte, volaille, carogne, blanchisseuse de tuyaux de pipes, pouffiasse, moellonneuse, pontonnière, pilasse, ponante, ponifle, pierreuse, vadrouille, chiasse, avale-tout, taupe, paillasse, cambrouse, wagon à bestiaux, voirie, rouchie, gadoue, etc.

Carafe, coco, cornet

Gorge, gosier.

Cassé la patte à Coco (ne pas avoir)

Ne pas être malin, — dans le jargon des soldats de cavalerie. — Coco est pris dans le sens de cheval. Pour exprimer la même idée, on dit dans le civil : N’avoir pas inventé le fil à couper le beurre.

Coco

Cheval.

Ce grossier animal qu’on nomme vulgairement coco.

Aubryet.

Coco

Nom d’amitié.

J’vais te donner un petit becquau. Viens, mon coco.

Dialogue entre Zuzon et Eustache, chanson, 1836.

Coco

Homme peu digne de considération.

Joli Coco pour vouloir me faire aller.

Balzac.

Coco

s. m. Boisson rafraîchissante composée d’un peu de bois de réglisse et de beaucoup d’eau. Cela ne coûtait autrefois qu’un liard le verre et les verres étaient grands ; aujourd’hui cela coûte deux centimes, mais les verres sont plus petits. O progrès !

Coco

s. m. Tête, — dans l’argot des faubouriens, qui prennent l’homme pour un Coco nucifera. Coco déplumé. Tête sans cheveux. Redresser le coco. Porter la tête haute. Monter le coco. Exciter le désir, échauffer l’imagination.

Coco

s. m. Gorge, gosier, — dans le même argot [des faubouriens]. Se passer par le coco. Avaler, boire, manger.

Coco

s. m. Homme singulier, original, — dans le même argot [des faubouriens]. Joli coco. Se dit ironiquement de quelqu’un qui se trouve dans une position ennuyeuse, ou qui fait une farce, désagréable. Drôle de coco. Homme qui ne fait rien comme un autre.

Coco

s. m. Eau-de-vie, — dans l’argot des faubouriens.

Coco

s. m. Cheval, — dans l’argot du peuple. Il a graissé la patte à coco. Se dit ironiquement d’un homme qui s’est mal tiré d’une affaire, qui a mal rempli une commission.

Coco

s. m. Œuf, — dans l’argot des enfants, pour qui les poules sont des cocottes.

Coco

Tête ; allusion de forme. Se monter le coco, s’illusionner, se monter la tête.

Coco

Individu, particulier. Ne s’emploie guère qu’accolé au mot joli, dans un sens ironique : C’est un joli coco.

Coco

Pour eau-de-vie, avait déjà cours au siècle dernier.

Elle lui fit payer du coco.

(Cabinet satirique.)

Aujourd’hui on entend par coco, de la mauvaise eau-de-vie, de l’eau-de-vie fortement additionnée d’eau. — Marchand de coco, marchand de vin. Allusion à l’eau que le débitant met dans le vin et les liqueurs.

Coco

Gosier. — Se passer quelque chose par le coco, manger, boire.

Coco épileptique

s. m. Vin de Champagne, — dans l’argot des gens de lettres qui ont lu la Vie de Bohême.

Cocodes

Imbécile élégant, ou singeant l’élégance, qui fréquente plus volontiers avec les filles entretenues qu’avec les femmes honnêtes.

Ce n’est pas un homme, c’est un cocodès.

Aurélien Scholl.

Cocodés

Variété du Petit-Crevé et variante de Coco.

Cocodès

Jeune dandy ridicule. — Diminutif de coco pris en mauvaise part.

Ohé ! ce cocodès a-t-il l’air daim !

L. de Neuville.

Une physiologie des Cocodès a paru en 1864.

Cocodès

s. m. Imbécile riche qui emploie ses loisirs à se ruiner pour des drôlesses qui se moquent de lui.
On pourrait croire ce mot de la même date que cocotte : il n’en est rien, — car voilà une vingtaine d’années que l’acteur Osmont la mis en circulation.

Cocodète

Femelle du Cocodés. Les cocodètes sont, en général, des femmes du monde de la bourgeoisie, affectant une toilette et des goûts incompatibles avec leur modeste position. Une véritable grande dame, si excentrique qu’elle soit dans sa toilette, ne sera jamais une cocodète. Il y a des cocodètes parfaitement honnêtes. Ne pas le paraître, voilà leur rêve.

Cocodète ou dandye

Femme du monde qui imite la cocotte — dans sa mise — et quelquefois la surpasse par l’excentricité.

Cocodette

s. f. Drôlesse, — la femelle du cocodès, — comme la chatte est la femelle de la souris.

Cocons

Camarade de première année à l’École polytechnique. Mot à mot : co-conscrit. (L. Larchey)

Cocos

s. m. pl. Souliers, — dans l’argot des enfants.

Cocoter

Faire la cocote, la fille galante.

Cocotier

Homme qui a la chaude-pisse, que les maquereaux et les ouvriers appellent la cocotte.

L’ai-je eue assez de fois, la cocotte ! l’ai-je eue !… à ce point qu’on m’appelait le roi des cocotiers.

Lemercier de Neuville.

Cocotte

Fille de mœurs excessivement légères, qui se fait grimper par l’homme aussi souvent que la poule par le coq.

Cocotte, terme enfantin pour désigner une poule ; — petit carré de papier plié de manière à présenter une ressemblance éloignée avec une poule. — Terme d’amitié donné à une petite fille : ma cocotte : — et quelquefois à une grande dame dans un sens un peu libre.

Littré.

Cocotte

Femme galante. — Mot à mot : courant au coq. — On disait jadis poulette.

Mme Lacaille disait à toutes les cocottes du quartier que j’étais trop faible pour faire un bon coq.

1817, Sabbat des Lurons.

Aujourd’hui une cocotte est un embryon de lorette.

Les cocottes peuvent se définir ainsi : Les bohèmes du sentiment… Les misérables de la galanterie… Les prolétaires de l’amour.

Les Cocottes, 1864.

Cocotte

s. f. Demoiselle qui ne travaille pas, qui n’a pas de rentes, et oui cependant trouve le moyen de bien vivre — aux dépens des imbéciles riches qui tiennent à se ruiner. Le mot date de quelques années à peine. Nos pères disaient : Poulette.

Cocotte

Dans le monde galant, la cocotte tient sa place entre la femme entretenue et la prostituée. Elle forme en quelque sorte le parti juste-milieu, le centre de ce monde. La cocotte aime à singer les allures de la femme honnête, mariée, malheureuse en ménage, ou veuve, ou séparée de son mari, ou à la veille de plaider en séparation. Toute cette petite comédie, elle la joue jusqu’au dernier acte, pourvu que le dénouement y gagne ou, plutôt, pourvu qu’elle gague au dénouement. — Le mot cocotte n’est pas nouveau, il est renouvelé de 1789. (Cahier de plaintes et doléances.)

Cocotte

Cheval de trompette.

Cocotte

Fille galante. V. Biche.

Cocotterie

Monde galant, — côté des cocottes. Ce mot fait pendant au mot : Bicherie.

V. Sardou engageait amicalement une dame à surveiller les toilettes de la jeune fille de la Famille Benoiton, plus excentrique qu’il ne convient à une honnête bourgeoise.
— Bast ! elle est si jeune et si innocente, ce n’est pas même de la coquetterie.
— Non, répliqua Sardou, mais c’est presque de la cocotterie.

(Figaro, no 1123.)

Cocotterie

s. f. Le monde galant, la basse-cour élégante où gloussent les cocottes.

Cocottes

s. f. pl. Poules, canards, dindons, etc., — dans l’argot des enfants. Se dit aussi des Poules en papier avec lesquelles ils jouent.

Cocottes (faire des)

Se livrer en chantant à des fioritures improvisées.

Deux cocottes (les)

Le numéro 22, — dans l’argot des joueurs de loto.

Dévisser le coco

Tordre le cou, étrangler.

Fêlé (avoir le coco)

Avoir le cerveau dérangé.

Rocaille, rococo

Dans le goût de l’époque de Louis XV.

L’amour des rocailles, mot qui caractérise l’ameublement du règne de Louis XV.

Roqueplan.

La chambre de madame était meublée dans le genre rococo.

Balzac.

Rococo

Suranné.

Ce mot nouveau est celui de rococo, et me semble être appliqué, par la jeunesse innovatrice, à tout ce qui porte l’empreinte du goût, des principes ou des sentiments des temps passés.

Trollope, 1835.

Rococo

adj. Suranné, arriéré, démodé, grotesque à cause de cela, — comme si le goût d’autrefois ne valait pas bien le goût d’aujourd’hui ! Se prend aussi en bonne part.
Pendule rococo. Pendule Louis XV ou faite sur le modèle de cette époque. Tentures rococo. Étoffes en vieille perse à ramages.

Rococo

Démodé ; terme employé par les artistes peintres de 1830.

Royal-coco

Lancier de la garde.

Se passer par le coco

Manger. — Comparaison de l’estomac humain à celui du cheval et du perroquet. Les refrains connus de la Botte à Coco et de As-tu déjeuné, Coco, ont pu en donner l’idée à l’armée comme à la bourgeoisie.


Argot classique, le livreFacebook