AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre

Facebook


Share


Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Définition Rechercher partout 


Appuyer sur la chanterelle

v. n. Toucher quelqu’un où le bât le blesse ; prendre la cigale par l’aile : insister maladroitement sur une chose douloureuse, souligner une recommandation. Argot du peuple.

Appuyer sur la chanterelle

Répéter, insister de manière à agacer. Inutile d’appuyer sur la chanterelle, j’ai compris.

Chanter

Être victime d’un chantage.

Tout homme est susceptible de chanter, ceci est dit en thèse générale. Tout homme a quelques défauts de cuirasse qu’il n’est pas soucieux de révéler.

Lespès.

Faire chanter signifie obtenir de l’argent de quelqu’un en lui faisant peur, en le menaçant de publier des choses qui pourraient nuire à sa considération, ou qu’il a pour d’autres raisons un grand intérêt a tenir ignorées.

Roqueplan.

Faire chanter : Faire payer par ruse une chose qu’on ne doit pas.

d’Hautel, 1808.

Étymologie incertaine. Faire chanter devrait, selon nous, s’appliquer a la bourse. C’est celle-ci qui ouvre sa bouche pour faire entendre le chant de ses pièces d’or.

Chanter

v. a. Parler, — dans l’argot du peuple, qui n’emploie ce verbe qu’en mauvaise part. Faire chanter. Faire pleurer.

Chanter

Payer pour obtenir le silence de quelqu’un.

Chanter

Dire. Faire chanter, mettre à contribution.

Chanter (faire)

Faire donner de l’argent à un homme riche qui possède un vice secret que l’on connaît, ou à un artiste dramatique qui tient à être loué dans un feuilleton. L’expression est vieille comme le vice qu’elle représente.

Chanter (faire)

Battre monnaie à l’aide d’un secret. — Aux XVIIe et XVIIIe siècles l’expression avait le sens de soumettre, faire entrer en composition.

Porteront le fer et le feu au cœur de la France et la feront chanter.

(Lucien, trad. Per. d’Ablancourt.)

Les voleurs modernes emploient le verbe « charrier » dans le sens de faire chanter.

Chanter l’introït

Introduire son membre dans le vagin d’une femme, ce qui est le commencement (introitus) de la jouissance.

Une catin s’offrant à l’accolade,
À quarante ans, il dit en introït.

Piron.

Chanter le chant du départ

v. a. Quitter une réunion une compagnie d’amis, — dans l’argot des bohèmes.

Chanter pouille

v. n. Chercher querelle, dire des injures. Argot du peuple.

Chanterelle (appuyer sur la)

Faire crier. — Assimilation de la voix à la corde aiguë d’un instrument.

Déchanter

v. n. Revenir d’une erreur ; perdre une illusion ; rabattre de ses prétentions, — dans l’argot du peuple, fidèle sans le savoir à l’étymologie (décantare).

Déchanter

Être désenchanté, par abréviation.

Enchanteresse

Fille galante qui fait oublier à l’homme ses devoirs en le promenant de jouissance en jouissance, en lui vidant la cervelle en même temps que les couilles et la bourse.

Il voulut nous faire voir les enchanteresses du lieu.

Chapelle.

Faire chanter un Pété

Faire donner de l’argent d’autorité à un rivette.

Horreurs (chanter des)

Chanter de couplets gaillards, à double sens, pleins d’équivoques obscènes, comme se plaisent à en chanter les bourgeois lorsqu’ils sont en famille.

S’il a chanté ! j’crois ben… Des horreurs, ma vieille, qu’il a chantées.

Henry Monnier.

Seringue (chanter comme une)

« Avoir la voix fausse et discordante. »

1808, d’Hautel.


Argot classique, le livreFacebook