AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre


Facebook

Share

Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Mots-clés Rechercher partout 


À la clé

Façon de parler explétive des comédiens, qui entendent fréquemment leur chef d’orchestre leur dire : « Il y a trois dièzes ou trois bémols à la clé, » et qui ont retenu l’expression sans en comprendre le sens exact. Ainsi : Il y a des femmes, ou des côtelettes à la clé, signifie simplement : Il y a des femmes, — ou des côtelettes.

À la clé

Façon de parler explétive des comédiens, qui entendent fréquemment leur chef d’orchestre leur dire : « Il y a trois dièses ou trois bémols à la clé », et qui ont retenu l’expression sans en comprendre le sens exact. Ainsi : Il y a des femmes ou des côtelettes à la clé, signifie simplement : Il y a des femmes ou des côtelettes. (A. Delvau.)

Arnache, arnac, arnacle

Agent de police. Jouer l’arnacle, duper.

Arnacle

Même sens que Arnache.

Article

Il est fort sur l’article. Pour dire, à mots couverts, qu’un homme est vigoureux, robuste et très-enclin à la luxure ; qu’il se livre avec incontinence aux plaisirs de l’amour.
Mettre tout en un article. Pour mettre tout en désordre, en confusion.
Il a mangé tout son bien en un article. Se dit d’un dissipateur, d’un prodigue, qui s’est ruiné par une passion quelconque.

Article (être fort sur l’)

Être toujours prêt à foutre, — porté sur sa pine comme un gourmand l’est sur sa bouche.

Et sur l’article, ah ! que j’étais solide ;
Dis-moi, Marion, dis-moi, t’en souviens-tu ?

(Chanson anonyme moderne.)

La marquise est froide sur l’article.

Louvet.

Article (faire l’)

Se dit des maquerelles plantées le soir sur le seuil des bordels, qui essaient d’y faire entrer les passants en leur dépeignant rapidement, avec des couleurs un peu fortes mais saisissantes, les beautés diverses et les talents particuliers de leurs pensionnaires.

Tu resteras sur le seuil du bazar et tu feras l’article pour nos demoiselles.

Lemercier.

Article (faire l’)

Faire valoir une personne ou une chose comme un article de commerce.

Malaga ferait l’article pour toi ce soir.

Balzac.

Examinez-moi ça ! comme c’est cousu ! — Ce n’est pas la peine de faire l’article.

Montépin.

Être à l’article : Être à l’article de la mort, sur le point de mourir. Porté, fort sur l’article : Enclin à la luxure.

Article (faire l’)

Faire valoir une marchandise, faire ressortir les qualités d’une personne. Le boutiquier et la fille s’entendent mieux que personne à faire l’article.

Article (porté sur l’)

De complexion amoureuse. Mot à mot : porté sur l’article femme, dont le Parisien fait une si grande consommation.

Article 4 (payer son)

v. Payer sa bienvenue en entrant dans un atelier. Voici l’origine de cette expression. Dans le temps où les compositeurs portaient l’épée, chaque imprimerie formait une sorte de confrérie ou chapelle régie par un règlement. Ce règlement stipulait le nombre d’exemplaires que les éditeurs et les auteurs devaient laisser à la chapelle. Ces exemplaires étaient vendus, et l’argent qu’on en retirait consacré à fêter la Saint-Jean-Porte-Latine et la Saint-Michel. L’article 4 de ce règlement, le seul qui soit par tradition resté en vigueur, déterminait tous les droits dus par les typographes. On ajoute quelquefois, en parlant de l’article 4, les mots verset 20, qu’il faut traduire : « Versez vin. » — Dans le nord de la France on dit : payer ses quatre heures au lieu de payer son article 4.

Article de foi

Petit verre d’eau-de-vie, — dans le jargon des ivrognes du dix-huitième siècle.

Article touché

Article vigoureusement fait. — Terme de peinture.

Comme c’est écrit ! comme c’est touché !

L. Reybaud.

Avoir perdu sa clé

Être atteint d’une foire à tout inonder et ne pouvoir se retenir. On comprend qu’il s’agit d’une clé que le serrurier ne peut remplacer (Argot du peuple).

Bacler

Fermer.

Bacler

Fermer (Vidocq) — (Vieux mot). V. Roquefort.

Bacler

Faire vite, à la hâte une chose qui demanderait à être soignée. Un maire pressé bacle un mariage, un médecin bacle un pansement, un auteur dramatique bacle une pièce. Mot à mot bacler : se dépêcher (Argot du peuple).

Bacler

Faire vite une chose qui demanderait des soins.

Bâcler

Son affaire sera bientôt bâclée. Pour, sera bientôt expédiée, promptement conclue.
C’est une affaire bâclée. C’est-à-dire terminée, conclue.
Bâcler la lourde. Terme d’argot ; signifie fermer la porte.

Bâcler

Fermer.

Bâcler

Fermer.

Bâcler

Faire quelque chose.

Bâcler

v. a. Fermer, — dans l’argot des voleurs, qui se servent là d’un vieux mot de la langue des honnêtes gens. On dit aussi Boucler.

Bâcler

Faire une chose hâtivement et sans soin. Bâcler l’ouvrage.

Bâcler, boucler

Enfermer, arrêter ; vieux mot français.

Besicles

Mettez donc vos besicles, ou vos lunettes. Manière caustique de reprendre quelqu’un qui voit des erreurs où il n’y en a pas.
On dit aussi de celui qui a porté un faux jugement sur quelque chose, sans l’avoir examiné, qu’Il n’a pas mis ses besicles.

Bicler

Pour cligner de l’œil. Bicler est une très vieille expression (Argot des voleurs) V. Guigne à gauche.

Bouclé

Il a l’air d’une raie bouclée. Se dit par moquerie d’un homme frisé tout en boucles et ridiculement. Cette manière de parler vient de Madame Angot, farce qui a joui pendant long-temps d’un grand succès.

Bouclé

Enfermé.

Bouclé (être)

v. pr. Être emprisonné.

Boucle zoze

s. m. Pain bis. Même argot [des voleurs].

Boucler

Fermer ; boucler une porte, fermer la porte.

Boucler

Enfermer. — Vidocq. — Du vieux mot Bacler. V. Roquefort.

Boucler

v. a. Fermer, — même argot [des voleurs]. Boucler la lourde. Fermer la porte.

Boucler

Arrêter. — Boucler un poivrot, arrêter un ivrogne.

Boucler

Fermer. — Boucler la lourde, fermer la porte. — Boucler la position, fermer la malle.

Boucler

Mettre à la salle de police, en prison.

Boucler

Fermer. Partir.

Boucler

Enfermer. Dans les prisons, on boucle les prisonniers chaque soir dans leurs cellules. On boucle la lourde (fermer la porte) (Argot des voleurs).

Boucler

Fermer, enfermer ou boucler sa porte. Un militaire mis à la salle de police est bouclé.

Boucler

Fermer, enfermer.

Bouclette, serrante

Serrure.

Brenicle

Rien, non.

Brenicle

Rien. Mener brenicle, ne rien trouver à voler.

Brenicle

Rien.

Brenicle

Terme négatif.

Brenicle

Non. C’est une corruption de bernique (Argot des voleurs). N.

Cercle

Repêcher quelqu’un au demi-cercle. Signifie rattraper quelqu’un, ou quelque chose que l’on avoit d’abord laissé échapper, mais qui ne pouvoit manquer d’une manière ou d’autre de retomber entre les mains ; se venger d’une injure que l’on feignoit d’avoir oublié.
Il s’est sauvé, mais on le repêchera au demi-cercle. Se dit d’un criminel évadé, mais qui ne peut échapper aux poursuites de la justice.

Cercle

Pièce d’argent. — Allusion à la forme circulaire de la monnaie.

Cercle

s. m. Argent monnayé, — dans l’argot des voleurs.

Cerclé

Tonneau (Vidocq). — Allusion aux cercles qui retiennent les douves.

Cerclé

s. m. Tonneau, — dans le même argot [des voleurs].

Cerclé

Être pris.

Cercle (pincer au demi)

Surprendre quelqu’un dans un moment psychologique. Un mari qui rentre de la chasse et qui trouve sa femme dans le feu d’une conversation avec son cousin ou tout autre, la pince au demi-cercle. Repincer au demi-cercle, se revancher, rendre la réciproque.

Charogneux (article)

Article sur la vente duquel un commis en nouveautés n’a pas de bénéfice à attendre, article d’affiche. Une sale boîte où il n’y a que des articles charogneux.

Cle

Le peuple de Paris a coutume de changer cette syllable en que, quand elle se trouve à la fin des mots. Dans article, besicle, etc., il prononce artique, besique, etc.

Clé

Le membre viril — qui, sous le prétexte fripon d’ouvrir la serrure féminine, la bouche en jetant des saletés dedans.

Clé (perdre sa)

Avoir la colique.

Cleber

Manger.

Cleber

Manger.

Clebs

Chien ; doit venir du mot arabe Kelp (chien).

Clef

Pour bien comprendre quelque chose, il faut en avoir la clef. Signifie qu’il faut avant tout en prendre une connoissance parfaite.
Jeter les clefs sur la fosse de quelqu’un. C’est renoncer à sa succession.
Donner la clef des champs. C’est donner vacance à quelqu’un, le rendre libre.
Prendre la clef des champs. Prendre son essor, voler de ses propres ailes, faire une excursion, à la campagne.
On dit par plaisanterie à un jeune homme qui est encore sous la férule des précepteurs, qui ne peut disposer de ses volontés, qu’il n’a pas encore la clef de ses fesses.

Clef (perdre sa)

Avoir la colique.

Clef du champ de manœuvre

Voyez Parapluie de l’escouade.

Clémentine

Petite calotte de velours ou de drap qui ne couvre que le sommet de la tête.

Cleptomanie

« On imagina le mot de cleptomanie, ou manie du vol, pour désigner l’état de ces voleuses maladives. »

(Giffard : Les grands bazars.)

Clerc

Commis qui travaille chez un homme de pratique, et que le peuple appelle Saute-ruisseau, sans doute à cause des courses fréquentes aux quelles un clerc est assujetti.
Faire des pas de clerc. Faire des démarches inutiles, des bévues, des fautes par ignorance ou par légèreté.

Couvercle

s. m. Chapeau, — dans l’argot des faubouriens, qui prennent l’homme pour un pot.

Couvercles de boîtes à lait

Une femme qui a les seins plats a des couvercles de boîtes à lait.

Débacle

Au figuré, mot ironique qui équivaut à bande, troupe, clique, coterie.

Débâcle

Accouchement, — dans le jargon des voleurs.

Débâcle

Accouchement.

Débacler

Ouvrir.

Débacler

Ouvrir (Vidocq).

Débacler

v. a. Ouvrir, — dans l’argot des voleurs.


Argot classique, le livreTelegram

Dictionnaire d’argot classique