AccueilA B C D E F G H I J K L M N O ΠP Q R S T U V W X Y ZLiens

courriel

un mot au hasard

Dictionnaire d’argot classique
Argot classique
le livre

Facebook


Share


Russe-français
Russisch-Deutsch
Rusianeg-Brezhoneg
Russian-English
Ρώσικα-Ελληνικά
Russo-italiano
Ruso-español
Rus-român
Orosz-Magyar
Ruso-aragonés
Rusice-Latine
Французско-русский
Немецко-русский
Бретонско-русский
Französisch-Deutsch
Allemand-français
Блатной жаргон
Soldatensprachführer
Военные разговорники

Entrez le mot à rechercher :
  Définition Rechercher partout 


Arrière-boutique

Le cul, qui est situé sur le derrière, et dans lequel le membre aime à se réfugier quand il est resté quelque temps dans la boutique, qui est sur le devant.

À l’instant cette demoiselle, ouvrant son arrière-boutique, laissa aller un vent.

D’Ouville.

Boutique

Employé dans un sens obscène pour désigner la nature de la femme.

Oh ! ma mie, venez ici, et fermez la boutique, c’est aujourd’hui fête.

(Moyen de parvenir.)

J’avais pourtant encor bonne pratique
Et pour cela ne fermai la boutique.

J. Du Bellay.

Bien souvent à telle pratique
Les femmes ouvrent leur boutique.

(Variétés historiques et littéraires.)

Vertu de ma vie ! c’était une belle boutique.

Tabarin.

Boutique

« Ce n’est pas une chose, c’est un esprit de petit négoce, de profits troubles et de soigneuses affaires, qui ne recule devant rien pour arriver à un gain quelconque. Il y a la boutique industrielle comme la boutique scientifique, artistique et littéraire. » — A. Luchet.

On dit en plaisantant d’une femme qui en tombant a laissé voir trop de choses, qu’elle a montré toute sa boutique.

d’Hautel, 1808.

Boutique

s. f. Ce que les petites filles laissent voir si volontiers, — comme dans le tableau de l’Innocence. Argot du peuple. S’applique aussi à l’autre sexe. Montrer toute sa boutique. Relever trop haut sa robe dans la rue, ou la décolleter trop bas dans un salon.

Boutique

s. f. Bureau, — dans l’argot des employés ; journal, — dans l’argot des gens de lettres. Esprit de boutique. Esprit de corps. Être de la boutique. Être de la maison, de la coterie.

Boutique

L’étui aux couteaux et le fusil que les bouchers de l’abattoir portent suspendus à la ceinture.

Boutique (et toute la)

Et tout le reste, et tout le monde. Envoyer promener toute la boutique.

Boutique (la)

La préfecture de police, en termes d’agents de police et d’employés de la préfecture de police.

Boutique (montrer toute sa)

Faire voir ce que fît voir la jeune Hébé en tombant dans la salle à manger de l’Olympe. — Se dit également d’un homme qui, pour un motif ou pour un autre, en montre autant et même davantage.

Il montre toute sa boutique.

(Parnasse satirique.)

Boutique à surprises

Maisons qui, on apparence, vendent des livres, des tableaux ou de la parfumerie et chez lesquelles l’acheteur trouve tout autre chose que la marchandise annoncée. Ces maisons ne sont pas au coin du quai, on ne rend pas l’argent si le client n’est pas content (Argot des filles). N.

Boutiquer

Fagoter, mal faire. — Boutiquier : Homme à idées rétrécies, parcimonieuses.

Boutiquer

v. a. Faire à contre-cœur ; arranger mal une chose. Argot du peuple.

Grande boutique

s. f. La préfecture de police, — dans l’argot des voleurs, qui voudraient bien dévaliser celle-là de ses sommiers judiciaires.

Grande boutique (la)

La préfecture.

Il est de la boutique

Il fait partie de la maison de l’administration ou de la coterie.

Montrer sa boutique

Aller à la visite, — en terme de fille soumise.

Parler boutique

v. n. Ne s’entretenir que des choses de l’état qu’on exerce, de l’emploi qu’on remplit, contrairement aux règles de la civilité, qui veulent qu’on s’occupe peu de soi quand on cause avec les autres. Argot du peuple.

Punaise de boutique

Écusson royal placé à la devanture des boutiques des fournisseurs de Sa Majesté Charles X ou de sa famille.

On abattit d’une drôle de manière les punaises de boutiques…c’est les fleurs de lis.

(Les Farces et les bamboches populaires de Mayeux, 1831.)

Quelle boutique !

est synonyme de quelle baraque ! quelle mauvaise organisation !


Argot classique, le livreFacebook